Le Réveil de la Bienveillance

La guerre de religion déclenchée par les extrémistes tout autour du monde, a contribué à restreindre notre ouverture à l’Amour et à la Tolérance, nous avons des difficultés à ressentir un élan spontané vers la souffrance d’autrui à cause de la pression paranoïaque que nous inflige les diverses agressions, la solidarité entre les états s’est organisée autour des sentiments d’insécurité et l’obligation de surveillance des peuples. La pression psychologique de la guerre économique ajoutée à celle des attentats, étouffe progressivement l’esprit de liberté nécessaire à l’épanouissement et à la solidarité. Nous avons souvent la sensation d’être en sursis, ce qui freine toute tentative d’expansion économique ou rend caduques les idéaux humanistes.

La réalité vécue par les milliers de réfugiés permet de relativiser notre paranoïa collective et de raviver l’humanisme, cela nous rend notre dignité et révèle notre humanité simplement.

Nous avons besoin de bienveillance : d’en recevoir et d’en donner puisque la bienveillance recrée le sentiment d’appartenance à l’humanité et exclut ainsi le sentiment d’isolement. En se sentant de nouveau solidaires les uns des autres on retrouve le sens de nos valeurs profondes, le sens de notre valeur en tant qu’être humain et cela permet de souder les personnes par le sentiment de fraternité :c’est une préparation à ressentir l’Amour universel.

L’amour universel n’est pas uniquement basé sur le fait d’aimer son prochain. Il s’agit aussi d’effacer en soi les traces des anciennes peurs ou blessures à l’origine de nos racismes, de nos « apartheid intérieures ». Nous pensons souvent que nous avons dépassé les premiers stades de l’instinct de propriété, mais nombre de gens n’osent pas vraiment se sentir partie de l’humanité ordinaire, certains d’entre nous se sentent supérieurs parce qu’ils sont nantis ; que leur éducation, leur position sociale leur a donné des conditions de vies privilégiées, une volonté de réussir, une intelligence ou un talent hors du commun. En réalité, la chance de préserver son énergie des basses besognes réclame en retour un cœur bienveillant et une âme légère pour trouver la paix intérieure, se sentir à sa place, sans culpabilité ni orgueil. Lorsque l’on considère nos acquis comme des choses méritées, qui nous sont dues, très vite, elles nous sont retirées par la Vie. Ainsi, sur Terre toute chose peut être vécue : la pauvreté ou la grande prospérité, les honneurs ou l’anonymat mais rien ne peut être tenu pour définitif.

Conserver un cœur pur, sans vanité inutile, sans orgueil n’est pas difficile : nous sommes ici pour vivre et non pour dominer ni juger qui mérite le meilleur et qui doit mourir de misère. La seule chose qui nous soit demandée est d’ouvrir notre cœur à la bienveillance, à la gratitude et à l’énergie. En retour, notre être intime est nourrit des sentiments qu’il accueille : on se sent bienveillant et heureux, simple et respectueux, on est préparé à être béni par l’Amour Supérieur.

Namasté! Lila

http://www.lilaluz.net/2015/09/le-reveil-de-la-bienveillance.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *