Qu’est-ce qu’être en alignement avec soi-même et comment le rester ?

alignement

par Laura Marie

Nous avons tous déjà expérimenté ces moments où nous faisons des activités que nous aimons, où nous discutons avec des gens de sujets qui nous passionnent. Tous ces moments où l’on est authentiques, où l’on est soi-même, sans se poser de questions. Les moments où l’on se lâche en danse, en musique, où l’on lit un livre qui nous plait, où on regarde un reportage qui nous intéresse intensément, où on agrandit notre conscience. Dans ces moments là nous n’avons plus de notion de temps, nous sommes juste bien, dans le moment présent. Nous sommes dans la joie, dans l’excitation, nous sommes « naturels », c’est à dire que nous sommes juste « nous », sans aucun « filtre ». Le mental n’intervient pas, ne calcule plus, les émotions négatives n’existent pas dans ces moments là, seule la légèreté du cœur est présente, accompagnée de l’enthousiasme.

Et bien tout cela, c’est ce que l’on appelle l’alignement avec soi-même. Quand je suis qui je suis, et que je fais ce qui me rend heureux, je suis en alignement avec moi-même, je suis en alignement avec ma conscience supérieure, mon « higher self », qui me guide à travers le sentiment de « joie » et d’enthousiasme.

Si nous pouvions mesurer le taux vibratoire de notre « âme », cela donnerait ce qui correspond à la vibration de la « joie » dans notre monde physique. Voilà pourquoi tous les enseignements spirituels s’accordent à dire que la chose la plus importante, c’est d’être « heureux ». Malheureusement, notre société, où bon nombre de valeurs sont inversées, essaye de nous faire croire que le bonheur est quelque chose qui pourrait s’acquérir de manière « extérieure » (avec un statut, de l’argent, un(e) conjoint(e), des conquêtes, une nouvelle Rolex, des marques, de la nourriture artificielle, etc…). Même si certaines de ces choses peuvent faire partie de notre vie, elles ne peuvent en elles-mêmes nous procurer la paix intérieure et « l’alignement avec nous-mêmes ». L’alignement avec nous-mêmes est une démarche permanente et un travail constant, et surtout une démarche intérieure. Il représente une volonté d’être aligné à qui l’on est réellement, à ce que notre conscience supérieure ferait, ici, là, à ce moment présent – et non notre mental, pollué par tellement de parasites et d’illusions, inscrits dans notre subconscient depuis notre naissance, influencé par les modes, la société, l’éducation, les religions, les dogmes, les croyances, la famille, les amis. Nous sommes bientôt 7 milliards d’individus, raison pour laquelle je dis bien qu’être en alignement avec soi-même relève vraiment du « travail quotidien ». Car toute notre vie, des éléments extérieurs interviendront dans notre quotidien qui viendront perturber cet alignement. Et nous serons les seuls à pouvoir faire le nécessaire pour nous remettre « en place », en « phase » avec notre conscience supérieure.

Nous ne sommes pas des êtres physiques venus faire des expériences spirituelles, mais à l’inverse, des êtres spirituels venus faire des expériences physiques. Ainsi, notre rôle et notre objectif est de veiller à ce que notre véhicule (notre corps physique) soit bien « aligné » à notre conscience supérieure afin que les deux œuvrent ensembles et non l’un qui part dans une direction et l’autre qui souhaiterait aller ailleurs; les deux s’étant totalement déconnectés. Ce qui se passe pour beaucoup d’humains est que le corps physique navigue tout seul, déconnecté de sa guidance (sa conscience supérieure), et sa guidance n’arrive parfois plus à contrôler le véhicule qui s’aventure dans des endroits ou dans des situations qui vont le faire souffrir. L’individu, déconnecté de son higher self n’entendant plus les conseils du « pilote », commet d’erreurs en erreurs, et s’égare, ayant perdu complètement sa route. Il essaye par conséquent de suivre la route des autres qui passent par là, eux aussi déconnectés de leur pilote et se faisant tous avancer dans le même mur. Car parmi les déconnectés, celui qui dit aux autres qu’il pense avoir trouvé la sortie du labyrinthe et qui souhaite aider les autres est souvent perçu comme « fou » ou « suspect ». La majorité des gens n’étant pas en alignement avec eux-mêmes et la plupart ne sachant même absolument pas ce que c’est, ont du mal à même imaginer que ce soit possible et qu’une autre façon de vivre soit possible. Ils sont donc dans le rejet de ce qu’ils ne connaissent pas. Le labyrinthe dans lequel ils tournent depuis longtemps a quelque chose de rassurant : au moins ils le connaissent. Tandis que tout ce qui se trouve en dehors du labyrinthe, même si c’est tout vert et fleuri, et bien ils ne le connaissent pas, et ça ça fait bien trop peur pour un véhicule qui n’a appris à conduire que sur des routes déjà balisées. Le hors piste demande beaucoup de courage, il faut sortir de sa zone de confort et ça bien trop peu en sont capables.

Le seul moyen de sortir du labyrinthe, c’est de se reconnecter à son co-pilote. L’illusion de la séparation / de l’égo fait qu’on se croit séparé du Tout et qu’on se croit seuls. Beaucoup refuseront toute leur vie de croire qu’il y avait quelqu’un qui aurait pu les guider, quelqu’un qui a toujours été de leur côté et qui aurait pu les aider à faire les meilleurs choix à chaque instant. Ce quelqu’un ce n’était autre que cette autre partie d’eux-mêmes, existant dans « l’invisible », ayant conscience du Tout et du plus grand plan, de leur destinée s’ils avaient bien voulu la suivre. Mais nous disposons de ce que nous appelons le « libre arbitre » et en venant nous incarner ici, nous pouvons tout à fait faire le choix de couper le GPS et notre lien avec notre co-pilote. Beaucoup expérimentent la déconnexion, pour ensuite comprendre que seule la reconnexion permet le réel bonheur. Pourquoi ? Car seul l’alignement avec nous-mêmes peut nous procurer le vrai sentiment de joie (pas la joie superficielle et temporaire). Pourquoi ? Car l’alignement avec soi-même c’est tout simplement la fusion entre le véhicule et son pilote, une team soudée, forte, prête à vivre les aventures terrestres qu’elle est venue vivre. Etre en alignement avec soi-même c’est être véritablement son âme incarnée dans un corps physique; sa conscience supérieure œuvrant dans ce Monde Physique, fusionnant parfaitement. Il n’y a plus de dissociation. Il n’y a plus l’un qui va dans le mur pendant que l’autre espère qu’il rebranche son casque pour qu’il puisse à nouveau lui parler.

Par exemple, là, quand j’écris ces lignes, il n’y a pas de dissociation entre ma conscience supérieure et mon corps physique qui tape sur le clavier. C’est ma conscience supérieure qui s’exprime directement dans le monde physique en passant par mes doigts. Nous ne faisons qu’un. Je ne suis que son véhicule terrestre. Elle est et moi je suis elle. Nous sommes désormais indissociables. Cela n’a pas toujours été le cas, il fût un temps où je laissais le mental ou la peur du regard des autres, intervenir entre nous deux et nous séparer. Nous détestions ces moments de déchirement, car nous ne sommes bien toutes les deux que dans la fusion. Désormais, nous ne supportons plus aucun élément extérieur venir perturber notre connexion et notre lien, que ce soit un autre humain, une pensée négative, une peur, ou le mental. Nous avons fait un pacte et quoi qu’il arrive nous savons que notre PRIORITÉ est toujours de nous remettre en alignement, et de refusionner. Nous ne supportons plus d’être séparées. Nous avons par ailleurs remarqué que tout va plus vite quand nous fusionnons, tout est fluide, les mouvements se font en cadence, et nous apprenons toutes les deux l’une de l’autre. Elle, elle apprend à vivre dans ce monde physique à travers moi, et moi j’apprends le lâcher prise en ayant une entière confiance en elle. Depuis que j’ai fusionné avec elle, ma vie a changé. Je vis dans une réalité parallèle où tous mes besoins sont remplis, où elle me fait toujours passer par les meilleurs chemins pour mon but final. Je ne questionne pas ses choix, car elle, elle connait déjà tout mon voyage. Elle ne me révèle la route que petit à petit, pour ne pas me faire peur et me faire apprécier aussi le moment présent. Parfois elle me laisse passer volontairement par des chemins sinueux mais parce qu’elle sait à quel point quand je serai sortie du ravin je serai encore meilleure, plus forte et un véhicule encore plus performant. Je l’ai compris alors je la remercie pour tout, que ce soit les chemins sinueux ou les petits coins de paradis. J’ai compris que je peux entièrement et complètement m’en remettre à elle. Je pourrais même conduire en ayant les yeux fermés, du moment que je continue à la ressentir en moi et à l’entendre. Quand je me réveille le matin je lui dis : Aujourd’hui, où veux-tu qu’on aille ? Que veux-tu que l’on fasse ? Que veux-tu que je dise, et à qui ? Et je repars pour une journée en tandem.

Mais ce n’est pas fini ! Il s’avère que notre pilote, en plus, est connecté avec les pilotes des autres véhicules autour de nous, même si nous, nous ne les voyons pas communiquer. Parfois ils se mettent d’accord pour faire en sorte que deux véhicules se rencontrent sur une même route. Ils préparent avec minutie des « plans » pour que nous puissions être heureux et évoluer, mais sont souvent désespérés car nous ne les laissons pas les réaliser. Nous prenons tout simplement une autre direction que celle de notre joie profonde et celle de l’authenticité, en suivant par exemple encore une fois la route de quelqu’un d’autre, d’un mouvement, d’un groupe, d’une société. Et après nous jalousons ceux qui sont heureux, nous maudissons le monde, les autres, nous nous persuadons que nous n’avons pas de « chance ». Mais c’est simplement que nous avons décidé de faire route seul, parfois trop orgueilleux pour accepter de sortir de nos croyances, abaisser la muraille de glace que nous avons dressé autour de nous, et retourner dans notre cœur. Pourquoi ? Car c’est dans le cœur que le téléphone se trouve. Le pilote ne peut parler qu’à travers le cœur à son véhicule.

Voilà pourquoi la société fait tout pour nous déconnecter de notre cœur, en nous bombardant de violence, de peurs, de séries et films glauques et sanglants, basés toujours sur le même principe : l’égo, la violence, le sexe sans conscience, le pouvoir, la domination. Tout ce qui touche à la légèreté du cœur, à la beauté et à l’innocence est volontairement ridiculisé. La spiritualité est montrée du doigt, tous ceux qui disent leur vérité haut et fort (et qui sont donc en alignement avec eux-mêmes) sont montrés du doigt et considérés comme fous. Nous vivons dans un monde aseptisé ou la « norme » est le non-alignement avec sa conscience supérieure. Où la norme ce sont des véhicules qui errent et font ce qu’ils veulent, quitte à créer des accidents partout où ils passent, complètement déconnectés de leur poste de pilotage. Tous ces accidents et ces carambolages créent un énorme chaos, encore plus de peur et de confusion (ce qu’ils veulent). Car un véhicule sans guidance est un véhicule facilement manipulable – on peut le faire s’arrêter à n’importe quel fast food pour l’empoisonner, on peut le faire aller voir n’importe quoi au cinéma pour manipuler son mental et mettre des programmations pour sa future conduite et le faire encore plus se perdre, on peut le faire heurter d’autres gens et provoquer des conflits. Pendant tout ce temps tous ces véhicules ne sont pas dans l’amour ni dans la joie, par conséquent ils sont totalement coupés de leur pilote qui pourraient les remettre sur le chemin.

Alors parfois il faudra un grand choc pour que le véhicule et son pilote se reconnectent : une maladie grave, un accident, une rupture, la perte d’un être cher. L’individu, ressentant à nouveau la « vulnérabilité » et donc étant à nouveau dans son coeur, ré-entend soudainement la guidance et se met à vivre d’une toute autre manière, plus « en alignement avec lui-même ». C’est ainsi que certaines personnes ont besoin d’expérimenter les ravins sombres pour avoir envie de retourner sur des chemins plus lumineux. Et c’est pour cette raison que ce n’est pas notre rôle que d’empêcher cela, surtout quand la personne ne souhaite pas notre aide.

Comment être en alignement avec soi-même et le rester ?

Vous l’aurez compris, l’alignement avec soi-même passe par la joie. Chaque jour, nous devons nous reconnecter à notre joie, à ce qui nous procure de l’enthousiasme, à ce qui nous fait vibrer. Ainsi, si je fais quelque chose qui me procure de la joie, je sais que c’est exactement ce que mon âme voulait faire, je ne peux avoir aucun doute là dessus (même s’il s’agit juste de s’acheter une nouvelle robe, oui oui ! Il n’y a pas de joie trop petite).

Mais ce n’est pas tout, l’alignement avec soi-même passe par le détachement du regard des autres,d’apprendre à ne plus vivre à travers leurs projections, et à assumer publiquement qui nous sommes. (Vous pouvez cliquer sur les 3 articles correspondant pour le détail concernant les trois domaines que j’ai précédemment traités). Un véhicule connecté à son pilote ne doit plus avoir peur de passer par des routes qui n’ont jamais été empruntées, ne doit plus avoir peur d’être critiqué car il a une voiture différente ou qu’il passe par des chemins différents. Parfois sur notre route, nous allons croiser un autre véhicule qui va nous dire que ce que nous faisons est nul, qui va nous critiquer, nous faire du mal. Par exemple, je suis dans ma joie, en train de dessiner, je suis super bien, je chante, je suis super heureuse, et là, quelqu’un de ma famille entre dans ma chambre et me fait une remarque désagréable. Il me dit que je ferai mieux d’arrêter d’avoir la tête dans les nuages comme ça car je file un mauvais coton. Là tout à coup, j’ai mal au ventre, mal au cœur (plexus solaire). Je me sens mal, j’ai perdu mon alignement. Pourquoi ? Parce que je l’ai laissé, l’ombre d’un instant, devenir le pilote. J’ai zappé le vrai pilote et ce qu’il sait de moi, et d’où on va ensembles pour le remplacer par un pilote humain déconnecté de son propre pilote (oui car un humain connecté à sa conscience supérieure n’ira jamais nuire à quelqu’un d’autre volontairement car il sera forcément dans l’empathie). Qu’est ce qu’il s’est passé ? J’ai coupé le cordon qui me reliait à la Source (ma conscience supérieure qui elle est reliée à la Source), et je me suis regardée à la place à travers la perspective limitée d’un humain non connecté. Par conséquent je me sens « vidée », je n’ai plus d’énergie, mais c’est parce que je l’ai laissé couper mon lien avec la Source. J’ai cessé de me voir à travers les yeux de la Source qui elle valide ce que je suis en train de faire puisque mon cœur ressent de la joie.

Mon travail en chaque instant est donc de maintenir ma connexion avec la Source, de maintenir mon alignement, en suivant donc ma joie, peu importe les remarques, les opinions et les adversités. Bien sûr que je ne pourrais pas tout le temps l’être à 100%, et 24h/24, et je le sais, mais je chercherai toujours à retrouver mon alignement en priorité, dès que je le perdrai (à cause de quelqu’un, d’une peur, de mon mental, etc…). Tout simplement car j’ai compris que je ne peux être heureuse et efficace que si je fonctionne en tandem avec ma conscience supérieure. Ainsi, j’ai compris que je ne devrai plus jamais laisser quelqu’un ou quelque chose m’éloigner de qui je suis, de mes valeurs profondes, de mes ressentis et de mes intuitions, de mes passions et de mes rêves. Quand je serai alignée, je remarquerai que les autres appelleront cela « de la confiance en soi ». Beaucoup pensent que la confiance en soi est quelque chose qui s’acquiert par une « technique ». Mais qui dit « technique » dit mental. Non, la confiance en soi c’est tout simplement avoir le courage d’être en alignement avec soi-même. Et quand on est en alignement avec soi-même, on dégage automatiquement une énergie très puissante, que les autres ressentent et assimilent ensuite à la « confiance en soi ». C’est simplement qu’ils perçoivent sans le savoir le tandem qui œuvre au travers de la personne. Autrement dit, que cette personne est sa meilleure amie et non sa pire ennemie comme bon nombre de gens qui s’auto-détruisent au quotidien, tout cela pour rester « dans le moule » et par peur d’être qui ils sont.

Être aligné avec soi-même demande beaucoup de courage car cela demande d’apprendre à s’écouter avant toute chose, et de sauvegarder sa « vibration » avant tout. Cela implique de ne plus se forcer à fréquenter des gens que l’on ne veut pourtant pas voir, plus faire des choses que l’on ne veut au fond pas faire « pour faire plaisir », de ne plus cacher sa vérité, de ne plus se taire sur des choses qui comptent pour nous. Si c’était quelque chose de facile, alors beaucoup plus de gens seraient alignés.

Mais une chose est sûre, c’est qu’une fois que l’on a goûté à l’alignement, il est impossible de supporter de ne pas l’être. On ne supporte plus d’être dissocié de sa conscience supérieure et on le perçoit immédiatement. Notre vibration chute et nous perdons notre joie. Mais l’avoir compris est la clef de la maîtrise, et désormais nous sommes les maîtres de notre véhicule, et donc de notre vie. Plus jamais nous ne laisserons le volant à quelqu’un d’autre, car nous avons compris que personne d’autre ne peut piloter notre véhicule mieux que le pilote qui l’a créé !

laura

Source: http://lauramarietv.com/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *