Afin de devenir un livre vivant

livre de vie

Les artistes créent, dans une matière extérieure à eux, des œuvres extérieures à eux ; c’est sur cette matière extérieure qu’ils concentrent leurs efforts, et ils font des merveilles.

Mais je vous dirai que, pour moi, le véritable artiste est celui qui est capable de se prendre d’abord lui-même comme matière de sa création. Toutes les méthodes de la vie spirituelle sont là à sa disposition pour l’aider et l’inspirer dans cette tâche. Dans le monde psychique, nous pouvons être musiciens, poètes, architectes, sculpteurs, etc. Tous les arts sont compris dans le travail du disciple de la Science initiatique. Quelle découverte cela a été pour moi, le jour où j’ai compris que je pouvais travailler sur une matière qui ne m’était pas étrangère, ma propre matière. C’est pourquoi je ne m’occupe que d’écrire mon propre livre, c’est-à-dire moi ; je n’ai jamais rien écrit d’autre que ce livre que je suis. Vous direz : « Mais alors, et vos livres que nous lisons ? » Je ne les écris pas, j’ai confié ce travail à certaines personnes.

Moi, je m’applique seulement à écrire mon propre livre, et je parle en sachant que parler, c’est aussi écrire. Oui, je parle en m’efforçant d’imprimer sur vos âmes des écritures célestes.

… Et chacun de vous est aussi un livre, un livre qu’il est lui-même en train d’écrire : ses pensées, ses sentiments tracent les caractères d’une écriture qui va se graver dans la matière de ses corps subtils. Donc, devenir un livre vivant, voilà désormais un travail pour vous. En vous appliquant à ce travail, vous aurez une influence bénéfique sur tous ceux qui s’approcheront de vous. C’est aussi cela l’amour fraternel.

Même si la parole d’un Maître spirituel peut être contenue dans des livres, les livres de papier lui paraîtront toujours insuffisants. Il est lui-même un livre vivant et il a besoin que ses disciples deviennent aussi des livres vivants.

C’est sur eux d’abord qu’il écrit, c’est dans leur tête et dans leur cœur qu’il dépose les semences de son Enseignement, avec l’espoir qu’elles iront un jour fructifier partout dans le monde. Ainsi, le Maître a écrit un livre que personne d’autre que lui n’aurait pu écrire : moi. Oui, je suis un livre qu’il a écrit.

La terre est si éloignée du soleil ! Mais la distance n’empêche pas le soleil d’écrire sur la terre, et cette écriture, ce sont les pierres, les plantes, les animaux, les humains, auxquels il donne sa lumière, sa chaleur et sa vie. Comme le soleil, le Maître écrivait sur moi à distance. Ce sont des milliers et des milliers de pages qu’il a écrites et qui sont maintenant résumées dans ce livre que je suis. Et puis un jour, il m’a dit : « Maintenant, tu es prêt, tu peux partir ».

Omraam Mikhaël Aïvanhov

http://herosdelaterre.blogspot.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *