Chacun tisse sa destinée

Chacun tisse sa destinée

L’Humanité semble divisée en deux parties :

– La première est constituée d’individus qui, formatés par l’illusion et les vieux schémas enfermant du passé imagine un futur apocalyptique et destructeur, l’enfer sur terre. L’attention de ces personnes est attirée inconsciemment vers tous les scénarios, images, discours qui nourrissent cette idée (films et romans apocalyptiques, séries télévisées, etc.) Chaque idée s’amalgame à la somme des pensées identiques et forme un égrégore, une forme spectrale qui, un jour où l’autre s’actualisera comme réalité.

– La seconde est constituée d’individus qui imaginent des lendemains meilleurs, œuvrent pour la création d’une humanité en paix, où tous les humains vivront en bonne harmonie, dans la joie, le partage équitable. Ils utilisent leur pensée créatrice pour créer de belles choses et ainsi toutes les pensées s’unissent et forment un égrégore déterminant un avenir bénéfique pour tous. Leur attention est attirée par les films, romans, créations, qui donnent de l’espoir.
Ainsi, selon les pensées que nous émettons nous participons à l’un ou l’autre de ces « futurs possibles ». A notre insu, nous nourrissons simultanément les deux. Selon nos états d’âme de l’instant. Ceci nous amène à vivre des périodes où tout va bien et d’autres ou tout va mal.

Enfer ou Paradis

Tant qu’on nourrit des scénarios apocalyptiques, on participe à la création de l’enfer. Pourtant le langage des oiseaux est clair. L’enfer- me – ment résulte bien d’un mensonge, d’une illusion que nous avons nourri au fur et à mesure de nos vécus ici-bas. Certes, nous ne pouvons pas nier le passé, les guerres, la violence, les conflits, tout cela à bien été réel, mais il importe de ne pas nous cristalliser sur ce qui à été vécu mais sur ce qui est à vivre.

La cause est toujours improbable.

C’est la même chose qui se passe lorsque nous passons par une épreuve de maladie. Au début, on cherche à savoir pourquoi et comment on a attrapé tel virus ou subi tel accident. Mais la cause véritable ne peut venir car elle est liée à d’autres causes déjà transformées en effet. Les méthodes de décodage révélés par certains thérapeutes s’avèrent souvent incomplètes ou inefficaces, elles montrent juste « une probabilité ».

Certes, trouver la cause probable d’un problème peut être libérateur. A condition toutefois que ce soit la vraie cause et dans 99 % des cas, ce n’est pas la réalité.

Le karma : loi de cause à effet

Nous ne pouvons pas découvrir la cause véritable d’une maladie dite karmique : la croyance collective peut nous amener à croire que nous payons une erreur passée ou, que nous avons encore un truc à régler avec notre conscience, mais ce n’est pas encore la vérité.

Nous venons tous en ce monde avec un bagage karmique, une sorte de fardeau à porter, mais ce n’est point suite à une punition résultant d’un péché commis contre Le Divin. Celui-ci ne punit pas, Il est grâce permanente. Nous sommes venus en ce monde pour expérimenter les deux aspects de la force créatrice et en tirer une sagesse expérimentale afin de choisir les idées génératrices de bienfait personnel et collectif.

Une âme qui à décidé de trouver le remède d’une maladie, peut accepter de s’incarner avec cette maladie, parce que ce n’est qu’en expérimentant cela qu’elle pourra en trouver en elle la solution en elle et l’offrir à tous ceux et celles qui vivent la même expérience. Le karma n’est pas une punition mais une « mission » à accomplir, pour le bien être du collectif.

Il est peu recommandé de « juger » le vécu existentiel à partir du petit « moi » qui ne peut comprendre le pourquoi du comment. La meilleure solution, consiste à se consacrer sur l’ici et maintenant afin de trouver le remède adéquat au mal ou la solution au problème qui se présente.

