Fermez votre cœur au monde des Illusions

coeur amour

Ouvrez votre cœur au monde nouveau qui s’offre à vous

Maître Bouddha

Vous êtes sur le Chemin que vous avez choisi. Vous l’avez fait en toutes connaissances de cause. N’ayez jamais honte de votre choix.

Vous entendrez des paroles mensongères, mais vous devez avoir la Foi car la Vérité a toujours été salie, et ceci depuis l’aube des temps.

Tous les « Adam » ont été entraînés par la chute dans la matière. Parce qu’ils n’étaient pas assez forts, ils succombaient au monde illusoire de la Terre.

Pendant toutes mes années de méditation, j’ai compris cela : il faut que l’homme se surpasse dans son individualité, qu’il cherche sans cesse, qu’il regarde sa véritable image dans l’eau claire de l’étang sacré, qu’il s’enivre au parfum de lotus, qu’il lise la sagesse dans la lumière des étoiles.
J’ai compris que le Plan Divin était parfait car, lorsque je passais des heures au soleil, lorsque j’étais épuisé de fatigue et de chaleur, le soleil se cachait et la nuit tombait. Lorsque j’avais peur dans l’obscurité, les étoiles m’éclairaient. Lorsque j’avais soif et que ma langue était enflée ainsi que mes lèvres, la pluie tombait.

Je me suis rendu compte que le Divin ne laisse jamais l’homme qui se cherche.
Apprenez tous les signes dans votre Mère, la Nature. Lorsque j’ai été délirant de fièvre, le règne animal m’a aidé en venant sur ma tête. J’ai compris que sur la Terre tout avait son utilité, de la plus petite brindille à l’arbre géant, du petit vermisseau au grand éléphant, du plus petit homme au géant. Tout s’imbrique l’un dans l’autre. Tout comme une horloge, lorsque les rouages sont bien graissés et que les poids sont remontés, nous pouvons vérifier l’heure.

Alors, j’ai été plus loin. Je me suis dit que comme le temps, les aiguilles, inexorablement, défilaient, telle la marche du temps. Mes aiguilles étaient des petits bois plantés dans le sol, et le soleil faisait son œuvre et je savais toujours l’heure qu’il était. Je me suis dit : « Et si le soleil s’arrêtait, que deviendrait la Terre ? La moitié de la Terre verrait le jour, l’autre moitié serait dans l’obscurité. » Et là, j’ai compris que le Bien et le Mal avaient les mêmes forces, et que c’était à nous, l’humanité de faire basculer les forces, que nous pouvions être maîtres de notre temps illusoire.

Et moi, je comprenais que même petit homme, je pouvais mener mon destin à ma guise que je devenais un Dieu à la même image que le Grand Dieu, et je me suis étudié de l’ongle du pied aux cheveux. Et j’ai compris que je formais, à moi tout seul, un petit Univers. Là, je me suis prosterné devant la Grandeur du Grand Dieu qui avait voulu nous faire à son Image : ni avec le Bien ni avec le Mal, ni avec le jour ni avec la nuit, ni avec la joie ni avec les pleurs.

L’homme a en main son destin, et celui qui le comprend devient responsable, il doit bien vivre sa vie afin que ses frères prennent modèle sur lui, et c’est ce que j’ai fait. J’ai abandonné toutes mes richesses, j’ai tout quitté et je n’ai pas regretté, car j’ai trouvé une plus grande richesse : la liberté. Voilà mon Enseignement pour ce soir.

Vous devez savoir que la Vérité est à la portée de vos yeux, de vos mains, que vous pouvez la toucher tous les jours, à condition que vous soyez humble et retrouviez l’enfant que vous étiez. Redevenez puéril. Fuyez l’iniquité, la méchanceté, la vanité, l’orgueil, le mauvais amour. Vivez, au contraire, dans la fraternité, dans l’équité, dans la joie, dans l’Amour afin de trouver la Paix. »

Partagé par : Messages Célestes

http://messages.terrenouvelle.ca/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *