Des groupes d’enfants indigo

Les enfants indigo font partie d’un groupe d’individus qui sont tout d’abord venus sur cette planète vers la fin des années 70.

Certains d’entre eux sont arrivés plus tôt, ils agissaient alors comme « éclaireurs ». Ces tout premiers indigos sont venus par petits groupes vers la fin des années 50 et dans les années 60 pour jauger la planète au nom du groupe plus important qui devait suivre. À la lecture du présent ouvrage, vous découvrirez peut-être que leurs caractéristiques vous correspondent, et vous vous demanderez alors: « Suis-je un enfant indigo, même si j’ai déjà atteint l’âge adulte ? »

Si une telle pensée vous venait en cours de lecture, c’est que vous vous identifierez alors à un aspect du scénario indigo qui s’assimile au but de votre existence. Vous, tout comme les enfants indigo, êtes un artisan de la lumière. Pourquoi l’expression « enfant indigo » ? Cette expression réfère en fait à la couleur bleu indigo, un ton de bleu foncé similaire à celui du lapis-lazuli ou d’un jeans. Cette couleur est celle des chakras, ou énergie. Chaque génération semble douée d’une conscience collective ou, si vous voulez, porteuse d’un rôle commun. Il est possible d’associer l’âge adulte de chaque génération à une question spécifique et à un chakra, avec sa couleur correspondante. Par exemple, ceux qui ont appartenu à la génération postérieure à la dé- pression économique et à la Seconde Guerre mondiale, dans les années 40 et 50, avaient des problèmes reliés à la sécurité. Ces gens se mariaient jeunes et conservaient le même emploi leur vie durant.

Que leur mariage ou leur travail soit un gage de bonheur était une question accessoire puisqu’ils accordaient d’abord de l’importance à la sécurité que leur position leur procurait. Ce type de perspective relève du chakra racine, le centre d’énergie situé à la base de la colonne vertébrale. Chaque chakra tourne à une vitesse différente, en fonction des questions liées à celui-ci. Les chakras ayant trait aux questions matérielles tournent à une vitesse moindre que chakras rattachés au plan spirituel Comme vous le savez peut-être, lorsque la lumière se meut lentement, elle est perçue sous forme de couleurs chaudes, tels le rouge, l’orangé ou le jaune. Plus l’onde lumineuse se déplace rapidement, plus les couleurs sont froides.

Le mauve est la couleur dont la vitesse est la plus rapide; elle est également associée aux fréquences les plus spirituelles. Parce qu’elle est reliée au chakra racine, la génération des années 50, celle des « enfants du rayon rouge » est ainsi désignée parce que le chakra racine tourne très lentement. Ceci donne l’impression d’être la plus lente de toutes les couleurs rapides : le rouge. Dans les années 60 et 70, les jeunes gens ne se préoccupaient pas tant de sécurité; ils s’intéressaient davantage à l’exploration des plaisirs physiques reliés à la drogue, au sexe et au rock-and-roll. Ces expériences correspondent au second chakra, dit du sacrum. Puisqu’il tourne à une vitesse légèrement plus rapide que le chakra racine, sa couleur est l’orangé. L’on pourrait dès lors appeler la jeunesse des années 60 ou 70 « enfants du second rayon, ou rayon orangé ».

La génération qui suivit, celle des années 80, se soucia de se nantir de propriétés et de pouvoirs personnels. Les femmes se sont mises à porter des costumes d’hommes d’affaires, aux épaules matelassées. Les jeunes se surchargèrent de dettes, achetant des voitures et des résidences pour épater la galerie. Ce comportement relève du troisième chakra, celui du plexus solaire, qui tourne doué d’une teinte jaune. Le début des années 90 marqua l’avènement d’une révolution spirituelle : de nombreux jeunes fréquentaient alors des églises ou des temples et lisaient des ouvrages sur une spiritualité non affiliée à la religion. Le pape, lors d’une allocution publique, s’excusa des torts passés de l’Église.

Les États-Unis connurent également une diminution des crimes violents. Cet intérêt accru pour la spiritualité et ce repentir étaient-ils dus à l’approche du nouveau millénaire, que d’aucuns prophétisèrent comme la « Seconde venue » ? Peu importe que l’éveil spirituel découle de la crainte ou de l’amour, ses répercussions semblent avoir perduré. Cette recrudescence de l’intérêt pour la spiritualité est un processus centré au cœur et, par conséquent, associé au chakra du cœur, dont les révolutions sont d’un vert émeraude. La fin des années 90 signala une époque où plusieurs personnes tentèrent d’acquérir une autonomie. Que ce soit par des investissements en Bourse, par le travail à son compte ou en se retirant complètement de cette course effrénée au sommet, l’époque en était une d’individualisme.

Les coupures dans les grandes entreprises ont mis fin à la sécurité d’emploi à vie. Ce fut l’ère du « chacun pour soi ». Par ailleurs, plusieurs ont exprimé le désir de mener une existence intègre. Cela impliquait de quitter ce qui, dans leur mode de vie actuel (travail, mariage, etc.) ne paraissait pas sain à leurs yeux. Ils se sont pour la plupart aventurés à monter leur petite entreprise en fonction de leurs intérêts. Ces changements sont associés au chakra de la gorge, lié aux questions de vérité et d’intégrité dans la communication. Ce chakra tournoie avec un bleu azuré. La révolution spirituelle des années 90 engendra une résurgence de l’intérêt pour les phénomènes supranormaux, intérêt qui accueillit le nouveau millénaire.

Pour la première fois, les médias conventionnels accordèrent la première page aux médiums tels que James Van Praagh, John Edward, Sylvia Browne et moi-même. Des films tels que Le sixième sens et des émissions télévisées comme Touched by an Angel abordaient ouvertement les thèmes des anges, des esprits telluriques et de la vie après la mort. Cet intérêt pour les phénomènes paranormaux est régi par le sixième chakra, ou troisième œil.

Ce chakra comporte trois couleurs différentes : le blanc, le violet et surtout l’indigo. Les bébés qui ont pris naissance depuis le milieu des années 70 jusqu’à aujourd’hui sont souvent appelés enfant indigo parce qu’ils sont, littéralement, les enfants du rayon indigo. Extrêmement intuitifs, ils tiennent pour acquis leurs visions et leur savoir parapsychique. Leurs dons spirituels sont affinés à ce point qu’ils sont souvent doués également sur d’autres plans – bien qu’ils voient cela plutôt comme une malédiction.

Par exemple, plusieurs de ces jeunes sont talentueux le plan artistique. Ce qui n’est pas surprenant, puisque l’art est une fonction de l’hémisphère droit du cerveau et que ces enfants montrent une prédominance de l’hémisphère cérébral droit. Leurs dons appartiennent au domaine de la création plutôt qu’à l’étude – l’hémisphère gauche – des arts. De ce fait, les enfants indigo échoueront peut-être leurs cours de musique parce qu’ils sont incapables de mémoriser les gammes ; par contre, après l’école, ils pourront composer une musique ravissante sur leurs instruments, grâce à leurs facultés sensorielles internes. De manière analogue, les indigos s’adonneront au griffonnage plutôt que d’écouter le cours, mais penchez-vous sur leur dessin, et vous découvrirez une œuvre d’art aux détails exquis.

La plupart des enfants indigo sont également doués sur le plan affectif. Ils serviront souvent de « psychologues de café » aux autres enfants, en leur prêtant une oreille compatissante et en étant une source de conseils judicieux. Les gens ont tendance à se confier à eux en raison de leur ouverture d’esprit et de leur tolérance. De ce fait, votre indigo pourrait bien ramener à la maison une collection hétéroclite d’amis – en vérité, le groupe de « patients » de votre enfant « psychologue ».

Extrait de « Aimer et prendre soin des Enfants indigo » de DOREEN VIRTUE– transcrit par Francesca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *