Ne donnez pas tout ce qu’on vous demande, mais ce dont les autres ont besoin

ne donnez pas tout ce qu'on vous demande mais ce dont les autres ont besoin

Il y a des personnes font appel à nous uniquement quand elles ont besoin de quelque chose. D’autres pensent avoir le droit de tout demander en échange de rien car «le lien du sang justifie tout», car nous avons l’obligation morale d’accepter, de nous taire et de donner.

Ce n’est pas bon. L’art de la réciprocité et le respect naît du cœur et non pas des impositions morales et familiales.

Il y a quelque chose que nous savons tous : nous vivons dans une société où on pense que la famille comme le couple sont la représentation du bien-être affectif.

Pourtant, ce sont dans ces cercles personnels où se concentre le plus la douleur animique, et donc les déceptions. Celui qui pense que l’acte d’offrir l’amour en échange de rien est synonyme de bonheur se trompe. C’est tomber dans l’abîme de ses propres erreurs.

Parfois, nous finissons par bien connaître certaines personnes en voyant comment elles nous traitent lorsqu’elles n’ont plus besoin de nous.

Le vrai problème réside sans aucun doute dans ce «confort» duquel découlent beaucoup des relations affectives ou familiales.

Certaines personnes pensent qu’elles ont le droit de tout demander à faible prix même si cela nous coûte notre estime de nous-même.

Alors, avant de céder sans réfléchir pour ensuite se lamenter, mieux vaut reformuler sa stratégie : «offrir uniquement ce dont les autres ont réellement besoin».

Ressentir ce dont les autres ont vraiment besoin

Dans un article intéressant publié dans l’espace «Goodtherapy» sur la construction des relations positives, on explique que, malgré le fait que nous savons tous ce que signifie la réciprocité, nous ne l’identifions pas toujours comme une condition précieuse pour vivre.

* Il existe une double morale complexe dans l’idée que le fait d’être un membre de la famille ou un conjoint, nous donne le droit de demander, d’exiger et même de prendre pour acquis le fait que les autres seront toujours à nos côtés, quoi qu’il arrive.

* Comme le disait Honoré de Balzac, l’amour n’est pas seulement un sentiment, mais un art que nous ne savons pas tous pratiquer et parfois, ce n’est pas le sang qui édifie une relation parent-enfant, mais le respect et la réciprocité.

* Au niveau psychologique, un aspect que l’on remarque souvent dans les relations de couple malheureuses c’est que le principe de réciprocité n’est pas appliqué.
Cela est dû au au fait que l’un des membres du couple prend à un moment donné le rôle du dominant, ce qui casse totalement l’équilibre où chacun donne et reçoit équitablement.

Offrir ce dont l’autre a vraiment besoin, ce n’est pas égoïste, c’est agir avec sagesse

Évaluer ce dont les autres ont besoin de manière objective et agir en fonction de cela et non pas selon leurs impositions, c’est agir avec sagesse et équilibre.

La réciprocité, ce n’est pas «tout ou rien» mais c’est savoir prendre, remercier, multiplier et savoir rendre ce que l’on nous a donné.

* Nous avons tous des besoins mais dans la mesure du possible, nous devrions être capable de les assouvir ou de les satisfaire nous-même au lieu d’attendre que les autres le fassent pour nous.
C’est un acte de maturité personnelle car dans de nombreux cas, avoir besoin, c’est dépendre.

* Il est donc essentiel de connaître la différence entre les demandes raisonnables et les demandes ternies par l’égoïsme. Être sensible aux besoins de notre entourage d’une manière objective mais proche nous permet aussi d’agir avec plus de sécurité.

Si nos parents ont besoin d’aide dans les tâches ménagères, il faudra faire des règles avec eux. Si l’on sent que nos amis ont besoin d’un soutien financier, nous leur offrirons selon nos possibilités réelles, non pas selon leurs exigences.

Ce dont vous avez besoin, ce dont j’ai besoin

Il y a des personnes qui conçoivent le bonheur comme un cadeau intégral, et qui font sortir leur cœur hors de leur corps pour envelopper tout être aimé dans une couverture de protection sans limite ni mesure.

Mais personne ne peut passer trop de temps avec son cœur à l’extérieur, car nous devenons vides et il ne reste d’espace que pour la lamentation et la frustration.

* Nous ne devons pas tomber dans l’erreur de penser que si «l’on offre de l’amour, du dévouement et de l’engagement», le destin nous offrira la même chose en retour.
La loi de l’attraction, même si nous y croyons dur comme fer, ne se réalise pas toujours et nous devons donc mettre en priorité notre propre santé émotionnelle.

* Il est nécessaire de déterrer beaucoup de nos principes moraux qui nous obligent à » tout donner en échange de rien».
Si ce que vous recevez, c’est de la souffrance, arrêtez cette relation, n’investissez pas dans le mal être et ne forgez pas de relations qui se nourrissent d’égoïsme. Cela n’en vaut pas la peine.

Pour conclure, savoir ce dont les autres ont besoin suppose de développer sa sensibilité et son intuition face aux possibles carences de notre entourage le plus proche.

Être réceptif aux besoins des autres ne doit pas nous faire oublier ce dont nous avons besoin car si nous nous négligeons, nous perdons tout…

Si vous souhaitez de l’amour authentique, de l’amour véritable et enrichissant, commencez à vous aimer vous-même.

http://nospensees.fr

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *