De l’ombre a la lumière : être ou paraitre 1/2

montagne

par Christian Duval

Au sein Du Monde Unifié tout est pulsé par l’Onde d’Amour vibral : l’aimant attire l’aimé. L’âme attire à elle les particules adamantines adaptées à la forme de vie qu’elle souhaite animer : on devient dans l’Ici Maintenant ce que l’On est en tant qu’Idée. La forme vibrale est le reflet parfait de l’État d’Être, rien ne peut être caché, tout est transparent, révélé.

C’est ainsi qu’habillés de cette forme nous ressentons l’Essence animique émanant de toute forme rencontrée sans qu’il y avait besoin d’analyser quoi que ce soit. La Vérité est immédiatement ressentie.Notre Attention étant concentrée sur la Vision intérieure (celle de l’âme) l’Unité demeure. Le point d’Attention étant le point d’assemblage des particules adamantines générant notre « forme de vie ».

Au sein du monde dissocié notre « vision » à été détournée de l’Intériorité (vision vibrale) et notre Attention (point située au niveau du 3° œil) à été détournée vers l’extérieur : le monde phénoménal, visible, imagé. Notre Attention s’est dissociée en deux rayons : la force d’Attraction (localisée au dessus de l’œil gauche) et la force de Répulsion (localisée au dessus de l’œil droit). C’est ainsi qu’on attire ce qu’on aime et qu’on repousse ce qu’on n’aime pas. Tout est induit par notre intellect qui prisonnier des voiles matriciels ne dispose que d’une vision limitée.

On sort de l’Être pour Paraître.

Tout être réalisé dans l’Unité ressent la Vérité (son ego et son intellect étant transparents) alors qu’un Être non réalisé ressent à travers les voiles de ses corps subtils : mental, émotionnel, sensoriel et cela fausse le ressenti. Il ne ressent que par le senti-Mental qui interfère par le sensoriel émotionnel et il ne voit les choses que par l’Ombre générée par l’illusion.

Ainsi lorsqu’on se trouve face à un être on ne ressent pas ce qu’il est en Vérité mais ce qu’on pense à partir de nos ressentis émotionnels, sentimentaux et sensoriels. La vérité ainsi passe par notre Ombre et devient une illusion.

On peut exister dans ce monde sous une forme de « paraitre » qui voile la Vérité : on fait semblant et l’apparence est trompeuse On peut paraitre honnête et s’habiller chic afin de pouvoir en toute sérénité être pickpocket dans le métro ou arnaquer les personnes avec lesquelles on fait des affaires ; sous un beau masque peut sa cacher un mauvais garçon.

Grâce à la chirurgie esthétique on peut « changer de masque », améliorer notre visage, notre corps, changer de look, et se parfumer avec du Chanel N° 5 afin de masquer nos odeurs corporelles qui sont en étroite relation avec le parfum de notre Âme. Dans les jardins d’Éden ; Eve n’avait pas besoin de se parfumer, elle sentait bon naturellement comme sentent aussi les Initiés (parfum de rose, de musc ou de lotus)

Par le filtre de l’ego on attire ou on repousse les êtres et les choses à partir des critères et préjugés enregistrés en notre moi formaté par l’illusion collective. Notre vie sur terre est réellement un jeu de masques. Nous mettons une multitude de costumes différents pour jouer des rôles.

On se projette via l’Ombre

On projette devant soi l’Ombre de ce que l’on pense : ce peut être une belle pensée ou une moins belle, le processus est toujours identique. On peut projeter la Lumière de l’Ombre (belles pensées, belles paroles, belle apparence) ou l’Ombre de l’Ombre (pensées négatives, critiques, jugements, apparence misérable) mais on ne voit les autres que par cette « Ombre » qu’on projette sur les autres via des jugements et critiques.

On se compare aux autres et on se trouve toujours « mieux » ou « moins bien ». On ne se sent exister qu’en se comparant au lieu d’être ce que l’on est. La société nous offre des « modèles » et nous nous empressons de ressembler à ceux qui nous attirent et à ne pas ressembler à ceux qui nous répugnent

On peut projeter la Lumière de l’Ombre par de belles paroles émanant de Maitres de sagesse et se faire passer pour un être lumineux alors que cela n’est que du paraitre et en dehors des périodes où l’on enseigne on peut se comporter comme n’importe quel humain avide ou cupide. On pense alors être Solaire alors qu’on est encore empiété dans l’Ombre généré par les émanations lunaires.

Le Spectre génère l’Ombre

La Lumière que nous utilisons en ce monde émane du Spectre électromagnétique. Un Spectre n’est ni plus ni moins qu’un fantôme, un reflet. Ce que nous appelons « âme » ici bas n’est en fait que la banque mémoire de nos expériences vécues et cristallisées comme souvenirs tout au long de notre incarnation. Cette « âme » lunaire n’est pas immortelle mais qu’un reflet déformé et limité de notre véritable Ame solaire et unifiée (révélatrice de notre Identité stellaire).

Via la Lumière électromagnétique nous pouvons ainsi « séduire », tenter, paraitre comme le font les publicistes via les médias qui agissent comme les « tentateurs » du bas astral. La séduction par l’image est l’apanage des forces lucifériennes.

La « toile » facilite l’Ombre

De nos jours il est facile de « paraitre » via la « Toile »Internet. On peut créer un site web et puiser sur d’autres sites des enseignements ou textes révélateurs de vérités afin d’enrichir notre page et sous couvert de cette « pub » vendre n’importe quoi aux visiteurs qui ayant lu les textes révélateurs pensent qu’on est l’incarnation vivante des écrits publiés.

Toute forme dense éclairée par une Lumière extérieure projette une Ombre.

Lorsqu’on marche face au Soleil levant, les rayons solaires pénètrent en notre corps via notre cœur, notre plexus et notre 3° œil : on vit Conscient, dans le Présent. Notre Ombre (Passé) se trouve derrière nous et n’interfère pas dans notre Présent.

Lorsqu’on marche dos au Soleil ; les rayons solaires activent la zone occipitale de notre cerveau et activent notre cerveau reptilien, notre Ombre se projette devant nous et nous marchons dans notre Passé qui modifie notre Présent. (Nous restons prisonniers de l’inconscient)

Lorsqu’on marche sous le Soleil de Midi (zénith) les rayons solaires pénètrent via notre fontanelle et illuminent tout notre intérieur : l’Ombre disparait, fusionne avec le corps. On est aligné sur le Logos qui ainsi active notre Soleil intérieur qui se met à rayonner depuis ce Point : La Lumière émane de notre aura. On vit dans le Soi supramental

On devient transparent, aucune Ombre du Passé (expériences vécues) ou du Futur (désirs non réalisés) ne vient obscurcir notre Conscience. On vit dans la Présence et l’Onde d’amour et de Grâce accomplit des miracles en nous et autour de nous sans aucune intervention de notre volonté ou de notre ego. Il n’y a plus de voile sentimental ou émotionnel : la transparence est totale. On vit dans l’État d’Être Originel.

Ne plus projeter d’Ombre

A ce moment on ne peut plus projeter d’Ombre sur quiconque. Tout jugement, toute critique portée sur une personne génère de l’ombre. L’ego n’existe qu’en se comparant aux autres et il cherche sans cesse à vouloir changer les autres. Il pense être « mieux » que ceux-ci et veut les modeler à son image, les convaincre de ses vérités.

Tant qu’on se laisse manipuler par l’ego on projette de l’Ombre et on sort de l’Unité Supramentale. On ne devrait jamais parler des autres quand ils sont absents, que ce soit en bien ou en mal. On dit toujours du bien des êtres qui pensent comme nous et du mal de ceux qui pensent autrement mais toutes nos opinions dépendent du point de vue de notre ego.

Il en est de même au niveau personnel, on ne doit jamais dire de bien de nous (vantardise) ou de mal (dénigrement) car cela nous maintient dans l’Ombre. Quand tout va bien dans notre vie notre ego à tendance à se vanter de ses réussites. On peut sentir une certaine compassion envers ceux qui n’ont pas réussi mais celle-ci est le plus souvent de la pitié qui émane de l’ego qui ainsi se sent supérieur.

Quand on vit l’inverse, que tout dans notre vie semble avoir échoué, l’ego nous attire dans les basses fréquences de l’astral : on se trouve nul, bon à rien, incapable et on reste dans l’Ombre. L’ego joue au chat et à la souris avec nous et nous amène à vivre des états d’exaltation suivis d’états de dépression.

Tant qu’on n’est pas réunifié on reste dans ce processus.

Il est inutile de vouloir dire du bien ou du mal des autres ou de soi mais plus utile de s’aligner sur le Soi pour rayonner la Lumière car ce n’est qu’une fois cela réalisé qu’on perçoit l’Unité du Tout et on ne peut plus projeter d’ombre sur qui que ce soit : on éprouve la véritable compassion.

Tout créateur est immanquablement embringué dans sa création.

Tant qu’on n’a pas réalisé cela on nourrit l’ombre : si on n’est pas d’accord avec le président de la république on le critique, on le juge, on le calomnie, on critique son programme alors qu’on n’est même pas capable d’offrir nous-mêmes une solution que l’on pourrait peut être lui envoyer. Il est plus facile de critiquer que de trouver des solutions. Lorsqu’on dit « ce monde est pourri, le système est pourri » on oublie souvent de se rappeler que nous « sommes le monde » et que celui-ci est aussi notre co création car si nous l’expérimentons c’est qu’un jour ou l’autre nous avons nourri les paramètres de celui-ci.

Ce n’est qu’une fois que l’on a réalisé que tout était illusion qu’on peut se libérer de celle-ci et qu’on cesse de lutter, de vouloir changer les choses, car on perçoit que tout cela n’est qu’un rêve. Au sein de ce monde on ne peut guère que changer les objets de place, prendre à l’un pour donner à l’autre mais on ne peut rien faire de plus. On peut prendre aux riches et donner aux pauvres mais il y aura toujours des plus riches et des plus pauvres. On peut endiguer un problème et en créer un autre encore plus insoluble. Si on ne veut plus être prisonnier de ce cauchemar on n’a qu’une solution : sortir du rêve et voir celui-ci depuis le point de vue du Soi. Ainsi on peut continuer à vivre ce rêve – tant qu’on est encore là- sans le prendre au sérieux. Tout n’est qu’éphémère.

Lorsqu’on est établi dans cet État d’Être on n’a plus rien d’autre à faire qu’à Être ou laisser Être.

La Vérité qui est en nous se révèle à l’extérieur ; on ne met plus de masques, on ne se cache plus derrière un pseudo ou un personnage, on ose Être ce que l’on Est. Tout dans notre Présence en témoigne: notre façon de parler, de marcher, de manger, de communiquer. Que l’on soit sur la scène ou hors de la scène on est toujours simple, innocent, transparent, humble et aimant. On ne met aucune vesture pour paraitre : on ose être Nu… simplement.

Quand on demande à un Être réalisé ce qu’est la Vérité il nous montre le Soleil afin qu’en contemplant cette image nous puissions au-delà de celle-ci percevoir la Présence qui l’anime. Tant qu’on voit le Soleil comme une boule de feu qui s’éteindra un jour on reste dans l’Illusion : certes la forme peut disparaitre mais l’Esprit qui l’anime est Éternel et nous sommes aussi cela.

Quand on se trouve face à un tel Être et aussi simple soit il (il peut être jardinier, conteur, passeur, femme de ménage, aubergiste) on ne perçoit pas uniquement une Partie du Principe mais la totalité du Principe : l’Absolu se manifeste en sa Perfection et sa totalité en chaque particule de vie aussi infime soit elle. Le brin d’herbe peut nous mettre en contact direct avec la Source et non seulement une partie de celle-ci car tout ce qui vit est Hologramme du Tout. C’est pour cela que Jésus a dit « quand vous me voyez vous voyez le Père ».

A suivre………

Christian Duval Wydyr
http://lapressegalactique.net/2014/10/22/de-lombre-a-la-lumiere-etre-ou-paraitre-1-de-2/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *