Je vais mourir

Quand ? Je ne sais pas… un jour quand ce sera le juste moment où ma Présence décidera de se retirer de la matière et de changer d’expérience.
J’espère le plus tard possible quand j’aurai terminé d’accomplir ma mission et donné tout ce que j’aurai pu.

Vous aussi vous allez mourir… quand ? Je ne sais pas et vous non plus… quand ce sera juste aussi.

Tout le monde transite et change de plan à un moment donné. C’est naturel, c’est le cycle de la vie.

Parfois le départ se fait très jeune, parfois très vieux… parfois avec douceur et parfois après des mois de souffrance et la délivrance devient alors un cadeau.

Inutile de pleurer sur les morts, ils sont toujours vivants dans leur âme et souvent accompagnés lors de la transition par un guide ou un membre de la famille de même vibration ou supérieure.
Il est bon de prier pour élever leur fréquence et les aider à passer le tunnel de lumière facilement et leur donner tout notre amour.
Prier sincèrement pour l’élévation des âmes est un bon cadeau à faire.

Il est possible de pleurer sur l’absence laissée, sur l’attachement, sur le manque, sur la projection que nous faisons à sa place de ce qu’il peut manquer car en réalité, c’est sur nous que nous pleurons et cela permet de faire le deuil.

Un conseil : laissez les défunts tranquilles. S’ils ont la capacité et l’autorisation, ils pourront communiquer avec vous ou par l’intermédiaire d’un médium, mais ne les attachez pas à la matière par vos suppliques et vos pleurs. Ils ne peuvent pas revenir tels que vous les avez connus.

Ils peuvent par contre, choisir de revenir, dans une nouvelle incarnation familiale ou amicale. Très souvent le cycle continue dans la même lignée tant qu’il y a attachement karmique à libérer.

Plus vous libérez vos ancêtres et toutes les expériences qui sont mémorisées dans votre ADN et plus la légèreté de l’incarnation se fait. Tout devient plus facile à gérer.

Plutôt que de pleurer sur les morts, profitez des vivants ! N’attendez pas qu’ils soient partis pour exprimer votre amour, votre reconnaissance ou votre regret de ne pas les avoir assez connus.

Parlez à vos parents et grands-parents, échangez, partagez des moments agréables pour vous créer de beaux souvenirs. Soyez attentifs à ceux qui sont autour de vous.

Au lieu de critiquer leurs attitudes, cherchez à mieux les comprendre. Aidez tant que vous pouvez et aimez !

Les fleurs au cimetière ne remplaceront jamais celles que vous offrez de leur vivant. Les compliments post-mortem ne servent à rien, par contre, dit à un vivant, ils peuvent guérir une blessure et combler un manque.

Je ‘nous’ souhaite le plus beau départ possible, à l’heure où notre esprit l’aura décidé.
En attendant, vivons du mieux possible en élevant nos vibrations.

Paix et amour
Joéliah
Happycultrice d’âme.

http://lejardindejoeliah.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *