Mon cœur est mon trésor

par Soumaya Tarkhani

Plusieurs années auparavant, j’étais prisonnière de mon mental. Je ne voyais qu’à travers son écran et je cherchais tout le temps son approbation pour toute sorte de choses.
Ses barres m’étouffaient voire m’isolaient, mais je les acceptais quand même parce que pour moi, c’était la normalité.
Mon âme me faisait des signes désespérés, mais j’ignorais sa présence. D’ailleurs, je ne connaissais rien de son langage, croyant que le mot « être » signifiait tout simplement exister avec un corps et une personnalité.

Plus je m’accrochais à la matière, à mes pensées, à la forme et aux autres, plus mon mal- être grandissait. J’ignorais les origines de cette souffrance. Le pire est que je pensais pouvoir la balayer avec des séances de shopping, et un bon film. Mais Je me trompais grandement, car en me distrayant, je m’anesthésiais pour ne pas voir la douleur en moi.

A chaque fois que je me coupais de cette partie de moi, le malaise revenait avec plus d’aigreur et de persistance, jusqu’au jour j’ai décidé de me confronter avec lui et de fouiner dans tous mes recoins à sa recherche.

Pour éclairer mon chemin, j’ai beaucoup lu. Les informations traitant du bien être et de la guérison étaient disponibles en grande quantité, mais les méthodes proposées étaient tellement divergentes au risque de m’égarer. Pour éviter toute confusion, j’ai choisi un sentier qui me paraissait inévitable, à savoir celui du cœur.
N’ayant aucune idée sur l’approche à choisir, j’ai décidé d’appliquer quelques techniques proposées par Louise Hay et Eckart Tolle. Pourquoi avoir choisi ces deux enseignants? C’est peu être parce qu’il avait quelque chose dans leurs écrits qui résonnaient en moi.
Tout compte fait, J’ai décidé de me traiter avec amour, de ne jamais me mentir et d’observer avec vigilance les émotions qui m’habitaient. Je faisais mes exercices, tout en parlant à mon cœur et en l’interrogeant doucement sur ses joies et ses peines.

Les débuts n’étaient pas faciles. Mon mental se révoltait. En plus, je voyais mal comment une telle communication pouvait s’établir, mais cela ne m’a pas découragée à continuer.
Au fur et à mesure que je renouais avec mon cœur, je devenais plus sensible à ses vibrations, à ses codes et… à sa lumière. Mon ami m’a parlé. Son chuchotement était timide au début, mais il s’est fait plus audible après. Désormais, il m’envoie ses messages sous forme de ressentis, de petite voix, de visions, de mots qui se répètent un peu partout ou tout simplement d’une vérité que je connais et dont j’ignore la provenance.
Ce qui m’empêche de l’écouter des fois? C’est mon esprit embrouillé ou des émotions noires que je dois évacuer.

Je sais que le travail n’est pas fini et qu’il me reste encore des choses à guérir ou à dépasser, mais je sais surtout qu’en chacun de nous se trouve un diamant et que notre mission est de découvrir ce trésor pour le faire briller le plus fort et le plus longtemps possible.

Soumaya Tarkhani
http://lapressegalactique.com/2016/01/15/mon-coeur-est-mon-tresor/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *