Être conscient amène douleur et réveil libérateur

être conscient amène douleur et réveil libérateur

La conscience est le mouvement de la pensée où sont générés la volonté, le désir, les émotions et les sentiments.

Être conscient engendre de la douleur et c’est pour cela que nous évitons souvent de nous regarder en face. Regarder en face ce que nous ne voulons pas voir, ce que nous rejetons et qui nous gêne chez les autres.

Les problèmes que nous expérimentons ne sont pas séparés de nous, nous sommes, de fait, ces problèmes. Les problèmes existent quand on ne se connaît pas bien. Ils surgissent de notre manque de compréhension de notre conscient et de notre inconscient.

“La connaissance de soi ne dépend pas d’une quelconque formule. Peut-être cherchez-vous à vous connaître grâce à l’aide d’un psychologue ou d’un psychanalyste ; mais cela n’a rien à voir avec la connaissance de soi. Celle-ci survient lorsque nous prenons conscience de nous-même dans la relation, révélatrice de ce que nous sommes, seconde après seconde.”
-Krishnamurti-

Le réveil de la conscience

Réveiller notre conscience consiste à débuter un processus, dans lequel nous allons nous sentir confortable.

Nous ne devrons plus nous éloigner de nos idées et nos croyances préconçues, faisant un ré-apprentissage pour élargir notre mentalité, nos perspectives et nos croyances.

Notre ego, formé de l’orgueil et de tous nos comportements puérils de l’âge adulte, représente la prison dont il nous est très difficile de sortir. Nous nous croyons libres et nous pensons que nous décidons à tout moment de ce qu’il va se passer, mais nous sommes esclaves de notre manque de conscience et de clairvoyance : nous ne nous connaissons pas nous-même.

La conscience nous amène une douleur car nous enlevons tout ce que nous avons évité de voir. Nous voyons la douleur que nous nous sommes infligée, à nous et aux autres, et notre manque de responsabilité face à tout ce qui est conséquence de nos actes et de nos pensées.

“Il n’est pas possible de réveiller la conscience sans douleur. Les gens sont capables de tout faire, aussi absurde soit-il, pour éviter de se confronter à leur propre âme. Personne ne s’illumine en imaginant des silhouettes pleines de lumière, mais en prenant conscience de l’obscurité.”
-Carl Gustav Jung-

Prendre la responsabilité de qui nous sommes

C’est beaucoup plus simple, sans aucun doute, de rester dans l’ignorance de qui nous sommes.

C’est ce à quoi nous sommes habitués, et nous agissons en renvoyant la faute sur les autres et sur les circonstances de tout ce qui arrive dans la vie. Sans questionner notre attitude ou nos pensées face à ce que nous vivons.

Quand nous sommes vraiment disposées à nous responsabiliser, à prendre la responsabilité de notre vie, commence alors le processus de prise de conscience.

Il s’agit d’affronter le fait de reconnaître ses peurs, ses difficultés, ses émotions, ses limites, ses manières de faire du lien, ses préjugés, ses croyances et ses modèles de conduite.

Tout le réseau dont nous faisons partie, la manière dont nous nous comportons avec nous-même et avec les autres : nous identifions ainsi tout ce que nous faisons comme faisant partie de nous, surtout ce qui nous affecte et qui est très douloureux.

Ce processus n’est pas quelque chose de théorique, mais quelque chose d’expérimental, dans lequel nous installons notre présent, en acceptant et en intégrant tout notre réseau de comportements actuel.

Nous sortons alors de notre zone de confort et de l’attitude infantile qui nous rend incohérent et irresponsable face aux circonstances qui se présentent.

“Être responsable revient à être présent. Et être vraiment présent, c’est être conscient. De même, être conscient est une condition incompatible avec l’illusion d’irresponsabilité grâce à laquelle nous évitons de vivre nos vies”
-Claudio Naranjo-

Être conscient rend libre

Pendant ce réveil de la conscience qui suppose de la douleur, surtout au début du processus, nous nous rapprochons de nous-même, et nous pouvons regarder nos lumières et nos ombres.

Nous intégrons tout ce qui nous entoure pour nous permettre d’être qui nous sommes réellement, et mieux nous comprendre.

Souvent, ce sont des situations de vie, où nous sommes confronté à des circonstances et à des étapes que nous nous voyons dans l’incapacité de franchir ou de résoudre.

Les étapes difficiles qui se présentent dans nos vies sont celles qui nous mènent au début du processus de la prise de conscience.

Lorsque nous sommes conscient de nous-même, nous nous libérons de nos répressions, de la culpabilité que nous tourmente, et des conflits toxiques dans notre relation avec les autres et avec nous-même.

Nous apprenons à différencier ce qui dépend de nous et ce qui relève de notre responsabilité. Nous prenons un engagement envers nous-même, pour prendre soin de nous et être heureux.

«Qu’est-ce que la liberté ? C’est d’avoir la volonté d’être responsable de soi-même»
-Friedrich Nietzsche-

http://nospensees.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *