La Dispute – R. Barbet

dispute

Toujours ils se chamaillent, toujours ils se disputent,
On dirait que leur vie n’existe que pour ça
Leur façon d’être ensemble passe toujours par là :
Des scènes continuelles qui finissent en lutte.

Et puis un jour maudit de colère rentré
Il trouve sur le trottoir un mot abandonné,
C’était un vieux juron qu’on avait délaissé
Que son propriétaire avait dû oublier.

Grossier, bien épais, large et très gras,
Celui-ci me convient dit aussitôt le gars,
Il le ramasse en douce, et vivement le pose
Dans le fond de sa poche au milieu d’autres choses.

Arrivé tard chez lui, les reproches commencent
Puis suivent les insultes et plein d’autres propos
De nature indistincte, pareils à tous les mots
Que s’envoient tous les gens qui vivent la souffrance.

Il jette alors sur elle le juron ramassé
En visant bien la tête afin de la blesser
Hélas l’insulte obscène volant beaucoup trop bas
C’est le cœur touché qui subit les dégâts.

Alors qu’elle agonise, blessée au plus profond
Il reste planté là, l’air un peu stupéfait
De tant d’effet produit par un simple juron
Et hagard, apeuré, prend compte du forfait.

Il ne savait donc pas qu’il l’aimait à ce point,
Il a fallu l’impact d’un mot assassin
Pour comprendre  qu’au fond elle n’était pas si loin,
Lorsque la fin est proche, revient le chérubin.

 Poème de Roger « voiedoree »

http://www.lulu.com/spotlight/voiedoree

http://voiedoree.oldiblog.com/

http://www.ouest-france.fr/roger-barbet-lathlete-qui-ecrit-ses-livres-802536

http://www.publibook.com/librairie/auteur.php?id=9931

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *