Le don du Taureau : le détachement

taureau astro

Douze signes zodiacaux, douze dons de l’esprit pour être en harmonie avec le Cosmos. L’extrait qui suit provient du livre Triptyque astrologique de Dane Rudhyar, Éditions du Rocher, 1985.

Gautama le Bouddha naquit à la pleine lune de mai; pour la tradition, il atteignit un état d’illumination totale et mourut longtemps après, également au moment d’une pleine lune de mai. Que l’on considère cette corrélation comme un fait ou comme un symbole, elle n’en est pas moins très importante pour quelqu’un qui étudie le symbolisme du zodiaque. Elle confère au signe du Taureau un sens profond très accentué; en effet, le Taureau représente essentiellement une subordination incontestée aux rythmes fondamentaux de la vie et de la nature humaine. C’est donc un symbole caractéristique de l’attachement, même s’il n’est pas nécessaire d’interpréter ce mot dans un sens négatif et en termes de servitude et de contrainte. Il implique toutefois une identification profonde aux énergies de la nature humaine et, en général, aux processus évolutifs qui œuvrent normalement dans l’inconscient et nous guident inéluctablement, mais très lentement, vers un but que la vie promet à l’humanité parce que Dieu l’a déterminé.

L’attachement aux processus et aux rythmes de la nature universelle constitue le caractère de base du type zodiacal Taureau. Cet attachement, se ce n’est identification, peut évidemment produire des fruits d’une grande beauté et des réponses exceptionnellement riches aux demandes de l’amour et de la nature humaine. Voilà pourquoi les valeurs qui caractérisent le Taureau sont des plus appréciées à notre époque où les comportements artificiels et le culte de la machine dominent la plupart des hommes. (ce texte fut écrit bien avant le numérique, je dois le rappeler!)

La nature du Taureau est un merveilleux chant d’attachement total à la vie; elle se soumet inconditionnellement à un maître d’une grande noblesse, d’une grande puissance. Cependant, le Bouddha est venu pour nous faire comprendre que l’Esprit incarné dans l’être humain est encore plus puissant et plus merveilleux.

L’Esprit qui réside en tout être humain est essentiellement libre; il n’existe pour lui ni décomposition, ni souffrance. Toute chose retourne à sa source; tout commencement est déjà une mort déguisée. Pourtant, au cœur de toute expérience humaine, on peut trouver ce calme infini et cette paix qu’il nous est cependant plus facile de ressentir lorsque s’épuisent nos émotions, lorsque s’éteint le savoir qui nous avait fasciné.

Devenir consciemment ce calme et cette paix: voilà seul salut, la seule liberté. Efforçons-nous sans cesse et avec diligence d’atteindre cet état. Efforçons-nous en toute sérénité, sans hâte et même sans désir pour les fruits qui nous seront offerts. Efforçons-nous jusqu’à ce que cesse toute nécessité d’effort, jusqu’à ce que plus rien ne soit nécessaire, parce qu’il n’y a vraiment plus rien, rien du tout.

Dane Rudhyar.

https://astraum.wordpress.com/articles-2/12-signes-12-dons-de-lesprit/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *