Bébé

bebe endormi2

Dors mon joli bébé dans ton lit de draps blancs,
Tes petits poings serrés posés contre tes joues
Et ton dos tout bombé, relevant tes genoux,
Ramassé comme si tu prenais ton élan.

C’est vrai, c’est le moment du premier firmament,
Le défi est en place, rempli de tes espoirs
Et déjà tu réjouis la vue de tes parents,
Aurions-nous pu faire mieux pour ce nouveau départ ?

Tu sembles si serein, le sang sous ta peau fine
Dessine un entrelacs de formes et de lignes,
Fait hoqueter ton crâne sans cheveux et signe
Sa présence en bougeant ton cœur dans ta poitrine.

Et soudain, sans raison, surgit sur ton visage
Un sourire confiant, qui te donne avantage.
A qui s’adresse donc cette douce risette
Qui charme ton minois et t’apporte fossette ?

Tu parais si serein, si rempli de tendresse
Et pourtant si lointain, comme si tu l’adresses
A quelqu’un d’invisible pour nous déjà humains,
Serait-ce un angelot qui t’a baisé la main ?

Bien que tu sembles là tu n’es pas arrivé,
Porteur de cette âme qui t’a donné la vie
Et dans ton premier souffle t’a alors pénétré,
De chaque côté encore tu oscilles indécis.

Peut-être ton sourire baignant ton doux visage
S’adresse à tes parents, pour qui tu es venu,
Pensant que ce bébé, tout rond et tout menu,
Signait la récompense d’un amoureux message.

Tu ris car tu connais encore la raison de ceci,
Tu ris avec tes anges de cette comédie,
Car tes parents ignorent que tu les a choisis.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *