Le pardon, un pas vers une grande liberté

pardon

par Sabrina Desbiens

En cette période de ma vie, je vous livre, aujourd’hui, une partie de mes récents apprentissages. Des apprentissages que j’ai vécu en contact avec certaines personnes et à certaines situations. Des apprentissages qui me font réaliser qu’une partie des choses que nous expérimentons dans cette incarnation sont hors de notre portée et de notre contrôle.

Lorsque je mentionne le contrôle, je vous parle de l’Égo qui veut que nos propres expériences soient toujours de la façon la plus parfaite: un rêve ou un scénario auquel nous aspirons. J’ai appris avec ces expériences que: la vie, l’univers, ou Dieu (si on veut) ne nous donnent pas toujours les gens et les situations qui travaillent en notre faveur. Peut-être même que c’est nous (notre âme) qui crée ces opportunités de vie moins attrayantes, pour ainsi nous rapprocher de plus en plus à notre grand et vrai Moi?

Mais que faisons-nous avec ces gens et ces situations qui nous mettent constamment au défi? Nous apprenons le pardon pour nous offrir une route vers la liberté, le pardon de soi et celui de l’autre.

Pas aussi facile à dire qu’à faire ! Surtout que nous sommes constamment mis au défi -selon notre projet jugement- par des aspects moins illustres. Car oui, tout est une question de perception. Par exemple, notre perception face à une situation où nous nous disons que nous aurions dû agir d’une façon différente. Résultat: nous nous blâmons. Sans oublier lorsque nous sentons le jugement venir d’une autre personne. Oui, il s’avère tout aussi difficile de se tourner vers ce fameux lâchez prise qui est rempli de compassion et d’amour.

La meilleure façon que j’ai trouvée, c’est de me tourner vers la vision de l’autre, d’avoir une opinion multidimensionnelle quant à SA façon de voir les choses. Plus facile à dire qu’à faire, car souvent on trouve beaucoup de souffrance dans les perceptions d’une tierce personne.

Les gens font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils reçoivent; que ce soit par leur éducation, la relation avec leurs parents et leur entourage, les médias, l’influence d’une période dans laquelle ils grandissent, les situations marquantes de leur vie, et autres facteurs qui détermineront leurs choix futurs. Oui, tout ça joue pour beaucoup sur la perception qu’ils ont de vous et d’eux-mêmes.

Un des meilleurs livres pouvant vous aider à comprendre de quoi il s’agit est Les quatre accords Toltèques de Don Miguel Ruiz. Dans ce livre, on vous amène à l’aspect de notre histoire personnelle; qu’il s’agisse juste d’une histoire parmi tant d’autres ou bien qu’elle soit un élément dans le Grand Tout. Les gens vivent dans leurs propres histoires et ils la reflètent à travers les autres, avec leurs propres perceptions. Il faut apprendre tranquillement à se dissocier des perceptions de cette réalité interprétée. Posez-vous cette question: d’où me vient cette pensée? Peut-être ainsi que vous la reconnaitrez comme une simple pensée (bruit du mental) et non comme une vérité totale qui vous définira.

C’est une chose de dire que nous pardonnons, mais êtes-vous à cet endroit dans votre corps, votre esprit et votre cœur ?

S’il est toujours difficile pour vous de ressentir le pardon, même quand l’intention y est, j’ai un outil très efficace pour vous : le Ho’oponopono, une technique ancienne hawaïenne pratiquée depuis des lunes. Dans ce petit rituel, nous nous connectons à notre âme et à celle de la personne concernée. En outrepassant l’Égo, nous permettons de dissiper toute confusion pour ainsi nous ramener vers l’amour et la compassion.

Un rituel en quatre étapes faciles. À faire et à refaire au besoin, spécialement si la personne est décédée, est indisposée physiquement ou émotionnellement à communiquer, ou même si vous ne vous sentez pas apte à entrer en communication avec elle.

Tout d’abord, installez-vous dans un endroit calme, soit en méditation ou en relaxation.

Étape 1 :Se repentir. Dans sa tête ou à voix haute on prononce: “je suis désolé, je te demande pardon.” On peut énumérer certaines choses si vous ressentez le besoin. Par exemple, pourquoi sentez-vous que vous avez fait du tort à cette personne concernée, ou à vous même (à votre corps ou à votre esprit)? Visualisez la personne devant vous qui fait la même chose envers vous.

Étape 2 : Demandez pardon. On peut prononcer: “Svp, pardonne-moi.” On peut le redire plusieurs fois pour vraiment le ressentir. Même chose pour l’autre.

Étape 3 : La gratitude. Remerciez-vous, remerciez la vie, l’univers et cette personne qui vous permet de grandir, d’avancer vers l’amour et vers votre grande conscience.

Étape 4 : L’amour. On dit: «je t’aime». On dit «je t’aime» à la vie, à la terre, à soi. On dit «je t’aime» à ces défis, à ces personnes qui nous font évoluer. On le répète pour vraiment le ressentir dans son cœur.

Prenez un moment pour vous connecter à ce nouvel espace d’amour inconditionnel. À faire et à refaire.

En espérant que cette période puisse être un moment des plus propices pour vous, face au pardon. Une pratique pour une belle et grande libération…

Namasté,

Source: http://blog.myvirtualyoga.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *