Soyez fier de vous

Soyez fier de vous

Dans votre cheminement vers vous-même, lorsque vous découvrez la profondeur de votre être et la multiplicité de vos visages, vous éprouvez par moment le découragement.

La tâche vous paraît insurmontable, infinie, et vous vous tassez sous le poids de la fatigue.

Vous en oubliez que vous n’êtes pas seul. Vous oubliez que l’univers met à votre service toutes ses ressources, l’intégralité de son énergie dans votre ouverture à votre Beauté.

La transition entre la 3ème et 5ème dimension est presque achevée.

Il reste peu d’efforts de votre part pour que la Paix et la Joie soient votre Instant Présent.

Les montreurs de chemin ont ouvert une porte supplémentaire par laquelle la symphonie de l’Un fait résonner dans l’air sa douceur et son harmonie.

Et chaque accord de tendresse et de gratitude vous est destiné.

Nous ne vous soutenons plus énergétiquement car vous êtes directement connecté à votre Essence, même dans les plus sombres émotions de votre vie.

Nous sommes vos amis, vos partenaires. Nous ne sommes plus vos guides. Et nous en sommes honorés.

Lorsque vous plongez dans vos tourments, souvenez-vous d’une chanson, d’un air qui vous parle de famille, de soutien et d’allégresse.

L’amitié provient de l’âme, tout comme l’Amour.

Osez vous ouvrir à votre honnêteté, et vous serez en amitié avec vous-même.

Ne voyez plus l’autre comme un bastion à conquérir, mais bien comme un jardin merveilleux où découvrir des fleurs de rire et de partage.

S’il est un moment choisi pour déployer en soi ses ailes de confiance, vous y êtes. Il vous suffit d’un pas, un seul, pour entendre les oiseaux chanter et l’invitation que la nature vous lance pour vous raccorder définitivement à son Amour éternel.

Soyez attentif à vos sens, à votre corps.

Votre transformation est engagée et ce mouvement est irréversible.

Vous l’avez programmé pour vous maintenant, aujourd’hui.

Vous accomplissez les rêves de milliards d’êtres dans l’univers qui vous ont sollicité, vous, pour matérialiser en vous le meilleur de la Vie.

Vous achevez un cycle pour parachever une utopie universelle : la réconciliation du couple cosmique en chaque pôle exprimé.

Soyez fier de vous car vous y avez cru et y avez déposé votre ferveur et votre Amour.

http://groupemiriadan.blogspot.fr

*******

Ce message m’a parlé comme la plupart de ceux que Magali publie mais j’ai bloqué sur le dernier paragraphe qui me semblait confus. Puis en l’écrivant pour lui demander de préciser le sens de cela, ça m’est apparu beaucoup plus clair et même évident ; ce n’est pas dans la relation de couple qu’on réalise l’unité des pôles en soi.

C’est une projection qui a nourrit l’humanité pendant des siècles. Mais c’est aussi ce qui nous a permis ou ce qui permet de goûter la saveur de l’amour dans des ces myriades de formes, puis de cultiver la compassion, de connaitre la cocréation à travers le rôle de parent.

On confond toujours les choses, on pense que quelque chose est une fin, un objectif qui nous rendra heureux une fois qu’on l’aura atteint mais en fait c’est le chemin par lui-même qui est intéressant parce qu’il nous fait grandir, nous épanouir.

Rêver de sa flamme jumelle est une utopie qui a aussi été largement développée dans les milieux dits spirituels mais ça répond encore au manque, à l’ignorance de qui nous sommes, c’est une stratégie qui vise à combler le vide apparent.

Lorsqu’on réalise ce qu’est vraiment l’amour, on comprend qu’il ne se limite pas au couple ou encore à la relation parent/enfant. Cette vibration soutien toute vie et elle s’exprime à travers d’innombrables états, émotions, sensations, situations, expériences.

La vie même est amour dans le sens d’expansion, de croissance, d’évolution.

L’amour est universel, impersonnel, il n’a pas besoin de quelqu’un ou de quelque chose pour exister, nous devons juste prendre conscience de ce qu’il est, le percevoir, le ressentir, le reconnaitre.

Une des méditations de Deepak Chopra m’a amenée à développer le sujet et à réaliser à nouveau cela, le fait qu’il n’ait aucune limite et qu’il est partout.

Seulement comme nous avons pris l’habitude d’enfermer ce qui est, dans des concepts, en leur collant des étiquettes, nous limitons la réalité.

L’amour sans conditions est impossible à vivre continuellement sur terre mais on peut commencer à le vivre à l’intérieur et comme c’est une vibration illimitée, elle se déploie naturellement.

Dès qu’on veut le focaliser sur quelqu’un, on cherche à s’approprier l’amour de l’autre, à le posséder et chaque fois qu’on aime avec notre mental, c’est une stratégie.

Une stratégie qui vise à palier un manque, un besoin, la peur de la solitude, le manque d’amour vrai de soi, la sensation de division, d’incomplétude.

Il n’y a rien de mal à ça mais si on n’en est pas conscient, on va souffrir parce que personne ne peut combler nos manques à part nous-même. Enfin quand je dis nous-même, je parle de la source en soi, de l’énergie qui nous relie tous au niveau de l’âme, du soi et qui est toute vie à sa source.

Souvent, quand je réfléchissais au couple, je me disais par exemple au sujet de la sexualité, comment faire pour avoir une relation sexuelle qui corresponde au désir de chacun au même moment ?

Ça semble impossible parce que le désir ne se commande pas même si on peut le réveiller mais si on le fait, on est dans la séduction, la manipulation.

Et en plus tant qu’on éprouve le besoin d’aller vers l’autre, ce sont nos corps subtils, les phéromones et notre inconscient qui créent l’attraction.

L’amour de couple est souvent une attirance mutuelle qui se fait par résonance vibratoire. J’ai remarqué qu’à chaque printemps, mon corps physique réagissait à la montée de sève dans la nature, la libido revenait et j’ai eu mes règles à cette période là alors que je suis en phase de ménopause depuis 3 ans.

Je suis tombée amoureuse au printemps à chaque fois !

Là encore, il ne s’agit pas d’être radical et de se dire que si c’est l’animal en soi, l’instinct de survie ou le besoin qui suscitent les élans amoureux, ça n’est pas vraiment de l’amour. Encore une fois l’amour s’exprime de mil et une façons mais il est bon de relativiser, de lâcher les croyances véhiculées par les dessins animés, les films, qui ont détourné le véritable sens des contes pour enfants.

Le prince charmant qui part à la conquête de la princesse toujours enfermée en haut d’une tour est protégé par un dragon, c’est en fait la personnalité humaine qui peut réaliser l’amour en s’élevant pour atteindre sa nature véritable, son âme. Il doit affronter ses démons, les aspects de la personnalité, les pensées émotions dites négatives, sonder son inconscient et non lutter contre eux, afin de pouvoir s’élever en haut de la tour. La tour étant le symbole de l’élévation spirituelle. Puis le mariage, c’est la réunification du masculin et du féminin. L’idée qu’il faille lutter contre son ombre et le seul point défaillant de l’histoire parce qu’il s’agit plutôt de savoir l’embrasser, de l’offrir humblement à la source…

Maintenant il est plutôt question d’être conscient et d’arrêter de croire au prince charmant, à l’amour idéalisé, à la recherche de sa flamme jumelle.

L’amour nous semble si mystérieux qu’on a besoin de lui donner un sens afin de se donner l’illusion qu’on peut le contrôler ou tout au moins le comprendre mais en le faisant on en perd l’essence. L’amour n’est pas un concept, c’est une énergie, une vibration.

Savoir comment les mécanismes physiologiques, inconscients, énergétiques, s’enclenchent et voir au-delà; les croyances et les besoins qu’ils révèlent, peut aider à relativiser et à ne pas s’égarer dans cette quête de « sa moitié ».

L’énergie sexuelle est celle de la créativité et là encore elle touche tous les aspects de l’être. Lorsqu’on néglige cet aspect de soi, on peut sentir que l’énergie circule mal ou qu’elle se cantonne au niveau des chakras du bas.

On le sait lorsque la joie peine à s’exprimer en soi, lorsqu’on a des impulsions sexuelles fortes, lorsqu’on se retrouve en mode séduction, lorsqu’on sent un manque ou un vide intérieur.

Quand on lâche les étiquettes, et qu’on aborde les choses d’un point de vue énergétique, puis quand on sait comment nous sommes constitués et pourquoi nous sommes sur terre, on va pouvoir utiliser ses élans plutôt que d’en être l’objet.

Nous sommes des créateurs en essence et nous pouvons le manifester premièrement à l’intérieur en apprenant à accueillir nos pensées émotions qui vont nous révéler les blocages énergétiques et les besoins non nourris.

Lorsqu’on créé dans la matière, nos corps sont alignés et c’est l’énergie sexuelle qui en est le moteur.

Quand on observe nos pensées émotions dites négatives, on va savoir qu’on n’est pas aligné, qu’un de nos corps est frustré, que l’énergie de vie peine à circuler.

Lorsque la paix revient on pourra recevoir l’inspiration, les idées à mettre en œuvre afin justement de combler les carences. Ceci dit, je découvre et même si j’affirme ces choses, c’est encore très nouveau pour moi. Mais déjà, ce changement de perspective est très libérateur.

L’humain s’épanouit lorsqu’il exprime ce qu’il est en vérité, lorsqu’il est en communion avec son entourage ou son environnement et ça peut se faire par la parole, l’art, l’activité portée par la joie, la passion, l’énergie du désir justement.

Cela est de l’amour et on peut le constater en observant un artisan qui exerce son métier avec passion. Il exprime son amour pour la matière et l’objet porte cette vibration. C’est une façon silencieuse tout autant que matérielle d’exprimer sa nature véritable.

La tendance au gaspillage vient à mon sens de la dévalorisation des objets qui sont fabriqués sur des chaînes par des personnes qui souffrent.

La vibration que porte l’objet est tellement négative qu’on n’hésite pas à le jeter.

C’est d’ailleurs pour cette raison que les entreprises ont tant de pouvoir. Ils connaissent les défaillances de l’humain, son ignorance et surtout sa façon de répondre à cette sensation de vide, de division interne en consommant à l’excès, objets, aliments, boissons…

Il y a cet aspect énergétique vibratoire qui nourrit l’obsolescence programmée.

Ce n’est pas par hasard si on délocalise les usines, si on tire tout vers le bas et si ce qu’on fabrique est sciemment destiné à aller la poubelle, ça fait tourner la bourse, les profits…et les inégalités, l’inconscience, le consumérisme qui nourrit la convoitise, l’illusoire…

Je suis partie bien loin de la relation de couple, lol !

Mais en fait pas tant que ça puisque le couple tout comme les objets sont conceptualisés et commercialisés, idéalisés, dans le même objectif, celui de faire croire qu’on peut trouver le bonheur à l’extérieur de soi, le sentiment de satisfaction en consommant des êtres en se les appropriant tout comme on le fait avec les objets.

J’apprécie dans ce message le fait qu’ils disent qu’ils ne sont plus nos guides puisque c’est aussi ce que je ressens. C’est le signe et la confirmation que nous pouvons maintenant avancer en nous appuyant sur la connexion à l’âme, à la source en soi, en suivant l’élan spontané de l’instant.

Nous avons suffisamment d’infos, de connaissance à propos de qui nous sommes sur tous les plans pour pouvoir être autonome. Bien évidemment ce serait très prétentieux et illusoire de dire que nous connaissons les corps spirituels de la même façon que nous connaissons le corps physique et même d’avancer que nous le connaissons totalement puisque même les sciences les plus innovantes ou récentes ne savent toujours pas expliquer le phénomène de cicatrisation mais nous en savons assez pour agir en conscience et se laisser guider de l’intérieur.

Ils nous ont juste aider à prendre confiance en nous expliquant qu’il n’y avait pas de crainte à sonder nos profondeurs puisqu’en le faisant, on réalise qui ont est.

Nous savons comment connecter notre essence divine, notre âme, comment lâcher l’identification au mental, aux émotions, comment faire en sorte que l’énergie de vie circule librement et donc comment créer notre vie selon nos aspirations profondes.

Enfin je parle en théorie, nous avons les connaissances suffisantes pour nous prendre en charge et continuer d’apprendre, de connaitre et de comprendre.

Nous savons qui nous sommes et comment vivre dans la paix, l‘unité, intérieures et donc comment s’aligner à la fréquence de la source puis se laisser guider en confiance par la vie.

C’est une toute nouvelle page de l’histoire de l’humain qui se tourne.

En ce sens comme tout commence en soi, vivre seul est une chance parce que ça permet de rester centré, connecté à son cœur et de cultiver la liberté d’être.

Le couple heureux où chacun est autonome, conscient et capable de vivre dans l’amour inconditionnel n’est pas pour aujourd’hui. Mais ça n’empêche pas d’être amoureux ou de vivre à deux tant qu’on est conscient que ça n’est pas l’autre qui peut nous rendre heureux, nous apporter ce dont nous pensons manquer.

La relation de couple est une occasion d’apprendre à se connaitre, à se reconnaitre, comme toute interaction mais celle-ci permet d’explorer les mondes subtils via la sexualité, la fusion, la communion possible entre les chakras. On peut aller plus en profondeur dans la connaissance de soi parce qu’il y a cette intimité mais ça n’est pas une fin en soi ni une obligation.

Être déjà en paix et en amour à l’intérieur représente un chemin qui révèle tout autant nos profondeurs puis lorsqu’on tombe amoureux, il n’est pas nécessaire de s’accoupler physiquement pour sentir la reliance, l’énergie de vie qui s’élève.

J’en ai fait l’expérience et c’est assez troublant. J’ai pu savoir de cette façon que même sexuellement, le besoin est une illusion, que tout se passe en soi et que le mental participe beaucoup à amplifier ce qui au départ est une sensation subtile.

Il est clair que ce contact a éveillé aussi le masculin intérieur puisque l’idée d’être en couple m’a ramenée à la nécessité d’être autonome aussi financièrement.

Les autres quels qu’ils soient sont des miroirs, des éveilleurs de conscience et des révélateurs de l’inconscient. Pourvu qu’on le sache. Ils nous montrent tout autant nos limites que nos forces, nous invitent à nous affirmer en tant qu’individu, à agir selon nos aspirations véritables…

Et quand on le sait, on peut voir que ce sont les sensations de manque qui éveillent le besoin tout autant que les peurs et la libido.

Cette libido étant l’énergie de vie, en utilisant son pouvoir créatif, en apprenant à laisser circuler cette énergie jusque dans l’action, et en l’alignant à la source en soi, elle ne laisse aucune frustration mais sert la réalisation de soi.

Lorsqu’on laisse l’amour rayonner sur tout ce que nous sommes, on est en amour pour soi-même et pour la vie. Cet amour vient nourrir toute relation et avant tout celle qu’on entretien avec son âme, avec le soi.

Le désir d’unité et le fait d’unifier ses corps, les aspects de l’être, de laisser le cœur harmoniser l’énergie en soi, nous amène à vivre l’unité et la complétude.

Même si ça n’est pas encore constant, c’est un chemin de joie, d’extase même parfois et la rareté de ces expériences nous permet non seulement d’en profiter pleinement, de savoir que nous sommes l’amour lumière sans douter mais aussi de ne pas rester enfermé dans sa bulle. Parce que la sensation d’unité intérieur nous pousse à vouloir nous affirmer dans le monde juste parce qu’on est heureux d’être qui on est.

J’étais tellement absorbée par le sujet que j’en ai oublié de prendre les médocs!

Encore un signe qui confirme que la libération est proche et ça n’est pas en me raisonnant ou en me forçant que le geste n’est plus si compulsif.

C’est en nourrissant l’amour à l’intérieur, en permettant à l’énergie du désir de circuler jusque dans l’action et ainsi d’être et d’agir dans la joie, que l’addiction perd sa raison d’être, naturellement. Je suis aussi allée au jardin dès le réveil et j’y ai passé deux heures à arroser, à contempler, ça y fait aussi!

Là encore, être dans la nature en étant conscient de ce qu’elle est : une mère, l’extension ou la manifestation de l’aspect féminin de la source, suffit à installer l’unité en soi. C’est aussi pour cela que le message reçu par Monique Mathieu, m’a interpelé au point de le publier dès que je l’ai lu.

Merci de laisser les références, les liens, si vous souhaitez diffuser cet article dans son intégralité et de mentionner aussi ce blog (http://lydiouze.blogspot.fr ) afin d’honorer l’expression unique de chacun.

Un commentaire

  • merci pour le texte et l’approfondissement que vous apportez. La solitude n’est pas toujours facile à vivre et on émet des doutes sur nous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *