Le Capteur de Rêves

Le Capteur de Rêves

Dans la culture amérindienne, le capteur de rêves conserve les belles images de la nuit et brûle les mauvaises aux premières lueurs du jour.

À l’origine, destiné aux enfants, le capteur de rêves est aujourd’hui autant utilisé par les adultes.

Selon la culture huronne, les humains font tous partis du Grand Esprit, créateur de la nature et des hommes.

Celui-ci nous suggère des rêves afin que nous puissions mieux nous comprendre.

Le rêve est le véhicule qui permet l’échange entre l’Homme et le Grand Esprit.

Toujours selon cette culture, le rêve est l’expression des besoins de l’âme.

Il est aussi primordial de satisfaire les besoins de l’âme que ceux du corps.

Le rêve permet de se libérer.

Il assure l’équilibre.

Si on écoutait la démarche que les rêves nous proposent, on comprendrait beaucoup mieux les besoins de l’âme.

Le capteur de rêves est utilisé pour aider à contrôler les rêves, dans la mesure où l’on peut contrôler ses pensées, sa vie.

À l’origine, il était destiné aux enfants qui faisaient de mauvais rêves.

Il s’agit d’un petit cerceau fait d’une branche d’arbre.

Dans ce cerceau, est tissé un filet de la forme d’une toile d’araignée comportant un trou au centre.

Pendant la nuit, les mauvais rêves resteront pris dans le filet, pour être brûlés par les premières lueurs du jour.

Les beaux rêves passeront à travers le trou du centre pour être conservés dans les plumes installées autour du cerceau.

Les plumes représentent L’amour, la douceur et la bonté.

On peut aussi insérer sur le filet du capteur, des petits objets précieux, comme une petite pierre de couleur ou tout autre objet qui pour nous est précieux.

Le capteur aide l’enfant à mieux cerner ses idées et permet à l’adulte de vérifier les peurs de l’enfant.

Le petit apprend ainsi à faire le tri dans les pensées qu’il veut garder et celles dont il veut se départir.

Le capteur de rêves est l’un des objets le plus important.

Ils est surtout utilisé par les tribus Ojibwas, les Sioux, les Creek, les Zunis, les Tinglits, mais les tribus du sud (Apache, Cherokee, Natchez, Napochi Algonquin etc.) et même les Hopis évoquent eux aussi des légendes concernant l’Araignée Femme.

Le capteur de rêves servait à filtrer les bons des mauvais rêves.

Celui-ci laissait passer à travers les mailles les bons rêves et les songes utiles et emprisonnait dans ses mailles les cauchemars et tout ce qui pouvait perturber le dormeur et lorsque venait le jour grand-père soleil détruisait toutes les mauvaises énergie à l’aide de ses rayons du soleil.

Le rêve est le véhicule qui permet l’échange entre les hommes et le grand esprit et l’expression des besoins de l’âme.

Il est essentiel de satisfaire les besoins de son âme comme ceux de son corps.

Le rêve permet de se libérer et assurer l’équilibre.

Il est principalement de forme ronde mais dans certaines tribus comme chez les iroquois il était en forme de goutte, tressé d’une toile en fibre d’ortie ou de tendons d’animal, qu’ils teignaient ensuite en rouge à l’aide d’écorce de prunier sauvage.

On note que cette façon de faire concernait la période du début su siècle car de nos jours la méthode de tressage a bien changé et les matériaux aussi surtout avec l’arrivée des hommes blancs.

Au 20 ième siècle, la fibre d’ortie et les tendons d’animal on été remplacés par de la fibre d’autres plantes puis quelques années plus tard par des matériaux synthétiques.

Lors de l’arrivée des hommes blancs les perles de verres sont venues ajouter une touche de couleur, mis sur des lacets de cuir elles ont d’abord servi de décors.

Puis les Amérindiens y ont inséré des plumes pour aider à guider les bons rêves sur le dormeur.

Il n’y a pas eu que l’aspect du capteur de rêves qui a changé mais aussi sa signification.

Chacun interprète le capteur à sa façon (porte- bonheur, aide à décrire l’avenir etc.).

Certaines personnes disent aussi que le capteur de rêves doit être surtout placé devant une fenêtre pour qu’il puisse fonctionner, mais faut bien se rappeler que les Amérindiens n’avaient pas de fenêtre dans leur tepee.

Celui-ci doit être placé de façon à avoir les premières lueurs du soleil pour que les mauvais rêves prient aux pièges soient brûlés.

Il ne faut pas oublier que le capteur de rêve sert de filtre pour empêcher les cauchemars de venir troubler les dormeurs.

http://www.medecinedemereterre.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *