Les voies de Lumière

Les voies de Lumière

Il y a 3 lieux magiques dans le corps de l’Humain : la Tête, le Cœur et le Ventre. Dans chacun de ces lieux se développe une énergie spécifique qui définit une voie d’Intelligence particulière.

A – Le centre de la tête est souvent le lieu où s’exprime la lucidité, la clarté d’esprit que l’on appelle dans les univers habités : la Lumière de Vérité.

La vérité ne s’oppose pas aux mensonges, son rôle est d’écarter les voiles de l’ignorance : la vérité permet l’approfondissement de la Connaissance. La Connaissance n’est pas le Savoir. Les Savoirs sont des portions de connaissance appliquée à des savoirs-faires : l’Intelligence s’organise dans des mondes, des microcosmes et les fonctionnements spécifiques de ces microcosmes nécessitent des connaissances particulières que l’on nomme les savoirs. Mais ces savoirs ne sont pas destinés à devenir des vérités toutes- puissantes. Tout savoir est réduit à son monde et au cadre qui le définit. Si le cadre, c’est-à-dire les critères qui définissent le vécu change, le monde change et le savoir devient obsolète, il est remplacé par de nouvelles vérités et de nouveaux savoirs.

La Connaissance repose sur le mouvement ascendant ou descendant. La connaissance est le principe qui permet de faire évoluer les savoirs, c’est l’Intelligence de la Vie qui doit comprendre et relier l’Absolu aux microcosmes soit en descendant vers un microcosme pour le vivre « de l’intérieur », soit en s’extrayant de tous les savoirs pour relier ce microcosme à un principe pur et sans forme et ainsi inséminer les parties intéressantes du microcosme dans l’Absolu afin que la singularité du microcosme devienne une Vérité supérieure et qu’elle se multiplie dans d’autres mondes contenus dans l’Absolu. La connaissance est une voie d’Intelligence qui n’a pas de fin et qui varie à l’Infini puisque chaque nouveau monde inclut de nouveaux savoirs qui fusionnent ensemble ou s’évanouissent pour renaître sous une autre forme.

La Voie de la Connaissance s’appelle Ain Soph et c’est le Principe Mère.

B – Le centre du Ventre est le lieu où le microcosme de la Terre est minutieusement analysé et goûté par des cellules spécialisées. Le centre du Ventre est l’ombilic qui relie l’humain à son environnement et à la matrice électromagnétique de Gaïa, sa mère adoptive et sa nourrice.

L’Humain est lié à son monde par l’estomac tel un fœtus à un placenta. L’humain ne peut évoluer sans se départir de ses habitudes extérieures cependant, avant de se détacher, il lui faut compléter ses savoirs et comprendre la relation entre la Terre et lui. Les cellules du ventre sont exactement faites pour cette analyse des nutriments. Manger est certes devenu un plaisir mais au départ il s’agissait simplement de connaître, c’est-à-dire de « naître à ce monde » afin de définir ses singularités, ses talents pour l’Esprit. Le rôle des cellules est donc l’analyse et le partage des savoirs à travers l’influx nerveux. Les ondes produites par la contraction des muscles intestinaux envoient en permanence des messages induits au cerveau et à toutes les cellules du ventre, constituant un ensemble de réseaux de savoirs sur les terroirs et les éléments minuscules qui vivent dans les infra-mondes. La lumière du ventre conduit à connaître tous les éléments terrestres et toutes les langues maternelles contenues dans notre génome individuel. Elle permet de comprendre pourquoi les plantes poussent et ce que mangent les animaux. Elle met en contact avec les structures invisibles ou souterraines des paysages ; les nappes d’eau, les filons de minerais ou de ressentir les forces naturelles tels que séismes, orages ou sécheresse avant qu’ils ne se manifestent et de lire notre histoire généalogique. Le centre du ventre est la lumière de l’esprit de la Terre, il met en liaison directe avec la réalité de Gaïa.

C – Le centre du cœur n’est pas le cœur lui-même mais un lien qui doit être crée entre le battement du cœur physique et les influx nerveux qui passent par le thymus. La synchronisation entre ces deux organes, organise un champ électromagnétique élargit, permettant peu à peu de relier le centre du ventre et celui de la tête avec le centre du cœur : créant par le fait une aura : une aire de clarté, un champ de connaissance intuitif et immédiat.

La voie du cœur n’analyse pas, elle inspire et s’amplifie par pulsations régulières créant des rayonnements ondulatoires comme un soleil. La voie du cœur rayonne vers soi ou vers l’autre.

L’autre peut être la planète, une personne, un animal, une plante, un caillou ou une vertu, un idéal, un maître, une voie d’Intelligence, un astre, tout ce que l’on désire. Désirer c’est envoyer de l’énergie et donc attirer à soi un retour de cette énergie, car c’est le principe du tore : ce qui est envoyé revient. Le cycle de ce retour dépend de l’amplitude du rayonnement et de l’intensité de sa lumière.

Les principes qui servent à définir notre corps sont également applicables à d’autres corps.

LiLa

http://www.lilaluz.net/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *