Je n’arrive pas à entendre mes guides, comment faire ?

Je remarque qu’il existe des tonnes d’articles expliquant comment communiquer avec ses guides mais que malgré toute cette littérature, toutes les personnes qui me consultent me disent :
« Je n’arrive pas à entendre mes guides, comment faire ? »

Je vais donc vous expliquer comment cela fonctionne chez moi, certains s’y reconnaîtront et d’autres non, car tout est question d’affinité vibratoire.

La première chose à intégrer c’est que nos guides ne sont pas sur le même plan que nous, ce qui signifie que lorsqu’ils se communiquent à nous, ils utilisent la vibralisation, c’est-à-dire la transmission d’informations par un canal qui n’est pas lié à nos 5 sens.

il s’agit donc d’un transfert d’énergie contenant des informations, tel que par exemple la réception d’une émission de radio.

A partir de là, il existe plusieurs façon de réceptionner l’information.

1) Les rêves: Les guides, les défunts, et toutes les entités n’évoluant pas sur notre plan peuvent utiliser nos rêves pour se communiquer à nous. Quand nous dormons, notre état de conscience se modifie, notre cerveau génère des ondes cérébrales différentes que lorsque nous sommes à l’état de veille. Ces modifications vibratoires nous permettent de nous « brancher » à d’autres sources d’énergie.

Nous pouvons par exemple, avant de nous endormir, ou même dans la journée, formuler l’intention de rentrer en communication avec nos guides, nos défunts, ou d’autres entités. Notre intention va permettre la mise en place de la communication à venir. Au réveil, 2 cas de figure s’offrent à nous.

– Soit notre mental est déjà dompté et nous aurons alors le souvenir de ce qu’il s’est passé dans notre rêve. Dans ce cas précis, le mental transforme les vibrations reçues en images/mots/sons etc. Le mental n’est pas un ennemi, bien au contraire, il nous permet de vivre, évoluer dans notre monde physique ET spirituel.

Ce qui est à travailler pour dompter le mental c’est notre rapports aux normes. En fonction des normes auxquelles nous nous référons, notre mental va estimer acceptable ou non les informations vibratoires reçues par les autres plans. Ces normes peuvent être familiales, sociétales, culturelles ou autres. Donc plus nous élargissons notre culture spirituelle, plus nous permettons à notre mental d’accepter toutes sortes d’informations venant d’autres plans/dimensions. A ce moment-là, notre mental devient supramental (pour reprendre le terme d’Yvan Poirier), et notre pensée devient multidimensionnelle.

– Soit notre mental fera barrage (références aux normes) et nous n’aurons pas de souvenir de ce qu’il s’est passé pendant notre sommeil. Notre mental n’aura pas estimé « correct » de traduire les informations quantiques en informations tridimensionnelles. Cependant, les informations quantiques auront tout de même été reçues, et malgré l’absence de conscientisation du phénomène, l’énergie absorbée travaillera en arrière plan. Nous aurons alors plus de facilité à résoudre notre problème ou à progresser par rapport à une problématique particulière.

Souvenons-nous toujours qu’à partir du moment où nous formulons une intention claire, précise et dynamique, notre demande est accordée automatiquement. C’est réellement l’intention qui met en mouvement l’énergie afin de construire une manifestation (qu’elle soit tridimensionnelle ou quantique, c’est-à-dire visible ou non visible par non 5 sens). C’est donc l’intention/attention qui permet de modifier le comportement de l’énergie (voir à ce sujet l’expérience des fentes de Young sur les franges d’interférence).

2) Les synchronicités : En formulant l’intention de recevoir une réponse à nos questions, puis en lâchant prise sur le « comment », comme dit précédemment, nous allons modifier notre environnement et créer de manière inconsciente des synchronicités.
Nos guides nous y aide car étant de l’autre côté du voile, et n’étant pas soumis à notre dimension « temps », ils peuvent déclencher des événements que nous appelons synchronicités. C’est l’univers tout entier qui se met à travailler pour nous.
En réalité, quand nous parlons de nos guides, il s’agit le plus souvent de notre Moi Supérieur, ou d’autres aspects de nous-même évoluant sur d’autres plans.
Exemple de synchronicités : recevoir notre réponse dans un film, une émission, à la radio, sur une affiche, un mail, un dessin qui se forme dans la mousse du bain, une discussion entendue rapidement dans le métro, etc. Tout est possible en matière de signe.

3) Les demandes en direct : Nous pouvons formuler une demande directe à notre Moi Supérieur, à nos guides et attendre de recevoir la réponse sous forme de son/vision/sensation physique/odeur/goût. Cependant, comme expliqué plus haut, il est délicat de s’attendre à ce que chaque communication de nos guides soit reçue par nos sens linéaires/tridimensionnels. En effet, le mental doit être libéré de nos influences sociétales/culturelles/familiales/autres pour pouvoir traduire correctement l’énergie perçue en sensations/mots/odeurs/visions/etc.
J’ai remarqué également qu’il existe des raccourcis à cette traduction. En effet, à force de recevoir les nouvelles énergies, et bien nos capacités évoluent, et nous développons une aptitude à la vibralisation.

4) La vibralisation : A force de dompter notre mental, nous permettons à nos récepteurs de capter les fréquences/énergies émises par nos guides ( et autres entités, défunts….).

La vibralisation fait partie du processus de l’Ascension qui je le rappelle est un continuum et non le Saint Graal.
On me demande souvent ce que c’est exactement que la vibralisation. Il est difficile de répondre clairement car on ne peut expliquer un concept multidimensionnel avec des termes tridimensionnels.

Ce que je peux en dire c’est que cela n’a rien à voir avec nos 5 sens, il ne s’agit ni de son, ni d’odeur, ni de vision, ni de sensation corporelle précise. Dans mon cas, je reçois d’un bloc ce que j’appelle « algorithme de résolution », c’est à dire qu’en une fraction de seconde je reçois une énergie qui me fait englober TOUTE la thématique sur laquelle je me pose des questions ainsi que ses perspectives. J’entrevois alors tous les pourquoi et les comment, les causes, les possibilités d’évolution, les liens avec d’autres sujets de questionnement, les liens avec d’autres personnes, etc.

C’est un peu comme si le fait de formuler une intention était équivalent à taper un mot dans Google, on a alors accès à tout ce qui existe sur le thème de notre recherche en une fraction de seconde. Disons qu’avant la vibralisation nous nous posons des questions, nous ne « savons pas » et après la vibralisation nous « savons ».

Formuler l’intention pure d’en savoir plus sur un domaine permet de se brancher instantanément sur la réception de la réponse. Ensuite nous conscientiserons la réponse en fonction de l’état dans lequel nous nous trouvons. Si nous sommes en paix, nous aurons la sensation que la réponse arrive tout de suite. Si nous sommes préoccupés par quelque chose, notre attention étant focalisée sur ce quelque chose, elle ne pourra pas discriminer la réponse.

C’est pourquoi parfois nous pensons que les guides mettent du temps à nous répondre. En réalité, la formulation de notre intention pure nous branche instantanément à notre réponse, mais parfois il faudra attendre que notre vibration revienne à un état de paix pour conscientiser la réponse. Nous aurons alors l’impression qu’il s’est écoulé un délai entre la demande et la réponse.

Il se peut également que l’on ne soit pas prêt à comprendre le sens de la vibralisation. Notre culture générale, nos conditionnements et notre ouverture d’esprit peuvent être un frein à la compréhension de ce que l’on reçoit. Ce ne sera que plus tard, quand nous aurons acquis toutes les connaissances nécessaires que nous pourrons en saisir le sens.

J’ajoute à cela la notion de taux vibratoire. En effet, selon notre assise psychique, il n’est pas toujours sage d’avoir accès à certaines informations sous peine de provoquer une surcharge énergétique entraînant un inconfort psychologique et émotionnel trop important pour pouvoir être digéré sans accroc (risque de décompensation).

Les envies: Avant l’incarnation, nous établissons les leçons de vie que nous aurons à expérimenter, les alliances à exploiter avec d’autres personnes ou groupes de personnes, ainsi que d’autres éléments. Toutes ces notions se mêlent à notre karma.

Notre guide de vie est notre Moi Supérieur, c’est-à-dire la partie de nous évoluant au-delà du voile, la partie de nous qui n’est pas projetée dans la matière, la partie de nous qui est multidimensionnelle.

En fonction du contenu de nos pensées, qui je le rappelle est le moteur de nos créations tridimensionnelles et quantiques/multidimensionnelles, notre Moi Supérieur va tracer le chemin le plus adéquat pour emboîter/relier ces éléments (leçons, karma individuel et collectif, pensées conscientes et inconscientes catalysant la Loi de Manifestation). Nous allons alors ressentir certaines envies qui sont des panneaux indicateurs nous ouvrant la voie vers ce chemin. Je distingue cependant trois types d’envies.

Il y a dans un premier temps les envies qui sont accompagnées de l’impulsion d’agir. Dans ce cas, cette guidance est naturelle, nous avons la sensation que ces idées viennent de nous et nous ne nous posons pas la question de savoir si nous devons ou pas aller au bout de cette envie. Il s’agit cependant d’une guidance réelle, celle que nous accomplissons dans la Joie, cet état neutre dans lequel nous devrions nous trouver en permanence.

Dans un deuxième temps, il y a les envies qui ne sont pas accompagnées de l’impulsion d’agir. Il peut alors s’agir d’une idée « soufflée » par notre Moi Supérieur, et cette fois-ci non pas dans le but d’amener une action concrète mais plutôt de nous amener à réfléchir. Par exemple conscientiser que nous avons un blocage (« j’ai envie de telle chose mais je ne me sens pas d’agir pour l’obtenir »), ou alors réfléchir à d’autres stratégies qui nous amèneront sur un chemin plus court, etc. . Ces idées-là sont des étapes qui vont nous amener à réfléchir puis à modifier nos croyances sur un sujet particulier.

Il y a également des idées qui nous viennent sans l’impulsion à agir parce qu’au niveau vibratoire nous n’avons pas encore toutes les ressources pour y arriver. Dans ce cas, nous allons consciemment ou inconsciemment, demander à recevoir l’Énergie pour pouvoir mettre en œuvre cette envie qui nous tient tellement à cœur.

A ce moment-là notre Moi Supérieur est en train de nous apprendre à DEMANDER avec une INTENTION PURE. Il nous apprend que face à un blocage, quel qu’il soit, nous pouvons faire fonctionner un de nos attributs quantiques qui consiste à poser une intention pure et donc recevoir immédiatement l’Énergie qui nous permettra de réaliser notre envie (« demandez et vous recevrez »). Il faudra un temps d’intégration de cette Énergie, puis naturellement et parfois sans nous en rendre compte, nous accomplirons notre envie de départ.

La Guidance se trouve donc dans nos envies de tous les jours.

J’ajoute un point important : Nous avons décidé de nous incarner sur Terre afin de réaliser un grand test énergétique. Ce test consiste entre autre à expérimenter toute sorte de situations afin d’approfondir nos connaissances et de retrouver notre essence véritable malgré l’amnésie de qui-nous-sommes.

Nous ne sommes pas venus ici pour n’expérimenter QUE des événements que l’on qualifie de positifs. Nous tendons à retrouver notre état originel de Paix et de Joie, et la meilleure façon d’y arriver est bien de nous confronter à des expériences désagréables. C’est d’ailleurs à ce niveau qu’intervient le libre-arbitre : Vais-je décider d’appréhender cette expérience dans l’Amour ou dans autre chose (colère, tristesse, orgueil, etc ) ? De quel côté de la dualité vais-je pencher ? (La Terre est d’ailleurs nommée la Planète du Libre-Arbitre).

Ce qui veut dire que lorsque nous suivons notre guidance, nous pouvons nous retrouver dans des situations désagréables, mais sans lesquelles nous n’aurions pas pu expérimenter une facette particulière de l’Amour. Même si, sur le moment nous nous sentons trahis par nos guides et par l’Univers, quand nous réussissons à lâcher-prise sur cette douleur, nous nous rendons compte que ce que nous nommons « échec » est en réalité un levier très puissant d’évolution.

D’ailleurs, encore une fois, ce sont nos normes qui définissent un événement comme « échec » ou « réussite », car de l’autre côté du voile, tout est neutre, c’est à dire Amour.

A nous maintenant de jongler entre les différents outils à notre disposition pour nous créer la réalité qui nous convient : rêves, synchronicités, envies, à nous de jouer !

Alexandra

legrandchangement.com/

14 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *