Cinq minutes suffisent pour rêver toute une vie

Cinq minutes suffisent pour rêver toute une vie

Quand nous regardons quelqu’un qui nous plaît dans les yeux, une seconde avant de poser nos lèvres sur les siennes, le temps s’arrête.

On dirait que tout est plus lent, que l’on peut rêver et ne pas se réveiller, et plus tard, lorsqu’on se souvient de ce moment, on a l’impression qu’il a duré une demi-seconde.

Le jour où on vous donne une mauvaise nouvelle comme la mort d’une personne, vous avez l’impression que les secondes s’allongent et durent des éternités, et que le temps passe très lentement.

La perception du temps

Nous pouvons dire qu’il existe un temps chronologique et un temps subjectif qui est celui que nous percevons en fonction de ce que le moment nous transmet.

Ce temps subjectif suppose que nous ayons une notion de passé, de présent et de futur. Nous l’utilisons pour comprendre la durée des événements et pour les situer à un moment déterminé.

“Ne dors pas pour te reposer, dors pour rêver car les rêves sont là pour être réalisés”
-Walt Disney-

Notre sensibilité en lien avec le temps influe aussi sur les tâches mentales comme penser à résoudre un problème, prendre des décisions ou planifier le futur.

Le psychologue John Wearden, affirme que la perception du temps est liée à la mémoire et à la vision.

Si, subjectivement, vous avez la sensation que le temps passe lentement, vous verrez plus de choses et vous vous souviendrez de moins de choses.

Le psychologue Hudson Hoagland a observé en 1920 que la perception du temps était liée à la température du corps.

L’épouse de Hoagland était malade et avait de la fièvre. Il est sorti un moment et son épouse a eu l’impression qu’il était parti pendant très longtemps.

Alors, il lui fit compter 60 secondes chaque jour et se rendit compte que lorsqu’elle avait plus de fièvre, elle comptait plus vite, c’est-à-dire que plus sa température était élevée, plus son horloge interne était rapide.

Une expérience nouvelle active nos neurones

Le neuro-scientifique David. M Eagleman est spécialisé dans l’étude des phénomènes liés à la perception du temps par le cerveau humain.

Il a réalisé plusieurs résonances magnétiques et est arrivé à la conclusion que quand une expérience est nouvelle ou surprenante, l’activité de nos neurones augmente, pour pouvoir l’enregistrer.

“Un jour, tu te réveilleras et tu découvriras que tu n’as plus le temps de faire ce dont tu rêvais. Le bon moment, c’est maintenant. Agis”.
-Paulo Coelho-

Ce phénomène est dû au fait que nous y prêtons plus attention et nous gardons les détails dans notre mémoire, qui est plus dense dans les cas d’expériences nouvelles.

Quand nous nous souvenons d’une expérience nouvelle, on a l’impression qu’elle a duré beaucoup plus longtemps.

Freinez le temps pour rêver

Nous ne pouvons pas stopper le temps, mais nous pouvons profiter au maximum de chaque seconde, être conscient de chaque instant et nous sentir en vie.

Tout ce qui arrive à notre entourage, que ce soit bon ou mauvais, nous apprend quelque chose et si nous nous arrêtons un moment, nous pourrons apprendre et retenir la leçon.

Les secondes, les heures, les jours, les semaines, les mois et les années passent et nous ne pouvons pas les stopper.

Ce que nous pouvons faire, c’est aider notre cerveau à faire passer le temps plus lentement et qu’il nous permette de rêver.

Voici comment vous pouvez y arriver :

Ne cessez jamais d’apprendre. Conserver la curiosité d’un enfant, explorer le monde, se poser des questions, lire nous permettra d’activer notre cerveau et notre mémoire, et nous aurons la sensation que le temps passe plus lentement.

Découvrez de nouveaux endroits. Visiter de nouveaux endroits, sortir de sa routine, voyager et découvrir le monde, vous ouvrira l’esprit et incitera votre cerveau à travailler.

Il gardera ainsi toutes les informations du voyage et vous donnera l’impression que le temps passe plus lentement.

Osez rencontrer de nouvelles personnes. Nous évoluons toujours dans les mêmes cercles de personnes et nous créons une routine.

Amis, proches, connaissances, collègues de travail : ce sont toujours les mêmes. Sortez et parlez avec de nouvelles personnes, laissez-les vous découvrir et osez les connaître.

Suivez votre cœur et votre intuition. Nous pensons souvent trop pour prendre des décisions sans nous rendre compte que plus nous avons d’options, plus nous pouvons nous sentir confus. Suivez votre cœur et votre intuition, apprenez à être spontané et profitez de chaque moment.

Vous pouvez rêver une vie entière en une minute et l’allonger pour qu’elle s’étale sur des milliers de moments.

Il est possible de se souvenir d’un moment qui reste dans notre mémoire et d’en sentir l’odeur, le battement de notre cœur et les personnes qui nous accompagnaient.

“Être avec toi ou ne pas être avec toi est la mesure de mon temps.”
-Jorge Luis Borges-

https://nospensees.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *