Vous êtes le créateur de votre réalité

createur realite

Savez-vous ce qu’est la réalité, ce qui est vrai et qui n’est pas vrai dans ce monde d’expériences ?

Comme l’a dit Emmanuel Kant “Nous ne connaissons a priori des choses que ce que nous y mettons nous-mêmes».

Avec cette affirmation, Kant opère un tournant copernicien, une révolution qui suppose un changement de perspective, où il n’existe pas de réalité en elle-même, car chaque sujet est actif et transforme la réalité en fonction de sa propre expérience.

Kant explique que la connaissance peut être comprise a priori si l’on admet que nous en connaissons seulement les phénomènes et non pas les choses en elles-mêmes.

Grâce aux idées révolutionnaires de Kant, nous comprenons que nous sommes des sujets actifs de notre propre expérience. Il n’existe pas de réalité unique qui nous influence comme des sujets passifs, car nous ne sommes pas esclaves des circonstances.
Nous sommes les créateurs de notre expérience

Nous sommes les propriétaires et les responsables de ce qui nous arrive et pour finir, toute expérience est une répercussion, une restitution de nos pensées, de notre état émotionnel et de l’attitude que nous avons décidé d’avoir à chaque moment.

Vous avez sûrement déjà eu l’occasion de remarquer que selon les récepteurs que l’on rencontre sur notre chemin, nous attirons à nos vies des situations plutôt bienfaisantes ou plutôt toxiques.

En fonction du degré d’ouverture et de notre attention, nous obtiendrons des expériences qui sont en accord avec l’énergie que nous mettons dans notre environnement.

Cela arrive aussi au niveau interne, car nous nous fragilisons et nous contractons des maladies plus facilement si nous pensons que nous sommes les pantins des circonstances et que nous ne pouvons rien faire face à elles.

Quand il existe une succession continue d’expériences désagréables, cela ne signifie pas que la vie s’est mise en travers de notre chemin, mais plutôt que d’une certaine manière, nous boycottons notre expérience à travers l’énergie que nous mobilisons avec nos pensés et nos actes.

Il n’existe pas de mauvaises ni de bonnes expériences, il existe seulement les expériences que chaque personne pourra vivre selon les circonstances et auxquelles elle apportera sa signification.

Chaque personne en sortira d’une manière différente. Elle pourra être renforcée, renfermée ou dans une logique d’auto-destruction.

Nous ne sommes pas esclaves de nos pensées ni de nos émotions.

A la différence de ce que beaucoup de gens peuvent croire, nous pouvons contrôler nos pensées et nous pouvons nous en remettre à nos émotions pour qu’elles ne nous monopolisent pas.

Nos réseaux neuronaux se renforcent et s’activent d’une manière automatique en générant des pensées désagréables face à n’importe quelle situation, si nous renforçons cette attitude.

A partir du moment où nous ne sommes pas conscient de cela, nous sommes esclaves de ce que nous pensons.

Par conséquent, nous croyons qu’il n’y a aucune manière de sortir de nos pensées qui nous font du mal, et nous incitent à agir d’une façon qui confirme l’état négatif dans lequel nous nous trouvons.

Nous n’employons pas l’énergie suffisante pour ce que nous souhaitons obtenir, et nous obtenons alors des résultats frustrants.

Puis, nous nous demandons : Pourquoi est-ce que je n’obtiens pas ce que je veux ?

Nous nous accrochons à ce cercle vicieux en créant une plus grande impuissance, qui n’est pas due aux circonstances mais bien à la façon dont nous répondons à la situation ou à la façon dont nous nous remettons à elle.

La seule manière de changer ses pensées et de les modifier, est de prendre conscience que nous créons notre propre réalité et que nous ne sommes pas des pantins de circonstances.

Nous sommes les seuls à pouvoir changer la réalité avec laquelle nous voyons les choses et la manière dont elles se présentent.

L’état émotionnel s’adaptera en fonction de la manière dont nous comprenons chacune de nos expériences, dont nous les vivons et les assimilons, en les incorporant dans notre apprentissage.

Il n’y pas de bonnes ou de mauvaises émotions, il y a simplement des réactions nécessaires face à ce que nous vivons. Ce sont des indicateurs de ce qui nous arrive, et le fait de les comprendre nous à aide à mieux nous comprendre nous-même.

En les ressentant, les émotions se libèrent, et l’énergie coule, laissant alors place à de nouvelles expériences.

Quand nous nous affairons à dissimuler une émotion pour ne pas la ressentir, la considérant inappropriée ou négative, nous lui donnons encore plus de force, nous augmentons son intensité et nous contaminons les autres émotions, de telle manière qu’un déséquilibre se produit.

Nous construisons notre réalité, nous lui donnons une forme, et nous sommes les propres architectes de notre expérience. Êtes-vous prêt à assumer cette responsabilité ?

Que vous en soyez conscient ou non, vous êtes le créateur de votre réalité et de votre propre expérience, qui se développe comme une réponse aux pensées et aux émotions que vous avez initiées.

http://nospensees.com/

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *