Vibration d’Amour

vibration amour

Dans un poème où chaque mot vibre la vie, Janine Boutry, artiste lumineuse, ouvre les cœurs et invite au partage, à la communion de nos réalités de femmes où s’exprime l’énergie amoureuse de la matrice.

Allongée, sous la houle des arbres, elle attend… Elle attend la naissance sous ses mains… Le chant lancinant des cigales berce cet enfantement toujours recommencé. Une fois encore, elle pose ses mains sur son bas ventre.

Mains d’Or posées sur l’utérus, berçant ce triangle sacré. La pointe de ses doigts effleure le pubis, les paumes sont légèrement espacées et les pouces se touchent à peine juste à la base du nombril, créant l’arc électrique qui vibre à l’unisson du cœur du monde. Et la magie opère… Ses mains se remplissent d’une énergie salvatrice, qui remonte le long de ses bras. Comme à l’accoutumée ce flux la remplit et se répand avec douceur et volupté. Simultanément sous ses doigts naît une onde diffuse, qui s’intensifie, inonde la matrice, et rayonne en remontant jusqu’au plexus solaire. Avec un peu de chance, elle s’aventurera jusqu’au cœur. Ce doux frémissement de l’être se déverse comme un soleil magnifique et résonne jusqu’aux tréfonds du fond de l’Univers. Elle laisse cette énergie naître, et vivre, et croître et mourir…

Permettre de s’en séparer, n’est-il pas un bel apprentissage de l’acceptation du manque… Se demande-t-elle ?

Sous la chaleur de ses mains mille fois posées là dans sa vie de femme, dans les douleurs et dans l’extase du plaisir, cette terre de chair, répond en écho au chant du nid de chaque femme. Alors elle voyage, des unes aux autres… Elle caresse en secret le ventre de sa mère… Celui de sa fille… Elle imagine les rondeurs futures de ses petites filles… Et de l’une à l’autre, de toutes celles dont elle a un jour croisé le regard, jusqu’à celles qui à l’autre bout du monde soupirent dans l’enfantement… Elle voyage. Elle connait leurs rêves et leurs tourments.

Elle prie avec elles pour la paix du monde et le bonheur de leurs enfants. Et cette ode à la vie, la ramène auprès de celles, qui portent comme un fardeau leur ventre vide et pourtant avides de mettre au monde, leurs rêves de mères, en vain habités par la désespérance du vide. Que l’Amour soit avec Elles… Que grâce à ce manque là, elles osent tenter autre chose, se remplir d’autres créations pour que leur esprit et leur ventre s’apaisent. Et elle s’étonne de tant de compassion et de tant de louanges à l’égard de ses pairs…

Comme il lui en a fallu du temps, pour se sentir proche des autres femmes, pour se sentir de leur clan. Elle sourit en pensant à tout ce chemin parcouru, par-delà les distances, juste dans le chemin de l’âme, pas à pas dans le jardin des errances d’où jaillissent les fontaines de vie. A côté d’elle, la chatte s’étire langoureusement, la ramenant à l’ordinaire des choses. Elle saute doucement sur le corps de sa maîtresse, abandonnée à l’onde de la terre mère. Elle se love et s’installe là… Juste où il faut… Le ronronnement bienfaisant flirte avec la vibration d’Amour, l’un entretient l’autre… Doucement, tendrement, se poursuit le chant de cette mélodieuse émanation de la terre. Et plus elle se laisse habiter par sa part sauvage, plus sa part sacrée résonne en écho. Plus elle se désintègre, se réduit à néant, plus elle fait corps avec l’immensité.

A la fois seule et pleine, minuscule et vaste, elle existe dans sa totalité en s’abandonnant à l’Amour illimité, qui la traverse. Elle est femme d’Amour ! Et ce mot résonne comme un mantra : « Amour, amour, … Amour » puis s’évanouit. Plus de mot, seulement l’espace et l’onde. Sa matrice est devenue son cœur, ou bien son cœur a-t-il migré dans sa matrice. Elle ne saurait le dire… Elle se sent habitée par ces vierges noires, immobiles et pourtant tellement présentes, aurores immanentes de l’aube des jours. Elle remercie pour tout ce qui est… Perpétuellement dans la découverte et l’étonnement de ce qui vit dans son corps sacré. Dans un poème où chaque mot vibre la vie, Janine Boutry, artiste lumineuse, ouvre les cœurs et invite au partage, à la communion de nos réalités de femmes où s’exprime l’énergie amoureuse de la matrice.

Danièle Flaumenbaum energetique.feminine.dflaumenbaum@hotmail.fr

Sortie Poche de « Femme désirée, Femme désirante » le 14 septembre 2011.
Janine Boutry (poète et peintre) www.hermitage-aux-sources.com
Rêve de Femmes – automne 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *