Parfois, ignorer, c’est répondre avec intelligence

Parfois, ignorer, c’est répondre avec intelligence

Parfois, ignorer, c’est répondre avec intelligence. C’est une sagesse qui s’acquiert avec le temps et avec les expériences et qui, sans aucun doute, est malléable.

Pourquoi ? Il est évident que nos relations ne nous apportent pas toujours des choses positives, même si nous le désirons et nous l’attendons.

Souvent, ignorer est plus une question de santé émotionnelle et de protection de notre équilibre mental qu’une décision consciente et méditée sur notre épanouissement et notre manière de concevoir nos relations.

Mais souvent, nous avons du mal à nous rendre compte que nous alimentons des échanges toxiques et que nous sommes dans l’attente d’une récompense émotionnelle qui n’arrive jamais.

C’est-à-dire que nous sacrifions notre bien-être pour des relations malsaines qui ne nous apportent pas de bonnes émotions.

Il faut apprendre à ignorer pour commencer à vivre tranquillement

C’est pour cela que nous devons ignorer des situations qui nous déconcertent, et commencer à s’absenter lorsque notre présence n’est pas mise en valeur.

Ainsi, aux mots idiots, répondent les oreilles intelligentes. Mais… quand ?

* Quand les critiques ne sont pas constructives et que nous n’avons pas le droit de donner notre avis.
* Quand nous remarquerons que dans les actions et les commentaires des autres, il y a de mauvaises intentions.
* Quand nous avons à nos côtés quelqu’un qui crée des insécurités et de la frustration dans notre chemin de vie.
* Quand on nous fait culpabiliser sur des choses que nous ne pouvons pas contrôler.
* Quand les autres se gargarisent de leurs succès avec la claire intention de nous sous-estimer et nous mépriser.
* Quand on ne peut pas grandir et se développer à cause des intérêts et des égoïsmes des autres.

Restez sourd à ce qui a pour but de vous étouffer

Les mots, les commentaires, les actes, les sentiments, les émotions… Il y a des situations qui, par hostilité ou toxicité, peuvent nous être très nocives.

Parfois, la balance émotionnelle penche du côté positif mais la souffrance est tout de même inévitable.

Nous devons réussir à gérer les distances, apporter à notre esprit et à notre corps la possibilité de se décharger et de ne pas se faire étouffer.

Nous pouvons nous échapper si nous travaillons sur ce qui nous bloque à l’aide d’un dialogue intérieur.

Ainsi, réussir à ne pas être affecté par ce que quelqu’un fait ou ne fait pas agit comme un baume. Cela peut être très difficile au début mais les résultats arriveront vite sur notre santé émotionnelle.

Le pardon aux «sorties de route» des autres

Il est compliqué de pardonner des mots en trop ou des mots blessants que l’on dit dans les moments de colère ou d’énervement.

Il y a même des moments d’euphorie où notre langue fourche qui peuvent provoquer des conséquences terribles.

Voici un conte très célèbre : un père demande à son fils, incrédule, d’enfoncer des clous en acier dans une planche en bois toute lisse.

Le père, patiemment, attend que l’enfant finisse sa tâche pour enlever chacune des pointes et lui donner la morale de l’histoire.

La planche ne retrouvera jamais son état initial même si on essaie de réparer les dommages et d’enlever les pointes en acier.

C’est pour cela qu’il est essentiel de faire un effort pour éviter de blesser les autres avec nos mauvaises actions ou comportements.

Nous devons faire attention à la facilité du pardon et ne pas croire que lorsqu’on le demande, cela nous donne le droit de recommencer à blesser.

Il est primordial d’insister la-dessus car, souvent les gens ne le savent pas et blessent à nouveau par simple négligence.

Nous devons aussi savoir nous pardonner à nous-même car nous avons provoqué un mal être, un conflit et une douleur en ceux que nous aimons.

Nous devons reconnaître nos erreurs et accepter ce que nous ne pouvons pas changer. Par contre, nous pouvons apprendre des différences et vivre sans regrets, culpabilité et haine.

Quand nous ne pardonnons pas, la joie et la paix disparaissent de notre vieet nous devenons esclaves de la rancœur et des mauvais sentiments, nous mettant en colère facilement et attisant les rivalités.

http://nospensees.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *