L’homme Divin

homme divin

Un texte pour L’homme.

Les 9 caractéristiques de l’homme qui a éveillé les qualités du Masculin Divin en lui.

1. Il n’est pas gouverné par son égo dominateur
L’homme qui est dans son masculin sacré à choisi le pouvoir de l’amour à l’amour du pouvoir. Il n’est pas prêt à tout pour plus d’argent, pour un statut toujours plus élevé, pour toujours plus de pouvoir, oubliant les autres.

L’homme qui est dans son masculin sacré a appris à identifier son égo, et à démasquer sa façon de penser, » horizontale » (chercher toujours à être « meilleur » ou « plus fort » que les autres). Il a compris qu’il fait parti du tout. de l’Univers. Il ne fait pas différence d’importance entre les femmes et les hommes.Il n’a pas besoin d’écraser ou de dominer quiconque pour prouver sa propre force. Il n’a pas besoin d’un « statut » pour s’identifier et savoir « qui il est ». Il a compris qu’à l’échelle de l’univers et qu’à l’échelle de l’âme, un « statut » ne veut rien dire.

2. Il accepte ses émotions et est connecté à son cœur
L’homme qui est pas dans son masculin sacré assume ses peurs et ses émotions, ils les accueillent sans s’identifier à elles. Il fait la distinction entre le désir sexuel, les émotions et le cœur.
L’homme qui est dans son masculin sacré est connecté à son cœur. Il a compris qu’avoir du cœur n’était pas une qualité qui doit être réservée uniquement aux femmes mais qu’au contraire seuls les hommes qui ont du cœur pourront véritablement changer le monde et renverser la balance de cette domination par l’égo et la recherche du pouvoir qui détruit les Hommes, les animaux et détruit la planète. Il aime le bien.

3. Il utilise sa force pour faire le bien
L’homme qui est dans son masculin sacré/ divin n’utilise pas sa force physique et mentale pour dominer. Il est pourvu d’empathie, de compassion.
Il utilise sa force physique et mentale pour faire le Bien. Il aime et souhaite aider et protéger tout ce qu’il peut. Il ne fait pas de différence entre le fait d’être homme, femme, ou même animal. Pour lui, toute forme de vie doit être respectée. Il veut être une force du bien, protéger les hommes, les femmes, les enfants, les animaux et la nature.

4. Il respecte les femmes et honore le féminin sacré en elles
L’homme qui est dans son masculin sacré aime la Femme de façon respectueuse, il ne l’a voit pas juste comme un objet sexuel.. Il la voit comme son égale, son complément. Pour lui la femme est une créature divine (au même titre que l’homme, et que les animaux), et il n’y aucune différence. Il aime honorer et encourager le féminin sacré en elle. Il ne se laisse pas abuser par des jeux de séductions. Il souhaite une femme à son image, ancrée dans sa féminité sacrée. Il a compris le but spirituel des relations amoureuses qui est d’évoluer ensemble pour devenir la meilleure version de nous-même.

5. Il n’est pas contrôlé par sa sexualité
L’homme qui est dans son masculin sacré à le contrôle sur sa sexualité. Il a compris qu’un acte sexuel était quelque chose de très puissant, d’un point de vue invisible ce sont des énormes échanges énergétiques qui se produisent, et utilisé à mauvais escient, le sexe peut être très destructeur. Il aime sa sexualité et ne la rejette pas mais souhaite utiliser son énergie sexuelle avec une partenaire qui lui apportera également toute une panoplie d’autres sentiments, un cocktail de sensations impossibles à ressentir lors d’un acte sexuel sans conscience. Une partenaire sur le même chemin. Il est dans l’échange. Il est honnête dans ses relations et a compris l’enjeu d’une relation avec une femme et l’importance de la sincérité. Il sait trop à quel point le mensonge peut détruire et ne fait pas aux autres ce qu’il n’aimerait pas qu’on lui fasse.

6. Il se soucie de son impact sur son environnement et participe à sa guérison.

7. Il ne rejette pas les qualités physiques masculines qui font de lui « un homme » et exprime sa propre identité
L’énergie masculine est quelque chose de très beau, utilisée à bon escient et ne doit pas être rejetée. L’homme qui s’est reconnecté à son essence masculine est un être fort et puissant, tout en étant profondément bon et pensant avec son cœur.

8. L’homme dans son masculin sacré ne disperse pas sa semence. Il l’a partage avec la femme dans son féminin sacré.

9. Il construit un couple divin. Pour le Bien de tous, pour le Bien commun.

Le Monde vous attend, Nous les femmes nous vous attendons, Nous vous aimons.

evolutionsexuelle.simplesite.com

10 commentaires

  • L’âme est au divin ce que le photon est à la lumière. Plus l’être s’élève vers son divin intérieur et, donc, vers l’ensemble, tout ce qui est du moi s’enfuit devant les rayons émanant du centre. La pratique sans relâche d’une certaine alchimie mentale par l’individualité en éveil, transcende peu à peu les besoins primaires de notre nature. Le rapport à la sexualité change, se transforme, et devient fusion psychique entre deux êtres et non plus un simple plaisir charnel. En cet instant d’éternité où l’homme et la femme ne font qu’un, les limites de la matière semblent disparaître. L’être divin (homme ou femme), est un individu ayant dépassé sa nature inférieure, ses instincts primaires, et qui considère l’autre comme son complémentaire en son cheminement vers l’absolu.

  • Oui, je crois que c’est le bout de l’Histoire, reconstituer cette union sacrée entre homme et femme, entre divin Masculin et divin Feminin, et toutes les gammes d’échanges possibles entre eux. Je crois que les hommes et le femmes se sont eliognés chacun d’une partie essentielle de l’amour, pendant des siecles et des siècles, la femme de l’immense energie sexuelle et l’homme de l’émotion, du sentiment, de l’abandon à l’autre. Cela a reduit la vie de couple à cette lugubre mise en scene de ‘bonheur familiale’ dans laquel nous étions censé s’epanuire, et qui en réalité n’est que trop souvent le cache misère de nos incapacités. Je crois vraiment qu’on peut que être sauvés que à deux.
    Je vois que Tu as eu un joyeux anniversaire…

  • La dimension « divin » perçue au sens essentiel de l’Homme ( l espece humaine !) ne me gene pas. Au contraire je perçois u état, une comprehension de l humain et surtout une autre proposition de cet etat du soi. Ce soi, cette interiorité mieux conscientisée pour un nouvel equilibre et aussi mieux s ouvrir a l autre.
    Mais dans sa proposition un sentiment diffus me met mal a l aise. La description des rapports sexuels et de l amour envers la femme me semble faire confusion. La Sincerité est aussi importante dans des rapports sexuels – fussent ils ephemeres ou sans AMOUR reel. Le rapport sexuel est un besoin naturel et il ne s exonere pas du respect a l autre c edt certain ; donc aucune gene a cela.
    Par extension, l erotisme et la sensualité restent sains tant qu ils sont exprimés en honneté et franchise en evitant au passage certaines derives malsaines En clair, cet Amour entre une femme et un homme s inscrit sur un autre registre, ou le sexe a bien sûr toute sa place, mais avec quelque chose d autre de bien plus profond – une forme de partage étendu !?
    Quant au respect il est transcendant. il ne decoule absolument pas du type de relation…

  • Réflexion personnelle sur la notion d’Homme divin.
    Déjà, au préalable, il convient de préciser que cet état « divin » ne doit pas se fixer uniquement à l’homme en particulier mais à l’Homme en général avec un grand H. Cela sous entend bien évidemment l’homme et la femme.
    Qu’entend-on par homme/femme divin?
    Le processus d’un long cheminement dans le grand œuvre de la réalisation du SOI par le biais d’une certaine alchimie mentale.
    La pierre cachée, le Graal, l’épanouissement de la rose sur la croix, s’acquièrent lentement sur le fil de l’évolution à travers la vie, voire plusieurs existences en ce bas monde, jusqu’à l’épuration de notre propre karma. L’expérience dans la matière, la prise de conscience progressive que si l’égo fut une aide il devient avec le temps l’entrave, va conduire l’être a quitter peu à peu le plan horizontal des croyances dogmatiques, des gourous, des totems, pour se diriger sur le sentier sinueux de la voie verticale de l’initiation solitaire, du travail sur soi-même. Dès cet instant il part en « guerre » contre l’obscurantisme, l’ignorance, le matérialisme. Non pas avec des armes mais en tant que « chevalier » chercheur de vérité et de Lumière. Il apprend à alléger le fardeau des autres sans rien demander en retour, discrètement et en silence. Il devient alors disciple de cette Lumière, disciple de l’énergie divine pénétrant toute chose et dont il prend peu à peu conscience sur les trois plans de sa propre Nature. Sur cette voie qu’il aura décidé de suivre il devra combattre le dragon, la bête qui n’est autre que l’autre facette de lui-même, et de tout être en général.
    Plus tard, bien bien plus tard, si tant est qu’il ait « marié » les antinomies, il accèdera à cet état divin ou état christique dans lequel, nous pouvons supposer, que les besoins de ce monde ont été largement transcendés, sublimés, divinisés. Aussi, le couple « divin » est-il bien au-delà, à mon humble avis, des besoins inhérents à notre simple existence, mais d’avantage axé sur une oeuvre plus globale, plus universelle qui, je pense, ne peut être comprise en notre propre niveau de conscience. L’ Homme réalisé devenant l’Homme Esprit! …….et donc au-delà des contingence de ce monde.

  • Il ne manquerait pas l’essentiel ???
    L’homme Divin est connecté à Dieu et tout le reste lui ai donné en chemin et chose extraordinaire le mot Dieu n’est pas dans votre papier…
    Donc l’homme que vous décrivez n’est en rien divin puisque qu’il ne sait pas se connecter au Divin, au mieux c’est un homme qui essaye de vivre bien comme un homme, mais ne sort pas du niveau de l’homme et comme tout homme non divin sera chahuter dans son existences par ses vertus qu’il s’impose lui même sans avoir de tout ça la réelle puissance du plan divin…

    • Eric Delmas-Marsalet

      Si je lis bien la description qui est faite, décrit un être humain branché naturellement au divin ; il n’a donc pas à mon sens et à proprement parler, besoin de faire quoique ce soit pour s’y brancher. 😉 <3 🙂

  • Arriver à un tel résultat demande souvent plusieurs années de travail sur soir, et un intérêt certain pour le développement personnel. Par contre, une fois ces résultats atteints, la qualité de vie au quotidien est bien plus élevée, car nous sommes loin des dangers de la jalousie, l’égo, la colère, la frustration etc…

  • Thomas BOISIVON

    D’accord avec Serge

  • Merci pour ces si bons mots….

  • Ne s’agit-il pas d’un texte ‘nataliste »? « 8. L’homme dans son masculin sacré ne disperse pas sa semence. Il (la) partage avec la femme dans son féminin sacré. » On sait combien ceci peut produire un embryon même avec l’usage d’un contraceptif (les jours de glaire en particulier), bcp de couples ont eu une « surprise inattendue » de cette manière. Je ne veux pas ternir les autres mérites du texte mais j’incline à penser qu’un couple vraiment divin ferait au contraire tout pour éviter de concevoir dans un monde aussi horrible (incluant privilégier l’homosexualité!), et s’emploiera au contraire à soulager un peu de la souffrance déjà existante (par exemple en partageant avec quelques-uns des UN MILLIARD d’humains insuffisamment nourris de la Terre actuellement). Ou à tout le moins ils pèseront solidement le pour et le contre avant de se mettre à « partager la semence » dans le yoni avec toutes les possibilités de conception que cela comporte. D’ailleurs s’il tient à avoir un enfant un couple divin ne devrait pas avoir trop de mal à s’en trouver un en adoption internationale il me semble!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *