Âmes incarnation réincarnation…

ames

Vieilles âmes incarnées en cette période.

Nous vivons une époque très particulière, en laquelle doit se produire l’élévation des esprits, comme celle de notre système solaire.

De vieilles âmes qui n’avaient pas de nécessité de réincarnation, dont certaines n’ont du reste jamais vécu sur cette planète, se sont incarnées, dès les années 50. Beaucoup se sont incarnées à partir des années 80.

Je sais aujourd’hui être du nombre de ces âmes qui ont un rôle à jouer auprès des autres, tant en cette période d’avant la finalisation du plan divin, que dans la période d’après. D’autres ne montreront leur utilité qu’après, une fois la transformation accomplie.

Les vieilles âmes incarnées en cette époque, ont des caractéristiques qui ne sont pas communes.

1) Très tôt, elles ont une perception des choses qui dérange, avec une maturité intellectuelle précoce, ce qui ne passe pas forcément par la réussite à l’école; leur maturité précoce leur vaut une difficulté à être acceptées par les camarades de classe, et souvent les enseignants ne les aident pas, mais rendent l’enfant porteur d’une vieille âme, responsable du rejet qu’il subit de la part des autres; les vieilles âmes sont donc durant l’enfance, en décalage avec les autres, du fait d’une maturité acquise, et cela leur génère de la souffrance, qui sera mal interprétée, et qui aboutit souvent au repli sur soi pour s’éviter de nouvelles souffrances; ce repli lui-même sera reproché à ces vieilles âmes, et par conséquent, quoiqu’ils fassent, les enfants, jeunes, et plus tard adultes, car rien ne changera, porteurs de vieilles âmes, sont en déphasage avec le niveau moyen d’évolution des individus, ce, toutes classes sociales confondues. Souvent, le enfants et jeunes, porteurs de vieilles âmes, préfèrent la compagnie des personnes âgées, à celles des personnes de leur âge ou de l’âge de leurs parents. Pour échapper aux reproches permanents, au rejet, ces vieilles âmes feront semblants de s’intéresser aux choses plus futiles qui intéressent les autres, mais là encore, ça sonne faux et on les rejette de nouveau. De ce rejet systématique, résulte une grande souffrance; on mesure sa propre différence, qui n’est pas physique, mais une différence d’être, et on sait que c’est immuable

2) Très tôt, elles ont des dispositions nettes à toutes sortes d’arts, comme la musique, le dessin, l’écriture, et des œuvres abouties leur viennent en tête qu’elles ne peuvent que rarement porter à la connaissance d’autrui, leur entourage n’étant généralement pas encourageant en ces domaines. Leur entourage leur demande généralement de la fermer, il n’y a pas d’autres mots, cela dès l’enfance, et ça continue ensuite.

Les vieilles âmes sont donc rejetées par leurs proches, comme elles le sont d’une manière générale. Si elles en ont la possibilité, elles se rapprochent des animaux, des plantes, des arbres, de la nature la moins domestiquée possible, et il faut avouer que notre environnement de béton et d’asphalte, n’ajoute rien de bon pour ces vieilles âmes.

3) Les veilles âmes ont des dispositions à la médiumnité, la voyance, la prophétie même, et cela contribue à les faire rejeter de leur propre famille; les personnes de ma génération, concernées, se souviennent encore des baffes reçues de ce fait. Elles mettent donc de côté tout cela, mais le fait de rejeter ces capacités au lieu de les accepter comme on accepte le don pour la couture ou la cuisine, se retourne contre la personne en déni de soi-même par ce rejet d’un type de capacités considérés comme inacceptables.

4) les vieilles âmes n’aiment pas l’hypocrisie ni la tricherie, si voyant les autres tricher sans être sanctionnés, elles se hasardent une fois à tricher, elles seront aussitôt sanctionnées. C’est un fait éprouvé par toutes les vieilles âmes ! J’ai par exemple le souvenir de ne jamais avoir triché en classe, mais les deux seules fois où j’avais préparé un mini pense-bête à l’intérieur de ma trousse, comme par hasard, le professeur est venu s’asseoir sur le bord de mon bureau, durant l’interrogation… Ceci dit, ayant travaillé, j’eus de bonnes notes. Jamais je n’avais vu le professeur s’asseoir ainsi sur le bord d’une table d’élève, durant une interrogation, et cet enseignant ne pouvait pas savoir que j’avais ce petit papier au fond de ma trousse… Ceci n’est qu’un exemple.

5) Ces vieilles âmes ont très tôt des idéaux, seulement voilà, le cadrage donné aux idéaux, cadrages associatifs, politiques, ne laissent pas souvent place à la liberté de conscience individuelle, laquelle, travaille en permanence, et peut évoluer; ces organismes figent les choses, et assortissent le tout, de bien pensance, de politiquement correct qui les éloigne de fait, de toute possiblité d’approcher de leur idéal ; il en résulte que les vieilles âmes ne peuvent défendre aucun idéal à l’intérieur d’une organisation, puisqu’elles placent au plus haut point, le libre arbitre, clause de bon usage de la parcelle d’esprit divin qu’est la conscience.

6) Sur le plan santé, ces vieilles âmes n’ont pas des pathologies communes, mais des choses « bizarres » qui dépassent la médecine. L’extrême tension qu’ils doivent subir en permanence, tant du fait de leurs proches que du fait social, induit un panel symptomatique atypique. De ce fait, la médecine qui marche chez eux, va de l’homéopathie, à la phytothérapie, en passant par le magnétisme, l’acupuncture, mais certes pas une médecine qui fractionne l’individu ! Les veilles âmes doivent vraiment être vraiment être soignées de façon holistique.

7) Ces personnes sentent bien que leur différence n’est pas là pour rien, et qu’elles ont quelque chose à faire, et elles se demandent comment elles peuvent se trouver dans un monde où leur conscience se sent tellement à l’étroit qu’on dirait un vêtement mal taillé. Tout ce qu’elles vont tenter pour « vivre en ce monde », échouera, tout, sauf ce qu’elles ont à faire de précis, et qu’on peut peut nommer « la mission d’incarnation ». Seulement, cela ne vient pas comme ça, et il faut que toutes les illusions relatives à une possibilité d’intégrer ce monde à la manière de tout un chacun, soient abandonnées, ce qui est tout de même désespérant, pour que la révélation soit faîte, d’une manière souvent peu explicite, et souvent après un évènement traumatique, soit physique, soit psychologique.

Alors, ce sera comme un mur qui se construit brique après brique, les briques surgissant comme par hasar, ici ou là, souvent en des circonstances inattendues.

Dans le même temps surgissent des entraves pour détourner la vieille âme de ce qu’elle doit faire, mais la vieille âme apprend à passer outre, car son but a quelque chose de sacré. Ce n’est pas un choix d’individu, mais un devoir qui gouverne la vie de la vieille âme.

Bref, être une vieille âme incarnée en cette époque, c’est tout, sauf une sinécure !

C’est particulièrement le cas pour ceux qui ont actuellement moins de quarante ans.

Cela demande de se forger une carapace infranchissable, ce qui au fond, sied aux guerriers de la Lumière. Si par le passé j’ai tenté de montrer aux miens une image fictive de « normalité », bien réductrice pour mon âme plus accomplie que la moyenne, et je n’ai pas de complexe de supériorité, ce fut longtemps le contraire à cause de ce qu’on m’imposait, contre ma nature, je suis juste lucide, et j’ai dépassé le « faire semblant », la fausse image qu’on m’imposait de donner, laquelle image fausse ne servit qu’à me déconsidérer davantage, maintenant, je dis : « Je suis comme ça, que cela plaise ou non, et ce n’est pas un crime d’être ce que je suis. »

Mon âme est la mienne, mais pas celle des autres, et chacun doit se situer sur le cheminb d’évolution de son âme, et certains sont déjà plus loin que les autres; celui qui est plus loin pour avoir commencé plus tôt, n’a pas à régresser pour faire plaisir aux autres, en pure perte d’ailleurs, comme je me suis hélas appliquée à le faire en apparence, sur exigences de l’entourage. C’est aux autres, d’accepter le fait même de l’évolution des âmes, qui conduit certaines personnes à être comme je l’étais étant toute petite déjà, de façon native, avec mes dons spéciaux.

Mon évolution au bout d’un long cheminement de souffrances, par rejet de ce que j’étais, me conduit finalement à être ce que je suis, à l’assumer et à le revendiquer,

car JE SUIS .

« Être ou ne pas être, telle est la question. »

Shakespeare. « Hamlet ».

http://marie.roca.over-blog.com/article-vieilles-ames-incarnees-en-cette-periode-91065998.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *