Pourquoi résistons-nous à vivre dans l’ici et maintenant

Pourquoi résistons-nous à vivre dans l’ici et maintenant

Pourquoi est-ce si difficile pour nous de garder nos esprits focalisés sur le temps et l’endroit où nous sommes ? Même lorsque nous savons combien il peut être bénéfique pour nous de nous connecter au présent, une résistance apparaît qui nous rend la tâche difficile.

Carpe Diem, du grand poète romain Quintus Horatius Flaccus, dit Horace, signifie quelque chose comme « saisir l’instant », dans le sens de ne pas le gaspiller. La phrase complète dans sa langue originale est « Carpe diem, quam minimum credula postero » et sa traduction la plus fiable est quelque chose comme « Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain ». Cependant, nous résistons à vivre dans l’ici et maintenant.

A priori, il est plus facile de laisser passer la journée et de laisser venir le lendemain que de « saisir l’instant». Qu’est-ce que cela dit de nous ? Certaines personnes sont incapables de vivre dans le moment présent, de se concentrer sur le présent. Elles sont dépendantes du passé pour vivre dans le présent. Mentir et bouder contre leurs pensées.

Le pire dans tout cela est que nous ne savons pas si cette capacité nous a été enlevée par la « civilisation ». Si le sauvage est précisément de cesser de ressentir pour penser. Pourquoi résister à vivre l’ici et maintenant ? Cela a-t-il un rapport avec l’évolution humaine ?

Nous résistons à vivre dans l’ici et maintenant parce que nous jugeons et sommes jugés

Eckhart Tolle, dans une conférence magistrale à Barcelone, a mis en évidence ce malheur de l’être humain : être emprisonné par des formes mentales, matérielles et émotionnelles. Cesser de les contempler comme quelque chose de transitoire… pour nous identifier à elles. Cesser d’être présent… pour être mentalement satisfait.

Cela n’a rien à voir avec « l’auto-absorption » ou la paralysie. Bien au contraire. Personne ne doute que dans cette vie, il faut « faire des choses ».

L’essentiel est de faire les choses et d’être présent avec ce que l’on ressent, sans le juger ou se sentir continuellement jugé. C’est la forme la plus mature d’engagement et de caractère.

Connexion avec le présent : absence d’ego et culpabilité

Parfois, ne plus être prisonnier des formes de pensée est très semblable à un contact agréable avec un bébé, la nature ou un animal. Il est passionnant de voir comment une personne passe son temps avec quelqu’un qui ne la juge pas, mais qui ne se vante pas non plus. Certaines personnes désarment et d’autres s’arment. Certaines personnes se détendent et se connectent avec le présent lorsqu’elles ne se sentent pas jugées.

D’autres sentent qu’elles doivent continuer à prouver quelque chose, tout le temps. Dans ce dernier cas, outre un problème de contact avec le présent, il y a un excès de narcissisme et d’ego.

Le premier type de personne peut manquer de bonne compagnie ou simplement éviter les autres. Ou la chose la plus difficile : rendre les leurs supportables sans jugement continu. Sans culpabilité pour tout ce qu’ils ont fait ou feront. Regarder la vie comme un spectateur de leur esprit et un protagoniste des situations.

Nous nous connectons au présent lorsqu’il y a une acceptation radicale des états mentaux sans soumission morale ou intellectuelle à ceux-ci. Quand nous contemplons les formes du monde sans sentir qu’elles nous définissent. La différence entre l’excès d’intellectualisation et la vraie sagesse.

Renoncer à l’ici et maintenant à cause du détachement et de la culture occidentale

Dans la civilisation occidentale, il est difficile de comprendre le détachement. Nous refusons de lâcher prise et nous nous accrochons.

Quand on a une famille, des amis et un amant, nous croyons que c’est pour toujours. Nous souffrons quoi qu’il arrive. Et cette souffrance est née de notre incapacité à nous détacher. De nous sentir libres et connectés à la dimension actuelle.

Lorsque nous croyons que quelque chose dépend de nous en permanence ou que nous dépendons des autres pour nous connecter avec l’ici et maintenant, tout devient beaucoup plus difficile.

« Si vous n’obtenez pas ce que vous voulez, vous souffrez.
Si vous obtenez ce que vous ne vouliez pas, vous souffrez.
Même quand vous obtenez exactement ce que vous vouliez, vous souffrez tout de même parce que vous ne pourrez pas le garder pour toujours.
Votre esprit est ce qui vous met dans une telle condition, car il veut échapper au changement, à la douleur, aux obligations de la vie et de la mort.
Mais le changement est une loi et aucune prétention ne changera cette réalité. »
-Socrate-

Face à un décès, nous pouvons prendre des mois ou des années pour accepter le départ d’un être cher, alors que c’est le processus normal de la vie. Tout conduit à la mort. Ce n’est pas la mort qui est triste et douloureuse. C‘est le refus de l’accepter comme un processus normal de la vie.

Savoir s’arrêter dans l’ici et maintenant pour notre santé mentale

Pour nous, occidentaux, qui vivons à l’ère de la consommation et de la productivité à tout prix, cette recherche de l’instant présent est presque un luxe. Qui a le temps de ralentir pour savourer la brise matinale, l’odeur de l’herbe mouillée ?

Nous avons tous l’impression de courir constamment. Pour la plupart d’entre nous, cette course devient une lourde routine.

Notre vie quotidienne est à bout de souffle et nous rêvons du week-end, des prochaines vacances ou même de la retraite. Nous allons au travail en pensant au dîner. Le dimanche est peuplé d’angoisses appartenant au lundi. Notre présent semble si ennuyeux et vide que nous nous enfuyons.

Il sera plus facile de vivre l’ici et maintenant en gardant nos valeurs à l’esprit

Dans une société où la performance est valorisée, le concept de « ici et maintenant » peut être surprenant. Il peut même être synonyme de paresse et d’insouciance. Ce n’est pourtant pas une philosophie bon marché.

Le présent a un sens à travers le passé et l’avenir. Ce n’est pas une image statique, il fait partie d’un tout. Nous devons savoir d’où nous venons maintenant pour faire des gestes qui bâtiront l’avenir. Pensons aux problèmes environnementaux : nous agissons maintenant en sachant que nos gestes auront un impact sur l’avenir.

En luttant contre l’épuisement qui nous oblige à nous arrêter, nous finissons par nous demander ce que tout cela signifie. Et c’est souvent ce qui manque dans nos vies : un sens. Il est important de savoir ce qui motive nos actions et nos choix.

Cela ne signifie pas que nous devons nous donner des objectifs spectaculaires. Donner un sens à la vie, c’est trouver ce qui compte le plus pour nous, puis travailler et agir en fonction de cette priorité. Ce peut être la famille, l’amour, nos enfants. Ce n’est qu’avec un objectif clair, qui a du sens pour nous, que nous pouvons vraiment prendre le temps de savourer le chemin qui y mène.

Vivez maintenant pour forger des souvenirs liés à vos valeurs

En nous arrêtant pour profiter du moment, nous construisons des souvenirs heureux à partir de nos sens. Certains chamans les appellent « souvenirs chauds ». Contrairement aux « souvenirs froids » forgés par notre intellect, ces souvenirs sont indélébiles et deviennent une source de réconfort.

Si notre puits est vide, si nous n’avons pas pris le temps de profiter des petits moments de bonheur dans notre vie parce que nous étions trop occupés à être performant et à courir, nous aurons l’impression que notre vie manque de contenu. Les « crises de la quarantaine » sont souvent le résultat de ce constat.

Pourquoi renonçons-nous parfois à vivre dans l’ici et maintenant ?

Le simple fait de se sentir vivant et en bonne santé, ici et maintenant, peut être une source de joie. Il faut tout de même s’arrêter pour l’apprécier. Le conseil de l’auteur Sarah Ban Breathnach est de tenir un journal dans lequel vous écrivez, chaque soir, cinq choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant. Ainsi, nous nous rendons compte que nous sommes beaucoup plus riches que nous le pensons.

On nous a martelé des phrases comme « ton passé est ton présent » ou « c’est à toi de te forger un bon avenir« . Elles mettent en relation la valeur du présent avec l’inutilité, l’invisibilité ou même l’inactivité. Une personne qui ne pense pas à avoir un bon passé et un avenir prometteur est perdue. Chez certaines personnes vulnérables, ces messages se cristallisent en anxiété, en hyperactivité ou en dépression.

La culpabilité cause beaucoup plus de troubles que le péché et l’avenir que vous craigniez est déjà arrivé et n’est toujours pas une catastrophe. Alors, vivez le présent. Engagez-vous dans quelque chose de profond, abandonnez vos formes de pensée.

La seule façon de guérir est de faire de la place pour tout dans votre vie avec une attitude de présence, de vigilance et d’intérêt pour ce qui se passe dans le moment présent, en supposant que rien n’est si horrible en réalité lorsque vous entrez en contact avec la terre. Souvent, les mauvaises choses n’arrivent que dans notre esprit, lui-même piégé dans le monde des formes sociales, et non au fond de notre être avec ses sens ouverts.

Source :https://nospensees.fr/

(Visited 2 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.