Que tout ce qui a été sorte pour que tout ce qui arrive rentre

Que tout ce qui a été sorte pour que tout ce qui arrive rentre

Il faut ouvrir les fenêtres, enlever définitivement le marque-pages que nous avons laissé en suspens à la moitié des vieux livres et ôter certaines photos qui n’ont plus aucun sens, là, accrochées au mur.

Que tout ce qui n’existe pas, tout ce passé que vous ne reconnaissez plus dans votre présent sorte de chez vous.

Essayez d’arrêter de faire des déménagements trop lourds et rangez vos affaires dans des contenants moins grands, qui ont la même fonction mais qui n’occupent pas autant de place.

Faites disparaître tout le passé qui vous bloque et ne gardez que ce qui en vaut la peine. Si vous ne le faites pas, ce qui arrive ne trouvera pas la place de s’installer.

Imaginez une infinité de fleurs précieuses et de particules en or face à un vent violent et cherchant un refuge dans n’importe quel vieux récipient.

Il y a des récipients qui sont plein de choses si nocives et inutilisables qu’ils ne comportent plus d’espace pour pouvoir abriter tout ce que le vent leur amène, et même juste pour héberger une petite partie qui pourrait illuminer un peu leur contenu.

Ne croyez-vous pas que c’est le moment de commencer à les vider ?

Le passé héberge des souvenirs, le futur des espoirs

Si vous gardez de beaux souvenirs de votre passé, vous pouvez vous sentir chanceux.

Gardez tous ces souvenirs très précieusement et ouvrez-les uniquement pour puiser des forces.

Si les souvenirs que vous gardez ne sont pas très bons, s’il y a trop de périodes scabreuses par lesquelles vous ne voulez pas repasser, félicitations ! Tout le meilleur est encore à venir pour vous.

Dans cet article, nous allons lire un récit qui explique et donne des exemples clairs de cette idée: la véritable sagesse se trouve dans le fait de transformer tout ce qui a été appris des mauvaises expériences précédentes en quelque chose d’utile et de fonctionnel.

Il ne faut pas oublier que des situations extrêmes de douleur mettent notre résistance à l’épreuve mais elles servent aussi comme des catalyseurs pour être conscient de nos forces.

“Un enfant se plaignait de sa vie et des choses difficiles auprès de sa mère.

Apparemment, dès qu’il résolvait un problème, un autre apparaissait immédiatement. Sa mère l’a emmené dans la cuisine.

Elle remplit trois casseroles d’eau et les mit sur le feu. L’une contenait des carottes, l’autre des œufs et l’autre du café.

L’enfant attendit impatiemment, en se demandant ce qu’était en train de faire sa mère.

Au bout de 20 minutes, la mère éteignit le feu. Elle sortit les carottes et les mit dans un bol. Elle sortit les œufs et les mit dans une assiette. Puis, elle filtra le café et le servit dans une tasse.

Elle regarda son fils et lui dit : «Que vois-tu ?». «Des carottes, des œufs et du café», dit-il. Humblement, l’enfant lui demanda : «Que signifie tout cela, maman ?».

«C’est de la chimie» expliqua-t-elle : «Les trois éléments ont été confrontés à la même adversité : de l’eau bouillante. Mais ils ont réagit différemment en fonction de leurs caractéristiques.

La carotte s’est ramollie et l’intérieur de l’œuf a durci. Le café, lui, a été capable de répandre son arôme délicieux.”

Certaines personnes qui sont passées par des maladies graves ou des traumatismes importants dans leur vie ont tout oublié de la douleur et ont conservé le meilleur : la résilience.

Cette capacité à renaître rend fort et flexible en même temps. Ces personnes savent relativiser leurs nouveaux problèmes et les transformer en possibilité.

Elles savent qu’un jour elles ont pu et elles sont conscientes qu’elles pourront encore.

Le passé ne doit jamais être une charge, mais une responsabilité

Il n’est pas bon de porter un sac à dos sans fond plein de culpabilités ou de difficultés du passé.

Il faut accorder un temps de réflexion, voire de douleur, au mal être, mais il faut donner tout l’espace nécessaire à l’apprentissage pour le reste de notre vie.

C’est la différence du passé qui rend triste et le passé qui transforme. Les eaux calmes n’ont jamais formé de bons marins.

“Les humains et les peuples en décadence vivent en se souvenant d’où ils viennent ; les humains géniaux et les peuples forts ont juste besoin de savoir où ils vont”
-José Ingenieros-

On ne doit aucune explication au passé, il faut juste répondre à la responsabilité que son enseignement a projeté sur notre futur.

Cela s’applique aux amis, aux amours, au travail, aux habitudes et aux loisirs.

Beaucoup de psychologues s’intéressent à l’histoire passée d’un patient, pas parce qu’elle est importante ou qu’elle conditionne ce qui se passe aujourd’hui, mais pour comprendre si une personne fait tout ce qu’elle fait dans le présent pour se défendre d’une douleur du passé.

Le 21 octobre 1829, Thomas Edison a allumé sa première ampoule et elle est restée allumée pendant pus de 48 heures, ce qui marque une grosse différence avec les précédentes.

Curieusement, le filament de cette ampoule n’était pas métallique mais en bambou carbonaté.

À partir de ce moment-là, Edison a continué à faire de nombreux essais jusqu’à ce qu’il fabrique une ampoule qui pouvait offrir jusqu’à 1.500 heures de lumière sans s’éteindre.

Ne pensez-vous pas que cette métaphore est formidable pour comprendre ce que nous souhaitons transmettre dans cet article ?

Peut-être que vous aussi vous avez derrière vous d’innombrables essais infructueux où vous n’avez pas réussi à allumer la lumière qui se trouve en vous.

Vous n’avez pas encore trouvé cette chose qui fonctionne dans votre vie. Si vous continuez à essayer d’allumer cette lumière, alors que vous vous entêtez à reproduire quelque chose qui l’éteint, votre meilleure invention ne fonctionnera jamais.

À l’inverse, si vous connaissez le nombre de mauvaises formules que vous avez utilisées dans le passé, c’est le moment de les laisser s’envoler.

Cessez de les utiliser, ouvrez la porte pour qu’elles s’en aillent complètement et un vent de nouvelles choses passera dans cet espace que vous avez laissé vide et réceptif.

Certaines choses proviennent de l’obscurité mais elles brillent rarement en elle.

par Sarah Boucault

Source: http://nospensees.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *