L’Amour est notre nature

paix

C’est pour lui-même que le soleil est jaillissant, rayonnant, chaleureux, et toute la nature en bénéficie. Et la rose, vous croyez que c’est parce qu’elle pense aux autres qu’elle répand son parfum ? Pas du tout, c’est parce que ça lui plaît, parce qu’elle se sent dilatée. Vous direz : « Alors, si on est généreux, désintéressé, rayonnant et lumineux pour son propre plaisir, le monde entier peut en profiter et être heureux » ? Oui bien sûr. C’est une nouvelle façon de s’aimer soi-même, de penser à soi-même. Si on pense à soi égoïstement, c’est la bagarre et tout le monde souffre ; et si on veut renoncer à soi comme l’enseignent certaines morales, c’est dangereux, car on va contre la nature, et là aussi on fera souffrir les autres en les poursuivant avec un amour soi-disant désintéressé mais qui est en réalité un amour maladif.

Tous les matins le soleil me dit : « Je ne pense à personne, je ne m’occupe de personne, je suis heureux de rayonner, de briller, j’en ai pris le goût ; et que les autres en profitent ou non, ça m’est égal » ! Et c’est vrai, regardez, est-ce qu’il s’assombrit en voyant que les humains ne l’estiment pas à sa juste valeur ? S’il s’occupait d’eux, en les voyant tels qu’ils sont il serait indigné, dégoûté, il cesserait aussitôt de briller et laisserait tout mourir. Mais comme il ne se préoccupe pas des humains, il continue de briller pour lui-même : sa lumière et sa chaleur ne sont que les manifestations de son amour incandescent pour lui-même.

Aimer comme le soleil. Seule cette activité apporte la vraie joie. En vous donnant aujourd’hui cette vérité, je vous donne un de mes trésors les plus précieux. Si vous voulez faire comme moi, tant mieux pour vous, vous goûterez le Royaume de Dieu. Car c’est cela, le Royaume de Dieu : aimer.

J’ai tellement rencontré de gens pour qui la réussite était synonyme de puissance et de savoir. Ils ne pensaient pas à l’amour, ils le considéraient comme la chose la plus insignifiante, la plus inutile, la plus inefficace. J’ai pesé les trois : le savoir, le pouvoir et l’amour. Bien sûr, je ne dis pas qu’il faut négliger le savoir et le pouvoir, mais j’ai donné la première place à l’amour, parce que l’amour est le centre, le cœur de tout. Pour obtenir le savoir, il faut un cerveau spécialement préparé et organisé ; pour obtenir les pouvoirs, il faut beaucoup de volonté, de ténacité, de stabilité. Ces qualités ne sont pas données à tout le monde. Mais tout le monde est capable d’aimer, même in illettré, même un enfant, car c’est la chose la plus facile, la plus naturelle. Et en réalité, l’amour touche les deux autres facultés ; il apporte la puissance et le savoir. Lorsque vous êtes découragé, sans force, vous appelez l’amour et, d’un seul coup, vous vous redressez et vous dites : « ça ira, j’y arriverai ». Eh bien, les pouvoirs sont déjà là, peut-être pas pour ressusciter les morts, mais pour vous ressusciter vous-même, d’abord. Ensuite, plus tard, vous irez ressusciter les autres. Et l’amour vous aide aussi à mieux comprendre, car une partie de la chaleur et du feu de cet amour se transforme en lumière et vous donne une vision claire des choses.

Oui, par l’amour vous pouvez obtenir le pouvoir et le savoir. Mais si vous laissez l’amour de côté pour ne vous occuper que des deux autres, alors là, si vous les obtenez, ce sera dangereux. Le savoir sans amour vous rendra méprisant, hautain, orgueilleux. Et les pouvoirs sans amour vous rendront dur, cruel, implacable. Alors, à quoi vous serviront les pouvoirs si vous devenez un monstre ?… A quoi vous servira le savoir si vous devenez froid et inaccessible ?… Tandis qu’avec l’amour, votre savoir éclairera les humains et vous consacrerez votre pouvoir à les guérir, à les sauver. L’amour est capable de tout réconcilier, de tout harmoniser, c’est pourquoi je ne cesse de travailler avec lui.

http://herosdelaterre.blogspot.fr/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *