La richesse des autres plans ne s’imprime pas avec les codes tridimensionnels

La richesse des autres plans ne s’imprime pas avec les codes tridimensionnels

Il est temps que l’humanité réapprenne la multidimensionnalité. Ne plus croire être limité à un temps, à un espace, à une dimension. Intensifier l’attention, intensifier le don pour que s’ouvre l’évidence de la simultanéité des plans. Ainsi sont précipitées des réalités que l’on peut nommer parallèles.

Vous l’avez compris n’est-ce pas, entrer en relation avec le silence ne peut se faire depuis l’inertie. On vient rencontrer le la Suprême au cœur du temple, au cœur du silence. On ne peut rencontrer que depuis l’union. La rencontre transcende le monde mental.

Inscrivez dans la structure cellulaire l’invitation à réaliser la multidimensionnalité. La clef est de cesser de croire que seul ce qui est perçu par les sens tridimensionnels est réel. La réalité est que les sens tridimensionnels ne perçoivent qu’une infime partie. Le reste est appréhendé avec d’autres sens parallèles.

Retrouvez cette évidence de multidimensionnalité. Maintenir des intensités vibratoires différentes de la même unicité amène à vivre des réalités différentes qui sont perçues par des systèmes sensoriels ou de perception différents auxquels la perception tridimensionnelle n’a pas accès. Ces perceptions sensorielles différentes sont enregistrées par la conscience sans nécessairement l’être par les systèmes tridimensionnels.

C’est pour cela qu’il est fondamental de laisser des plages de repos suffisamment longues, de commencer son repos suffisamment tôt car pendant le sommeil par exemple, l’être vit bien des niveaux. Hors du temps, hors de l’espace sont les temples. L’entrée est l’intensité d’attention.

Le mental peut essayer de créer des histoires, lâcher les histoires mentales, qu’elles soient belles ou frustrées, peu importe. Le mental n’a pas accès au temple sacré.

Garder le corps reposé. Pendant la nuit, alors que dorment les sens tridimensionnels, la conscience enregistre la richesse d’autres plans. Et cette richesse s’imprime d’une autre façon, à travers d’autres codes qui n’ont rien à voir avec les codes tridimensionnels.

Le trésor est d’être adoration. Souvenez-vous, dans la simplicité intensifier la présence. Le souffle vous aide. L’on ne cesse jamais d’intensifier.

L’attention se doit d’être rivée sur l’essentiel. Vous le savez, il n’est pas concevable que la structure mentale puisse pénétrer sur d’autres plans. S’il semble que la structure mentale pénètre, alors on est dans le plan mental. Le plan mental, la structure tridimensionnelle, n’est qu’une infime partie de l’individualisation. Lâcher prise.

On entre dans le temple, on se dévêtit, on ressort toujours dévêtu, on ne ramène rien. Ce qui est acquis est encodé. Les codes se révèlent de leur propre manière.

Encore et toujours, l’attention reste sur l’essentiel. L’essentiel est l’éternel au-delà. L’essentiel est de ne s’arrêter à aucune croyance, à aucune attente, à aucune perception. L’essentiel est de s’offrir pleinement. Cela est l’intention nourrie par l’attention, dans la pureté du cœur.

Source: http://anandamath.org

Vous pouvez reproduire et diffuser ces messages à condition qu’ils soient dans leur version intégrale, en format texte sans modification (pas de vidéo au son enregistré par un robot), que vous indiquiez le nom de l’auteur, Agnès Bos-Masseron, et le site anandamath.org

(Visited 730 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.