A la source divine de l’amour

flammes jumelles3

Consciemment ou inconsciemment, chaque homme, chaque femme a les mêmes réactions devant cette question des deux principes masculin et féminin : chacun lui donne une importance absolue. Quand l’homme croit avoir trouvé chez une femme ce principe complémentaire dont il a besoin, il est prêt à tout quitter. Même si c’est un roi, il est capable d’abandonner sa couronne, c’est à dire un royaume avec des sujets, une armée, des trésors, simplement pour une femme. Mais que possède donc cette femme pour faire pâlir à ses yeux une nation de millions de sujets, un territoire et toutes sortes de privilèges ?

En réalité, ce n’est pas la femme elle-même qu’il cherche, c’est le principe complémentaire qu’il croit avoir découvert en elle, et sans lequel il ne peut vivre. Et une femme fait de même : elle s’opposera à toute sa famille, au monde entier s’il le faut, pour aller vivre avec l’homme qu’elle aime. Est-ce qu’ils ont tort ? Pas du tout. C’est le Père céleste et la Mère Nature, son épouse, qui ont inscrit cette loi dans le cœur des humains : « Tu quitteras ton père et ta mère, et tu suivras ta femme ou ton mari ». Au fond de chaque être, il est écrit qu’il doit rechercher son principe complémentaire.

Dans différentes cultures du monde, certains mythes racontent qu’à l’origine l’être humain était deux en un, à la fois homme et femme, et ces deux entités se complétaient parfaitement. C’est cet être complet qui est appelé l’androgyne. Par la suite, au cours de l’évolution, les deux pôles de cette unité se seraient écartés l’un de l’autre, chaque moitié partant de son côté vivre séparément sa vie. Si ces deux moitiés peuvent se reconnaître tout au long de leur évolution, c’est parce que chacune porte l’image de l’autre dans la profondeur de son être ; chacune d’elle a marqué l’autre de son sceau. Cette image est très floue, mais elle existe. C’est pourquoi chaque être humain vient sur la terre avec cet espoir obscur qu’il rencontrera quelque part une âme qui lui donnera tout ce dont il a besoin, et qu’il existera entre lui et cette âme une compréhension et une harmonie parfaites.

Vous savez tous cela, car vous tous n’avez jamais cessé de croire que vous rencontreriez cette âme bien-aimée dont vous connaissez le visage. Vous portez son image en vous, mais si profondément enfouie que vous n’arrivez pas à la distinguer clairement. En rencontrant un homme, ou une femme, il vous arrive parfois de dire : « ça y est, j’ai trouvé » comme s’il s’était soudain produit une fusion entre cet être et l’image que vous portez en vous-même ; votre vie en est transformée et vous faites tout pour vous rapprocher de lui. Chaque fois que vous le rencontrez, que vous lui parlez, tout devient merveilleux. Mais après une période d’intimité, vous découvrez qu’il n’est pas vraiment celui ou celle que vous attendiez. Vous êtes déçu et vous le quittez pour recommencer à chercher… Une seconde fois vous croyez retrouver cette âme sœur dans un autre être, et la même joie, la même inspiration jaillit, vous aimez à nouveau. Mais la même histoire se reproduit.

Un jour pour chacun, cette rencontre avec l’âme sœur se fera véritablement. Mais en attendant, cela ne doit pas vous empêcher de trouver un compagnon ou une compagne pour fonder un foyer. Oui, en attendant vous êtes comme deux associés qui ont un travail à faire ensemble et qui doivent s’efforcer de le mener à bien jusqu’au jour où la mort les séparera.

La nature a créé les humains de telle sorte qu’ils ont tous besoin d’affection, de tendresse, besoin de faire des échanges. C’est un besoin universel, personne ne peut en douter ou objecter quoi que ce soit. Mais ce n’est pas une raison pour se lancer aveuglément en liant sa vie au premier venu et souffrir ensuite pendant des années. C’est pourquoi je donne ce conseil à tous les jeunes garçons et filles : vous êtes amenés à faire chaque jour de nombreuses rencontres, mais avant de choisir quelqu’un, préoccupez-vous de voir si cet être est vraiment préparé pour faire un travail avec vous et marcher sur le même chemin, sinon vous passerez votre existence à vous détruire mutuellement. Examinez bien si vous êtes en accord dans les trois plans physique, sentimental, intellectuel, ou si vous cédez seulement à une attirance physique passagère. Si, sur des sujets importants, votre partenaire et vous avez des opinions divergentes, ne vous dites pas : « Hoh ça n’a aucune importance, à la longue les choses s’arrangeront, on se comprendra » car en réalité c’est tout le contraire qui va se produire. Au bout de quelque temps, une fois lassés de certains plaisirs et quand le sentiment à son tour sera émoussé, vous vous apercevrez que vos idées, vos aspirations, vos goût sont trop divergents et vous allez vous affronter, vous déchirer. L’entente sur le plan des goûts et des idées est la plus importante. L’attraction physique, même avec un peu d’amour, ne suffit pas : on est vite assouvi, vite blasé.

Il existe des êtres qui n’éprouvent aucune attirance l’un pour l’autre, mais ils s’adorent parce qu’ils ont toujours mille choses à se raconter, à s’expliquer, à découvrir ensemble, c’est formidable ! Bien sûr, quand un homme et une femme décident de lier leur vie, il est souhaitable qu’ils ressentent mutuellement une certaine attraction physique, mais l’essentiel, c’est l’entente sur le plan des goûts et des idées. Car les relations d’un couple ne consistent pas uniquement à s’embrasser et à se faire des déclarations d’amour ; il y a tous les détails de la vie quotidienne auxquels il faut penser et faire face, des décisions à prendre ensemble, l’existence à organiser. Si l’un désire des enfants et l’autre pas, si l’un veut vivre à la ville et l’autre à la campagne, si l’un aime la réflexion et le silence et l’autre la musique et les divertissements bruyants, que va-t-il se passer ? Et à propos de tous les événements du monde extérieur, de la vie politique, sociale, culturelle, chacun a aussi ses opinions, ses garçons de sentir et de voir ; et si les réactions sont toujours divergentes, quelles conversations vont-ils avoir ? Ou bien ce sera la bagarre, ou bien chacun restera silencieux dans son coin, et dans l’un et l’autre cas la vie deviendra un enfer. L’essentiel, pour vivre ensemble, ‘est la communauté d’idées, de but, d’idéal.

Malheureusement, la plupart des garçons et des filles n’ont pas beaucoup de critères ; ils sont légers, trop pressés, et ils comptent sur le hasard des rencontres pour trouver les partenaires dont ils rêvent. Comme si la Providence était là pour privilégier les aveugles. Pas du tout. Du plus loin qu’elle voit des aveugles, la Providence prend ses jambes à son cou et laisse le destin se charger d’eux ; et le destin, vous savez, a intérêt à leur faire pousser des cris. Mais sil la Providence voit deux êtres qui se servent de leurs yeux pour y voir clair, elle dit : « Ah, j’aime ça, je vais les aider ».

Je conseille donc aux jeunes gens de ne pas prendre de décision précipitée, mais d’étudier d’abord les lois de l’amour. Quand ils auront compris comment s’aimer, comment se préparer à avoir des enfants et à les éduquer, ils pourront se décider. Mais s’ils se précipitent, très vite, surtout quand les enfants seront là et que toutes sortes de difficultés se présenteront, ils se sentiront dépassés. Ils iront chercher des psychologues et des médecins, ils liront des livres pour s’instruire, mais ce sera trop tard. Il ne faut pas se dire qu’on a le temps, qu’ensuite on verra bien, qu’on arrivera toujours à se débrouiller. Non, c’est avant qu’il faut s’instruire.

http://herosdelaterre.blogspot.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *