L’école évolutive du Karma : leçon sur les cycles d’énergie

energie karma

Comment se forme la relation au Passé et à l’Avenir.

Nous blâmons souvent les circonstances pourtant notre pire ennemi pour contrecarrer nos rêves n’est personne d’autre que nous-mêmes. Nous avons acquis par notre éducation ou notre interprétation personnelle, un certain nombre de préjugés, de comportements répétés que nous appliquons sans réfléchir aux situations nouvelles, ce qui nous entraîne dans des schémas répétitifs d’une génération à l’autre. Ces comportements énergétiques perdurent car nous pensons qu’ils forment notre lien avec nos parents et que changer revient à trahir notre famille, à couper notre racine et à bousculer nos profondes attaches, notre stabilité.

En vérité, développer sa propre conception de la vie et utiliser son énergie personnelle n’est pas une erreur tant que l’on ne cherche pas à tuer ou à blesser l’âme des autres.

La relation énergétique créatrice d’abondance repose sur l’Instant Présent

A chaque fois que nous faisons quelque chose, y compris respirer, cela implique de mobiliser de l’énergie, de « dépenser « un peu de nous-mêmes dans l’Instant Présent. Ces instants se succèdent et défilent jusqu’à créer « demain », qui est en fait, un nouveau présent lorsqu’on le vit. Demain est un mot pour exprimer une projection mentale : demain n’existe pas, peut-être même n’existera-t-il jamais ! D’où le fait de prendre en considération l’Instant Présent puisque nous ne vivons réellement qu’instant après instant. Alors, si cette accumulation de moments est vide de conscience, de sentiments, de relations, de projet, notre vie se vide également de ce que nous n’alimentons pas. L’énergie que nous ne distribuons pas en pensée et intention nous reste, et celle que nous distribuons nous reviendra si elle a été correctement travaillée vers des objectifs : elle finira par donner des résultats pour nous ou pour nos enfants. Le père pense, idéalise et ses enfants reçoivent ses rêves en héritage. Seront-ils heureux pour autant ? Pas si sûr ! Le rêve d’une génération peut être le pire cauchemar de la génération suivante. Donc il faut d’abord utiliser ses projections mentales pour Soi et les aimer.

Si nous avons fait mille projets sans les mener jusqu’à leur maturation, changer dix fois d’endroits, d’amis, et tout abandonner sans laisser de traces, nous ne pouvons pas recevoir quelque chose de déterminé, d’accompli : l’énergie que nous avons projetée est un amas de choses accrochées à nous et tant que cette énergie est suspendue autour de nous elle n’est pas vraiment « réalisée » dans quelque chose qui pourrait nous la restituer sous une autre forme, afin de pouvoir l’utiliser à nouveau. De plus – cycliquement- les situations du passé refont surface parce que l’énergie émise nous appartient tant qu’elle n’est pas « détricotée », neutralisée et focalisée vers un nouvel objectif. Cette énergie finit son cycle tant bien que mal, occasionnant des maladresses par son manque de synchronicité avec notre vie, reculant l’accès à la réussite joyeuse puisqu’elle ferme progressivement le passage vers l’abondance.

L’abondance nait de la fluidité entre ce qui sort et ce qui entre. L’échange entre ces deux forces doit s’équilibrer. Tout projet doit être alimenté et soutenu jusqu’à sa maturation, pour nous apporter –normalement- ce que nous espérions. Dans le cas contraire, il faut reprendre les situations et leur donner un sens utile à notre évolution en tant qu’être humain afin de restructurer l’énergie et ne pas la gâcher dans quelque chose d’inachevé. Nous ne devons jamais nous sentir déçus ou dévalués trop longtemps, parce que ces sentiments font redescendre l’énergie et elle revient vers nous dans une strate fréquentielle « fatiguée », lourde, occasionnant des désagréments et même inversant nos intentions.

Lorsque nous sommes enfants, nous remplissons notre vie de multiples rêves autant que d’intenses frustrations puisque nous « désirons » des choses que nous ne pouvons pas créer nous-mêmes tout cela active notre énergie, lui donne une direction. Mais enfant, nous sommes dépendants des autres et certaines personnes restent dans cet état d’esprit toute leur vie. Espérant que leurs désirs se réalisent sans rien faire, sans agir pour cela et elles sont frustrées sans comprendre pourquoi la vie ne leur sourie pas.

En vérité, il faut avoir la discipline de ses rêves et s’aligner sur la fréquence qui permet de les matérialiser en y travaillant tous les jours, le plus souvent possible mais sans être obsédé. L’important est d’être heureux dans l’Instant Présent, d’accrocher cet Instant avec l’un de nos rêves par un intense sentiment de victoire, de rétribution, de satisfaction. Cela est plus facile lorsque l’on est optimiste, jeune et beau ! Non, je plaisante… En fait, cela est plus facile lorsque l’on se sent comblé, satisfait ; ce sentiment offre une sensation physique de profond soulagement, une décompression de la tension qui entraîne un afflux d’hormone de récompense, produisant un sentiment de bien-être, de gratitude, de joie. En entretenant régulièrement cette sensation d’apaisement intérieur, de joie, il semble que notre énergie n’est plus usée par le désir, l’attente, l’espoir, la recherche et qu’elle se reconstitue d’elle-même. Certaines personnes en ont conclu qu’en restant serein et focalisé, on obtient plus rapidement des réponses, des récompenses, des succès : être posé, patient et joyeux permet d’être aimé et intégré, d’obtenir la réalisation de ses rêves ou de s’en approcher au plus près……(sauf dans certaines régions où le sourire et l’amabilité sont considérés comme une insulte à l’intelligence et que l’indifférence est une marque de dignité nécessaire pour occulter le bonheur! Mais normalement chez les gens civilisés, la politesse et la gentillesse sont un plus pour se faire accepter !)

Les relations énergétiques karmiques et les cycles de résolution.

L’énergie partagée avec quelqu’un conduit à revoir cette personne jusqu’à épuisement ou transformation de l’énergie émise au départ. Le lien est « karmique» quand il donne la sensation de retrouvailles avec une part oubliée de soi-même au moment de la rencontre ou de la communication avec cette personne ( ou avec un lieu). Le partage peut-être autant positif que négatif, il transmet néanmoins l’impression d’accomplissement, de reconnexion avec un vécu antérieur (heureux ou malheureux). Cela peut être très positif ou profondément destructeur, cela dépend des relations qui ont été établies par les âmes auparavant et sur quelles fréquences vibratoires les retrouvailles se vivent. Un bonheur partagé sur une certaine fréquence, ne le sera plus si l’on change de vibration. Deux vibrations différentes cassent les relations ou les entraînent à se distordre vers la disharmonie, vers l’opposition. La fréquence vibratoire la plus élevée donne le sentiment d’être écrasant, cassant, indifférent aux autres, la fréquence vibratoire la plus basse donne la sensation à ceux qui vibrent plus haut de s’humilier, d’être rabaissés, de descendre vers la vulgarité. Lorsqu’une personne change son taux vibratoire, elle perd souvent ses anciens amis. Ses relations familiales se transforment si tout le monde ne s’engage pas en même temps dans le nouveau cercle fréquentiel.

Le karma est une mémoire énergétique non-transformée, restée inaboutie.

Le Dharma en revanche est l’énergie lorsqu’elle est positive et libre de contraintes négatives, de répétition. Le dharma nait du Don gratuit de l’énergie, par Amour de l’Être Divin. C’est un sacrifice énergétique au nom de l’Unité, une promesse faite à l’Univers pour l’aider à développer Ses objectifs. Le dharma est la marque de la vraie foi car l’énergie donnée sera restituée en énergie universelle, à travers les cycles supérieurs, donc cela induit de croire et d’activer ces cycles, de prouver sa Foi en l’âme et en son éternité. Une personne qui passe dans la fréquence vibratoire du Dharma, est libre mais préfère servir l’Esprit par Amour du service lui-même et continue sa tâche, car elle a confiance en ses choix et en ses résultats.

Comprendre la notion de « point commun énergétique » dans le cadre des cycles d’énergie

Toute personne nait sur Terre pour produire un objectif personnel ou faire aboutir un rêve familial ou bien réparer une erreur. La durée d’un cycle de réalisation est variable pour chaque personne et dépend de son thème astral. Les astres dominants le thème natal donnent une indication selon le signe et la maison dans lesquels ils sont placés : Soleil, Jupiter, Mars illustrent la réussite sociale et l’expression du soi, Vénus, Lune et Mercure donnent une idée de la chance, du niveau qualitatif de nos relations affectives et des aspects féminins de l’âme, Uranus et Neptune permettent de déterminer notre intuition – les choses nouvelles (à créer) ou les idées à rénover- et Pluton indique le cycle des morts et renaissances et nos habitudes difficiles à transformer, comme les comportements stéréotypés, le Nœud Nord et Nœud Sud donnent la grande direction du chemin à accomplir pour cette âme en pérégrination dans un corps follement sentimental et une tête carrément rationnelle….ou bien l’inverse ! Bref, comment se remettre à jour et ne plus piétiner dans les répétitions ?

– d’abord en comprenant rationnellement les liens que nous avons tissés. Quelle est la nature de l’énergie qui nous lie aux autres ?Si l’on sent qu’une personne aspire notre énergie ou qu’une autre nous rend dépendante et désire nous soumettre à ses perceptions, à sa fréquence, il faut avoir la lucidité de le reconnaître. On est en droit d’accepter la relation, même si elle est déséquilibrée, mais il faut être lucide pour conserver sa liberté de choix et pouvoir réagir si l’on change d’avis. Toute action produit une empreinte : du choix d’un parfum au simple geste de se laver, cela imprime une forme à notre énergie, cette forme attire à elle ses semblables ou ses exacts opposés.

Nous ne pouvons pas vivre isolés car communiquer, avoir des relations –même superficielles- est agréable. En revanche, il faut conserver la lucidité intérieure du fonctionnement de l’énergie : dans les strates vibratoires basses, l’énergie attire son contraire afin de créer un équilibre. Et dans les sphères de hautes fréquence vibratoires, l’énergie attire ses semblables. Sur Terre nous rencontrons plus souvent les circonstances qui représentent nos aspects cachés, étouffés par peur ou par honte et qu’il faudra résoudre, c’est-à-dire mettre en lumière. Lorsque c’est fait, nous attirons les Anges car nous leur sommes ressemblants en attitude et en intention.

Pour sortir d’un cycle d’énergie, il faut revenir à une position neutre afin de ne plus alimenter ce cycle par des réactions ou des pensées. La position neutre (point zéro) est rendue facile grâce à la méditation. Cet exercice permet de créer une coupure dans le flux des actions quotidiennes et un ralentissement des pensées ordinaires. Après quelques mois de méditation régulière on pourra arriver au Centre conscient où sont émises toutes les pensées ; le point où nous avons posés nos valeurs, d’où nous tirons notre volonté intérieure.

Après ce premier étage de découvertes, on peut faire une descente de la conscience vers le Cœur, explorer le château de l’âme et le Temple du Cœur, revitaliser les liens avec les êtres que nous choisissons d’aimer en toute connaissance de ce qu’ils représentent spirituellement pour nous. Cet amour sincère sera basé sur ce que nous savons posséder réellement, sur des valeurs qui ont été testées. Un beau lien énergétique sera crée si nous ne cherchons pas à dominer la relation. Or, nous l’avons vu, un lien énergétique continue d’exister par -delà la disparition du corps. L’amour ne meurt pas. C’est une énergie d’attraction, une énergie solaire transformée sur Terre en énergie magnétique. Magnétisme et énergie solaire sont donc liés et nous alimentent en corps et en âme…..même nos aliments poussent grâce à cette combinaison d’énergie. Tout ce que nous sommes, ce que nous mangeons, pousse à partir de ces deux forces complémentaires : les forces de l’attraction terrestre et de l’attraction solaire forment les cercles énergétiques qui servent de parents à notre âme. Un parent est une autorité, une limite ou un chemin.

Seule la Conscience est libre de ces cycles, elle est plus fine et impalpable, donc elle n’est produite que par l’Être. Cela fera partie d’un autre chapitre.

J’espère que cette première partie vous incitera à voir votre vie comme votre création, ou comme le prolongement de celle de vos parents. A bientôt. Lila

http://www.lilaluz.net/2014/09/l-ecole-evolutive-du-karma-lecon-sur-les-cycles-d-energie.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *