Les croyances ou l’imagination en soi

Les croyances ou l’imagination en soi

Qu’est-ce qu’une croyance ? Êtes-vous prêt à croire ce que je vais dire ? Certains vont me croire et d’autres non. Pourquoi ? Parce que croire est une illusion de l’esprit qui prête à celui qui reçoit. En d’autres termes, vous recevez ce qui ne vous appartient pas tout en étant prêt à sceller un accord avec celui qui donne.

Vous croyez avec votre esprit ou avec le cœur ? Beaucoup d’interrogations pour un simple mot.
Les événements du monde, aussi beaux ou terribles soient-ils, sont l’exemple qui montre que des personnes sont souvent disposées à les croire. Pourquoi ? Parce que c’est un réflexe, un conditionnement qui s’attache au mental. La croyance est aussi renforcée par l’esprit grégaire ; plus on est nombreux à croire une chose et plus elle paraît vraie.

Alors, comment séparer le vrai du faux ? Tout simplement en faisant appel à son ressenti et à son cœur. Ce ne sont pas les preuves que vous compilez ou recevez des autres, mais celles que vous percevez au fond de vous-même. Vous êtes la source que les preuves peuvent être vraies ou fausses en allant chercher l’information à l’intérieur de vous.

L’Univers teste en permanence, il imprime dans votre esprit des images en action pour que vous puissiez séparer le bon grain de l’ivraie. Tout est en vous et ensuite à l’extérieur. Alors, vous façonnez votre existence selon ce que vous croyez.

En vérité, c’est votre présence physique, votre observation qui forge la réalité sur le lieu de l’événement. Sans votre présence rien n’existe. Et, encore une fois, ce ne sont pas les ” preuves ” d’autres personnes ou leur vécu qui prouvent quoi que ce soit et encore moins des images partagées.

Alors, comment fait-on pour connaître la vérité et quel est le but de tout cela ? En prenant du recul, en contemplant, sans l’émotion et en cherchant ce qui se passe en vous. Dans cet instant, le mental s’efface et vous recevez la réponse qui est toujours la même : Qui suis-je ? Vous Êtes ! Oui Être. Car au travers des événements, l’Univers envoie les réponses pour aider à vous connaître et reconnaître votre nature Divine.

La Connaissance. Voilà la Clé de toutes choses, Celle qui permet d’ouvrir la face cachée de l’événement pour en extraire l’essence de l’expérience et en tirer profit pour s’élever davantage.

Tant que vous êtes dans l’émotion de l’événement auquel vous croyez, tant que vous vous battez avec le monde qui vous entoure parce qu’il vous apporte la contradiction, tant que votre égo sera meurtri devant la vérité, alors vous ne pouvez comprendre le message que l’Univers vous envoie.

Il prend soin de vous pour que vous preniez soin de vous. L’illusion des événements est puissante chez celui qui affronte son propre esprit, en quête de luttes perpétuelles pour se justifier à la vie.

La vie n’est pas souffrance mais une chance de pouvoir exprimer ce que l’on Est vraiment. Vous êtes nés dans ce monde pour connaître le tourment ou la joie, car vous avez toujours le choix.

La Connaissance n’est pas la croyance. La croyance est le fantôme de la dualité, l’opposition des formes et des images. Nombreux sont prêts à croire aux mensonges au lieu de connaître la Vérité, parce qu’il est plus facile de garder ses chaînes que de les briser. Parvenir à la Connaissance de Soi demande l’effort du discernement.

L’Univers c’est la Vie, jamais la mort. La mort et la destruction, dans les événements, sont créées par leur croyance et si vous y croyez, alors, vous les verrez. Mais cela ne sera qu’une illusion dans l’illusion tant que vous ne vivrez pas personnellement cette expérience. Mais si vous allez sur place pour vérifier, alors tout se réalisera selon votre croyance.

Vous croyez à la Vie ou à la mort ?

Michel Canon

https://vk.com/id745482690

(Visited 834 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.