Se projeter dans le passé pour trouver la cause probable d’un « mal », que ce soit au niveau personnel ou collectif, est perte de temps. La sagesse ne peut venir de l’observation des faits passés.

Observer le passé ne sert pas à grand-chose.

Malgré le fait que l’humanité soit passée par des guerres destructrices terribles, les conflits ne cessent de se perpétuer. L’Humanité oublie vite et à tendance à réitérer sans cesse les mêmes erreurs. La technologie actuelle à évolué beaucoup plus vite que la conscience et le résultat est là : nous disposons de moyens destructeurs de plus en plus efficaces et certains dirigeants sont prêts à déclencher l’Apocalypse malgré le fait qu’ils en connaissent les conséquences.

Il ne nous sert pas à grand chose de nous focaliser dans le passé pour chercher la cause des problèmes d’aujourd’hui. Il suffit simplement de tenir compte du « Ici maintenant » et faire pour le mieux, penser à de belles choses. Cela oblige à des choix.

Choisir son destin.

L’Humain est tellement obnubilé avec ces histoires de combat entre le bien et le mal qu’il ne peut imaginer un monde en paix. C’est la raison pour laquelle la plupart des réalisateurs de films et certains écrivains, établissent des scénarios ou le bien combat le mal qui est très puissant. On trouve cela dans les séries de super-héros. On imagine un monde encore pire qu’aujourd’hui, un univers ou les méchants disposent de puissants pouvoirs et où des super héros (nous en l’occurrence) utilisons nos « pouvoirs magiques » pour contrer les méchants et après bien des combats, nous réussissons à les vaincre.

Ces scénarios ne sont pas anodins, ils nourrissent notre imaginaire, notre corps astral de scénarios de violence et cela nous occulte d’accéder à un monde de paix. Là encore le langage des oiseaux est révélateur : cela nous distrait, nous amuse c’est à dire « use notre âme ».

L’Attention est créatrice. C’est là tout notre pouvoir. Nos pensées s’échappent de nous et vont s’unir aux pensées similaires et c’est ainsi que nous tissons notre destin. Nos pensées d’aujourd’hui créent notre futur, au niveau individuel et collectif. Tout s’accomplit par la Loi de résonnance, toute pensée se met au diapason des égrégores vibrant sur le même mode.

Par effet de résonance, l’égrégore renvoie à l’émetteur de la pensée, une nourriture adéquate, et cela tisse un lien indéfectible.

Arachnée : l’araignée dévoreuse

Les « forces de l’Ombre » ont été représentés par une immense araignée tissant sa toile. A chaque fois que nous nourrissons ou nous nourrissons d’un scénario de violence, de guerre ou de destruction apocalyptique, nous sommes comme des mouches engluées sur la toile. Nous ne pouvons plus bouger, nous sommes pris au piège et petit à petit l’Araignée nous dévore.

Cependant dès que nous cessons de nous débattre et ne nourrissons plus cet Égrégore ; nous pouvons nous libérer. Une fois cela accompli, il ne sert à rien de vouloir détruire cet Égrégore, il est trop puissant puisque nourri par le collectif. Il importe plus de pardonner, d’oublier et de se consacrer à la création d’un monde en paix.

Alors peu importe le passé, peu importent nos erreurs, peu importent nos maux passés, nos erreurs, nos croyances, importe Ici et maintenant. Ce n’est pas parce que depuis 300 000 ans, nous avons vécu des expériences difficiles que nous devons nous y enfermer.

Quand l’hiver se termine, il faut profiter du Printemps. Quand les nuages s’effacent, le Soleil qui était là apparaît et illumine notre ciel (conscience). Par l’Attention nous pouvons dépasser les nuages de notre quotidien et nous élever au-dessus des nuages pour avoir une autre vision.

PAR CHRISTIAN DUVAL

Retrouvez toutes les chroniques de Christian Duval sur la Presse Galactique !

Vous êtes invités à reproduire cet article pour le retransmettre en incluant ceci :
« Chronique trouvée sur lapressegalactique.org »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *