Nos Créateurs

Nos Créateurs

Là où l’histoire déclare forfait, où le regard ne porte pas, s’ouvre la voie royale des mythes. Leur musique familière cèle des réalités hallucinantes. Il ne tient qu’à nous de les décoder, Platon nous dit qu’ils sont faits pour ça.

D’où qu’ils viennent les mythes sont sacrés car l’oubli les a épargné. Ils sont consignés dans des livres saints, ou dans des livres sages, ou dans la mémoire des anciens. Rien ne nous vient des premiers temps que nos mythologies.

Il serait donc léger de les balayer d’un revers de manche. D’autant qu’ils se recoupent avec une troublante exactitude. Si on les interroge sur notre origine, du Chili au Cachemire, de l’Italie à l’île de Pâques, tous les mythes répondent avec un ensemble troublant :

« Notre espèce a été créée par DES DIEUX. »

Vous avez bien lu, pas par Dieu, mais par des dieux. Malaise. On ne nous avait pas dit ça dans nos religions préférées. Et pourtant si.

La Bible est formelle, Elohim a créé l’homme, pas Yahveh. Elohim est un pluriel masculin ET féminin. On ne saurait être plus clair. Nous avons été créé non parla Source, non par l’Unique à qui on parle dans le secret de notre cœur, nous avons été créés par un PEUPLE. Le terme « dieux » ne doit pas nous abuser, comme nous allons le voir.

Que l’on étudie la mythologie grecque, l’encyclopédie assyrienne, les Vedas, lePopol Vuh, le Kalevala, les textes des pyramides, l’épopée de Gilgamesh, deCuchulainn, d’Enki, les genèses inuit, dogon, aborigène, on les trouve chacune singulière et pourtant unanimes.

Chacune aux couleurs de sa culture, précieuse, belle, six cents traditions nous content la même histoire : celle des dieux venus du ciel pour faire un paradis sur terre et pour y façonner l’homme à leur image.

En voici la trame.

Les dieux d’avant, nos créateurs, nous ressemblaient beaucoup… mais en version gigantesque avec toutes les options. Ils étaient tout-puissants, ils savaient tout, ils étaient immortels. Ils pouvaient voler et voguer sous l’eau, aussi les appelait-on les Serpents-Oiseaux. Ils observaient les astres dans des tubes à cristaux, c’est pourquoi on les appelait aussi les Veilleurs, ou Gardiens. En anglais Watchmen, eh oui, ce sont les mêmes.

Ils voyageaient sur toute la terre dans leurs engins sous-marins et volants. Plus fort encore : ils allaient visiter les étoiles. On les associe souvent à Sirius, à Orion, à la Grande Ourse ou aux Pléiades. Et puis ils nous ont créé, des êtres intelligents à vie brève, des « éphémères ». Ils nous ont éduqués, nous donnant tout ce dont nous avions besoin pour vivre, à condition de leur obéir, de bosser dur dans les mines et dans les champs. Les mythologies mettent en scène des générations successives de dieux qui nous ressemblent vraiment beaucoup. Pour la mythologie aztèque, des dieux barbus sont venus quand les hommes étaient encore sauvages.

Ce sont les Serpents à Plumes ou Quetzalcoatl, dieux pacificateurs, civilisateurs, et technologiques. Ils sont nombreux, se composent de races différentes dont des Noirs et des Blancs, et ne sont pas toujours d’accord entre eux comme les dieux grecs ou yoroubas.

Mieux traduite, la Bible dirait : « Les androgynes célestes ont créé les humains. » Ou plutôt les humaines car les femmes ont été fabriquées d’abord, pour le plaisir des dieux. Le matriarcat fut longtemps la règle, même après l’apparition des premiers mâles, qui furent d’ailleurs maltraités par les Amazones, troupes d’élite du Matriarcat planétaire.

La seule trace de ces faits que la Bible conserve, c’est l’énigmatique première « femme » d’Adam, Lilith. A elle seule, la semi-divine Lilith résume des millénaires de matriarcat terrestre.

Mais la révolution masculine est passée par là. Le patriarcat tout neuf a voulu éradiquer toute trace de la domination des femmes. Par la même occasion, il a éradiqué aussi Rama, car son nom comme son œuvre rappelait trop les matriarches haïes. Ra, principe originel masculin. Ma, principe originel féminin. Voilà ce qu’il a fallu tuer dans les mémoires d’occident.

Ignorance ou calcul, tout ce que la Bible raconte est travesti. Les faits sont dénaturés par d’innombrables interprétations au fil des siècles. Il s’agit de remettre à plat, d’étiqueter et de remonter la mécanique antique.

Le résultat peut surprendre. Comment peut-on imaginer que le paradis terrestre, le merveilleux jardin D’Éden n’était pas de ce monde ? Il fut pour un temps en ce monde, mais il venait d’ailleurs, de très loin, de la Grande Ourse – Ursus Major.

Le jardin D’Éden était un gigantesque vaisseau spatial où le peuple des aménageurs de planètes, sous la direction de leur roi Anou, sont venus ensemencer la terre et booster la génétique de notre espèce.

Ils ont manipulé les gènes des plantes pour créer les céréales, les gènes des bêtes sauvages pour créer les espèces domestiques.

http://eden-saga.com

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *