La fragilité du jugement

Il était une fois, un homme qui avait quatre fils. Il désirait leur apprendre à ne pas juger les choses trop rapidement.
Aussi il leur recommanda en partant, d’aller examiner un poirier qui se trouvait à une grande distance. Le premier fils y alla en hiver, le deuxième au printemps, le troisième en été et le dernier à l’automne.

Lorsqu’ils furent tous revenus, il les appela ensemble et leur demanda de décrire ce qu’ils avaient vu.

Hiver : Le premier fils dit que l’arbre qu’il avait vu était laid, tordu et pourri.

Printemps : Le second dit qu’il était recouvert de bourgeons verts et plein de promesses.

Été : Le troisième fils n’était pas d’accord, il dit qu’il était chargé de fleurs qui sentaient très bon et étaient fort belles, c’était la plus belle chose qu’il n’ait jamais vu.

Automne : Le dernier fils n’était pas d’accord avec aucun d’eux: il dit que l’arbre était vieux et croulait sous les fruits, mais on sentait plein de vie et satisfait.

L’homme expliqua à ses fils qu’ils avaient tous raison, parce qu’ils avaient chacun vu une seule saison de la vie de l’arbre.
Il leur demanda de ne pas juger de la valeur d’un arbre ou d’une personne seulement sur une saison ; de même que le plaisir , la joie et l’amour que nous éprouvons dans cette vie ne peuvent seulement être mesurés que lorsque toutes les saisons sont passées.

Moralité : Ne laissez pas la peine d’une saison détruire la joie de toutes les autres.

****

Ne jugez pas la vie seulement sur ce que vous constatez, même si pour vous, c’est une vérité car vous n’avez pas toute la connaissance de ce que vous jugez.

Tout jugement repose sur des croyances personnelles qui sont reliées à un système d’éducation donné par des personnes plus influentes ou des acquis qui rassurent et corroborent des idées. Rarement des faits véritables.

Et le pire, c’est que comme ces 4 fils, chacun a raison, dans sa connaissance limitée, et s’il n’ose avoir l’humilité de comprendre qu’il ne sait pas tout, alors il peut s’enfermer dans un jugement obtus pouvant aller jusqu’à l’obscurantisme.

Car qui a raison ? Tous… en fonction de l’appui des repères connus.

La seule personne qui peut connaître à fond et juger une personne, c’est elle-même !

Alors si vous vous sentez l’âme d’un juge, regardez-vous dans un miroir, en toute transparence et honnêteté de vos pensées, émotions et connaissances limitées, et observez si la personne que vous voyez, ne ressemble pas, traits pour traits à celle qui vous dérange tant…

Car très souvent, c’est le déni d’être exactement comme l’ennemi qui crée ces jugements.

Abattre ou enfermer l’ennemi extérieur, ne guérira jamais le défaut intérieur qui restera inscrit dans l’ADN, tant qu’il n’y aura pas une prise de conscience et un désir ardent de libérer ces programmes limitatifs.

Tout est en soi. Tout est divin. Tout est la vie en action.

Que le meilleur soit dans la neutralité de la grandeur immense des possibilités infinies de la vie.

Joéliah
http://lejardindejoeliah.com/2015/05/08/la-fragilite-du-jugement/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *