Technique et aide pour s’ouvrir à l’instant présent

Technique et aide pour s’ouvrir à l’instant présent

Tu as compris que tu as besoin de prendre du temps pour toi, car ce temps-là, tu ne sais plus t’y ouvrir. Tant que tu n’arriveras pas à t’ouvrir à l’instant présent, cela sera hélas du temps de perdu puisque c’est toi finalement qui te perds dans un temps et un espace qui n’existe pas.

Pose-toi, donne-toi du temps et surtout commence à expérimenter. Pour expérimenter, tu n’as finalement besoin que de temps et de rien d’autre. Prendre du temps pour toi, afin d’expérimenter ce qui se passe en toi, à travers tes sensations, simplement cela, accueillir sans cesse ce que tu ressens et te laisser guider par tes sensations.

La technique est simple : il n’y a rien à faire, mais seulement laisser être et accueillir sans jugement, sans pensée, sans rien, juste faire l’expérience de l’être et voir comment cela se passe. Plus tu fais ça et plus, tu t’ouvres à l’instant présent.

L’aide proviendra de toi, de ce que tu es vraiment à travers ce que tu ressens, il suffit de savoir que le ressenti est la liaison entre toi et ton être réel, à travers tout le champ énergétique. Plus tu accueilles ton ressenti et plus, tu vas t’ouvrir au chant de ton corps physique d’abord, puis au chant de ton corps énergétique et finalement à force d’entrainement, tu t’ouvriras directement au chant de ton être essentiel.

Comprend bien l’équivalence des mots et des idées pour te permettre d’entrevoir au-delà du sens que tu as l’habitude de t’ouvrir. Le sens réel des mots est toujours à plusieurs niveaux et l’accueil de la sensation te donnera la possibilité d’entendre et de comprendre au-delà des mots et concepts habituels.

Cette technique est très simple à mettre en place, une fois que l’on a réussi à la tester, mais tant que l’on ne l’a pas expérimenté, elle reste compliqué à mettre en place. Ainsi il est très difficile de pouvoir essayer puisque ton mental va tout faire pour te faire croire que c’est inutile, que cela ne sert à rien et donc que tu vas perdre tout ton temps.

En effet, ton personnage va perdre son temps, parce que dans l’instant présent, il n’a plus de place et alors, c’est là qu’il commence à disparaitre puisqu’il n’est plus alimenté par tout ce temps falsifié. Donc ce n’est pas toi, qui perd ton temps, toi en tant que conscience, bien au contraire, tu récupères le temps nécessaire pour te permettre de commencer à t’en sortir.

Vois-tu ici, toute l’inversion que tu vis sans cesse ? C’est pour cela que tu as besoin d’expérience car à travers l’expérience concrète de ta réalité corporelle, tout ce qui est inversé va pouvoir t’être révélé. C’est l’expérience seulement qui révèle que tu fonctionnes sans cesse à l’envers et c’est pour cela que tout t’empêche de pouvoir en faire simplement l’expérience.

Une fois que tu as su dépasser les digues, que t’as mis en place ton mental, alors ici, tout démarre réellement. Tu comprends alors, à travers l’expérience, ce qui diffère l’être, de l’être qui fait et qui pense. Ce sont des choses bien différentes et ils sont tous les trois dans un temps différent.

Ce que tu vas apprendre est de comprendre déjà la différence de ces temps afin de pouvoir les expérimenter en conscience et donc de savoir dans lequel tu es. Ce référentiel va devenir la base pour savoir où tu te situes. C’est tout ce qui te manque pour l’instant, car tu n’as aucun référentiel pour percevoir où tu te situes dans le champ expérimental de ton être. Tu n’as eu comme référence que tes systèmes de croyances basées sur le champ mental et qui, tu le sais maintenant, te leurre complètement.

L’expérience va t’apporter la possibilité de transcender tous les systèmes de croyances qui t’enferment dans une vision tronquée de ta réalité. C’est pour cela, que cela est si dur de pouvoir l’expérimenter réellement dans ta vie actuelle, puisque tout t’a amené à vivre seulement dans la pensée, tout en interférant avec l’expérience puisque finalement, tu ne fais que penser vivre, penser changer, penser expérimenter l’instant présent, mais sans jamais pouvoir le réaliser.

Il y a trois temps, trois mouvements à ton être à bien percevoir. Chacun est branché sur un plan et une dimension particulière, comprendre l’articulation de ces temps, c’est te donner une idée de comment, à travers ton expérience, tu peux t’y ouvrir. L’idée est simplement de pouvoir faire l’expérience de ces temps afin d’en sentir toute la saveur énergétique, toute la couleur vibratoire et ainsi seulement, ils deviendront ton référentiel ou « réfèrent ciel » si tu préfères.

Les références du ciel dans lesquels tu erres et donc dans lesquels tu œuvres tout le temps sont essentiels à découvrir. Ainsi, tu pourras savoir où tu es et quand tu sais où tu es, tu peux savoir finalement où tu peux aller afin de pouvoir y aller réellement. Cette géographie de l’être est vitale, car elle nous donne une carte en profondeur et en hauteur de là où est l’être comme de là où il peut aller. Ceci est une référence ultime pour l’évolution de l’être puisqu’il peut enfin et en toute conscience s’élever, se rabaisser et donc se mouvoir dans tous les sens du terme puisque de manière totalement consciente.

Le temps dans lequel tu es en général est le temps imaginaire de ton personnage. Il se situe dans le champ mental inférieure, là en cet océan vibratoire, il a seulement accès aux derniers niveaux. Ces niveaux, tu peux te les représenter et donc tu peux alors te les référencer en rapport avec toutes les émotions négatives qui existent. Toutes ces émotions alimentent ton ego, ton personnage dans l’espace de ta tête, tout le discours en cette espace éphémère est là pour générer ces émotions négatives qui alimentent en toi un corps de souffrance.

Ce corps de souffrance a besoin de souffrir et c’est pour cela, qu’il ressasse sans cesse tout ce qui le fait souffrir. Ici dans cet enfer, tout est souffrance, car tu t’enfermes toujours plus dans ta tête à travers le discours de la discorde qui t’apporte tout le mal-être dont tu as besoin pour vivre.

Ce temps est le plus malsain puisque tout est fait pour accumuler toujours plus de la souffrance qui appelle encore plus de souffrance. Dans ce lieu vibratoire, l’être ne voit plus rien, comme tout son espace intérieur est rempli des pensées qui l’oppressent et des idées qui le saignent.

Il y a un autre temps qui est celui de faire. Ce temps-là te pousse à faire des choses dans l’idée ou la croyance que ce que tu fais va t’apporter quelque chose. Personne ne fait rien pour rien, il y a toujours en soi quelque chose qui nous pousse à faire ce que l’on fait de manière consciente ou inconsciente.

Ce temps-là est aussi un temps imaginaire, mais qui diffère du premier puisque ce temps-là se déroule à l’extérieur et non plus à l’intérieur. Il se situe autant dans le champ mental inférieur que dans celui du champ mental supérieur, là où les émotions sont plus harmonieuses et apportent alors un certain bien-être passager.

Ces deux temps sont là pour s’équilibrer à travers le ressenti d’émotions positives comme d’émotions négatives. C’est à travers ces deux temps que nous avançons dans notre vie à travers tous les hauts et les bas de notre existence. Ce temps n’existe pas plus que le second, mais a la différence du premier, il est raccordé à l’expérience, ce qui lui permet d’atteindre des niveaux vibratoires plus élevés.

Ces deux temps se basent sur le champ mental et émotionnel de l’être. C’est cela qui crée la structure expérientielle de notre vie, à travers ce qu’elle vit, à travers ce qu’elle pense, imagine, croit, à travers aussi tout ce qu’elle ressent et ce tout s’articule à travers le souvenir de tout ça.

Ceci est la base conceptuelle de ce que nous vivons dans ces deux temps, ces deux réalités qui sont l’extérieur et l’intérieur. Notre vie est entrelacée par ce qui se passe dans ces deux temporalités distinctes.

Il y a un troisième temps qui est le support des deux autres. Ce temps-là est l’instant présent et finalement, c’est le seul réel puisqu’il est le continuum même de toutes nos expériences. Ils se situent de partout, puisqu’il est le champ entier et total qui permet chaque expérience.

Ce temps-là, nous n’avons hélas plus accès à lui, puisque nous nous sommes focalisés constamment sur les deux premiers temps afin de pouvoir faire toutes les expériences possibles. Mais nous pouvons, à partir de la réalité des deux temps que nous expérimentons sans cesse, pouvoir retendre, dans ce temps total et sans cesse inimaginable.

Une fois que nous comprenons toutes ces temporalités dans lesquels nous voguons, nous avons alors la capacité de pouvoir s’y ouvrir en toute conscience. Pour s’y connecter, il faut d’abord comprendre leurs différences pour savoir où on se situe et après alors on peut se donner les moyens de s’y brancher.

Ainsi pour expérimenter cet instant fugace et impétueux, seule l’expérience et je ne peux qu’y revenir de manière répétitive afin de le souligner comme seule possibilité, peut nous permettre de le vivre. Tant que l’on restera circonscrit aux deux premiers temps, on ne pourra pas le sentir et donc le vivre, si ce n’est dans tous ces autres temps imaginaires comme dans toutes ses actions éphémères.

Comprend cela comme une une aide pour entrevoir clairement la différence de plan vibratoire dans lequel œuvre ce temps de l’être face au temps du non-être dans lequel nous sommes sans cesse tous enfermés.

https://oeuvre-spirale.com


(Visited 912 times, 1 visits today)