Vous êtes aimé

Vous êtes aimé

Presque tout le monde que je connais a appris l’amour conditionnel. Nous étions étiquetés « bons » si nous nous comportions comme les autres le souhaitaient, et « mauvais » si nous ne l’étions pas. Parfois, les mots ont été utilisés, le plus souvent, nous avons senti l’approbation ou la désapprobation des autres. Nous ajustions nos comportements et faisions ce que tout le monde fait lorsqu’il se sent coincé : se battre ou fuir. Nous nous rebellions ou nous nous conformions, mais en grandissant dans les programmes de cette société, nous avons commencé à perdre notre sens très naturel de l’amour de soi.

Un enfant qui n’a pas encore été programmé rayonne d’amour de soi, d’acceptation de soi et d’appréciation de soi. Il se regarde dans le miroir avec admiration et appréciation. Il montre sa dent manquante ou sa jambe cassée avec fierté. Ils se coiffent comme ils le souhaitent, portent des vêtements qui peuvent être assortis ou non (mais qui leur plaisent) à un jour donné, et vivent selon leur propre boussole intérieure. Ils viennent tout droit du ciel, branchés sur la Source, et ils savent qu’ils sont dignes d’être aimés. Ils pleurent, non pas par tristesse ou par victimisation, mais parce qu’ils veulent ce qu’ils veulent quand ils le veulent et qu’ils savent qu’ils en sont dignes. Ils se mettent momentanément en colère si quelqu’un n’est pas gentil, car ils savent qu’ils méritent d’être aimés. Ils se vantent de leur art ou de leurs compétences nouvellement acquises, sans une once d’arrogance. On ne peut s’empêcher de les encourager et de les aimer.

Il y a des années, l’enfant d’une amie a traversé une phase où elle était amoureuse de son nombril et le montrait fièrement à qui voulait bien le regarder : « Regardez mon bouton ! » expliquait-elle avec beaucoup de fierté ! Elle était en admiration devant son corps. « Je peux voir ton bouton ? » Sans réfléchir, nous, les adultes, faisions glisser nos t-shirts pour partager un moment d’auto-appréciation avec ce petit maître spirituel ! Oui, nous avions nous aussi des boutons, et en y réfléchissant, nous ne nous étions jamais arrêtés pour apprécier leur incroyable diversité avant que cette enfant ne fasse monter et sortir de nous cet amour et cette admiration !

De même, je n’oublierai jamais la fois où je me suis arrêté pour rendre visite à Robin Miller qui jouait du piano à Sedona. C’est un virtuose, un canal venu du ciel, et quelqu’un qui avait cinq décennies d’expérience. Arrive cette adorable petite fille qui déclare très sérieusement : « J’apprends le pian-wo. Je viendrai vous aider l’année prochaine ! » Chérie ! Elle n’avait aucun sens de la comparaison, aucun manque d’émerveillement pour ses propres compétences, et aucune fausse humilité. Elle était l’expression du pur amour.

Après deux décennies de travail avec les anges, je sais combien nous sommes aimés. Une fois, j’étais tellement en colère contre les anges que j’ai programmé une lecture par un ami pour leur dire ce que je pensais. Vraiment. Au moment où elle est entrée en transe, les anges sont arrivés et ont dit : « Ma chère, nous t’aimons tellement. Quand tu es en colère, ces beaux yeux verts font des étincelles ! Nous sommes tous prêts. Tu peux nous crier dessus pendant toute l’heure si tu veux. » J’ai fondu. Je pouvais sentir leur amour inconditionnel. Dans cette énergie, je pouvais aussi sentir les racines de mes propres malentendus. Dans cet élan d’amour de 30 secondes, toutes mes questions ont trouvé une réponse – non pas verbalement mais dans un grand téléchargement. C’était éclairant. Nous sommes tellement aimés.

Lorsque j’ai été englouti par la lumière du ciel, j’ai su que je n’avais jamais ressenti un tel amour de la part de quiconque sur terre. La lumière est entrée en moi. Elle est entrée dans mes cellules, dans mon âme, et elle a lu en moi, à tous les niveaux de mon être. Elle m’a observé à travers l’espace et le temps. Elle a trouvé des zones d’auto-jugement dont je n’étais même pas conscient et m’a aimé quand même. J’ai pleuré pendant des semaines après ça. C’était transformateur. Nous sommes tellement aimés.

Alors la prochaine fois que vous aurez l’impression d’avoir échoué, dites-vous : « Je suis aimé ! ». La prochaine fois que quelqu’un n’est pas gentil avec vous et que vous avez tendance à vous énerver parce que vous voulez vraiment qu’il connaisse votre amour, rappelez-vous : « Dieu connaît mon cœur aimant. » La prochaine fois que vous ferez une gaffe et que vous serez arrogant ou pas très gentil, rappelez-vous : « Je suis aimé, quoi qu’il arrive. » Nous le sommes – sans poser de questions, sans critères, sans conditions. Même si les anges n’aiment pas tous les comportements, ils nous aiment quoi qu’il arrive parce qu’ils savent qui nous sommes vraiment. Comme un parent qui aime son enfant même s’il n’est pas emballé par ses comportements, nous sommes aimés encore plus.

Cette compréhension et la volonté de recevoir l’amour du ciel ont changé ma vie. Cela m’a permis de continuer lorsque j’étais sur le point d’abandonner, ce qui s’est produit plusieurs fois au fil des ans. Faire du mal aux gens peut être d’une cruauté impensable, quelle que soit l’aide que vous leur avez apportée. Je viens de recevoir aujourd’hui une lettre d’une femme en deuil qui me demandait de retirer l’adresse électronique de son mari de ma liste de diffusion. C’était tout à fait compréhensible et je l’ai fait immédiatement. Malheureusement, cette femme a fait suivre sa demande très raisonnable d’un coup de gueule dirigé contre moi personnellement. Je ne la connais pas, ni son mari, et elle ne me connaît manifestement pas. Mais elle souffrait en nettoyant la boîte de réception de son mari et un message joyeux sur un cours pour se connecter avec ses anges ne lui a pas plu du tout. Elle a donc dirigé sa douleur vers moi, et j’ai prié pour qu’elle trouve la paix. C’est probablement une bonne âme la plupart du temps. Les gens ne sont pas eux-mêmes quand ils souffrent.

Savoir que je suis aimée et que mon cœur est compris par les cieux m’a sauvée tant de fois. Cela me permet de lâcher prise lorsque les gens ne comprennent pas mon amour. Cela me permet de leur souhaiter bonne chance malgré leur énergie désagréable et leurs paroles souvent moches. J’ai entendu toutes sortes de choses au fil des ans. « Tu devrais te faire refaire les seins ». « Vous devriez vous suicider. » « Vous n’avez pas le droit d’enseigner. » « Vous êtes un imposteur… » et la liste continue. Heureusement, la liste des commentaires gentils et aimants est beaucoup plus longue.

Encore plus heureusement, je sais que Dieu et les anges nous aiment tous, peu importe qui aime ou n’aime pas sur cette terre. Cela change la donne d’admettre cet amour dans son cœur. C’est un bonheur de s’asseoir, de respirer et de recevoir cet amour qui se déverse dans votre champ. Je n’ai pas eu besoin de répondre au commentaire de colère. Je n’ai pas essayé de faire comprendre mon amour à une âme en peine. Je n’ai pas eu besoin de me défendre ou d’exiger un « respect » qui ne servirait à rien d’autre qu’à cela. Je sais déjà que Dieu m’aime. Je le ressens et je m’y attache souvent. Dans cette réalité, je pourrais simplement lui souhaiter bonne chance et la laisser partir. Je préfère me sentir bien.

Ces dernières semaines, j’ai parlé à tant de personnes qui éprouvent une anxiété, une intolérance, etc. inhabituelles. Sans exception, il y a un auto-jugement. Ce n’est pas un état naturel de se juger – les enfants ne le font pas – mais nous le faisons parce qu’on nous a appris à le faire. Les anges nous guident doucement vers la reconnaissance de l’amour qui se cache derrière tous nos sentiments et comportements – que nous soyons remplis de joie et de bonté ou que nous soyons énervés et déprimés. Ils proposent de nous aider à nous élever. Ils veulent nous aider à accorder notre vibration à une fréquence plus élevée afin que nous puissions être élevés au-dessus des fréquences plus sombres qui circulent ces jours-ci.

Je m’assois souvent avec les anges et, plus souvent encore, je me concentre sur le fait que nous sommes aimés. Je regarde le ciel magnifique et je me sens aimée. Je regarde les personnes extraordinaires de ce monde et je me sens aimée. Je regarde même ceux qui m’attaquent avec colère et je sais qu’ils trouveront l’amour un jour, même s’ils ne croient pas au mien. Cela fait du bien de se concentrer sur l’amour. Cela vous donne de l’énergie. Cela vous aide à observer le monde et son chaos avec plus de détachement.

Alors quand vous ressentez le chaos du monde en ce moment, ou quand quelqu’un n’est pas gentil, rappelez-vous : « Je suis aimé. Je suis aimé par Celui qui ne cessera jamais de m’aimer. Je suis aimé sans condition. Je suis aimé, que je m’en sente digne ou non, car Dieu me considère comme un être digne. Je suis aimé par mes anges. Je suis adoré par les êtres chers du ciel qui m’entourent. Je suis compris, chéri et assisté. Ce qui compte pour moi, compte pour eux. Je suis aimé. » Vous l’êtes vraiment, plus que les mots ne pourront jamais le dire.

Lorsque quelqu’un nous critique, nous avons appris à le ressasser encore et encore dans notre tête, et pourtant les anges nous rappellent que nous pouvons tout aussi bien nous concentrer sur le fait que le créateur des univers nous aime tendrement. Asseyez-vous. Respirez. Recevez. Ayez l’intention de vous en imprégner. Cela va changer votre vie.


Voici quelques conseils pour vous aider à vous sentir plus aimé, même lorsque le monde ou les autres ne sont pas aussi aimants…

1. Respirez chaque compliment que vous recevez

Lorsque quelqu’un vous fait un compliment, respirez. Remerciez-le. Ne le laissez pas passer sans le recevoir pleinement. Nous absorbons trop facilement l’énergie négative. Nous pouvons nous entraîner à recevoir pleinement l’énergie positive à la place. Cela demande simplement de l’entraînement.

Essayez de vous souvenir de quelques commentaires aimables qui vous ont été adressés au fil des ans. Faites-vous plaisir pendant quelques instants. Imaginez que vous recevez cette belle et bonne énergie.

2. Reconnaissez-vous souvent

Nous sommes programmés pour nous critiquer. Nous ne sommes pas aussi programmés pour nous reconnaître. Les anges m’ont appris à le faire de manière ludique.

Ils entrent souvent dans ma tête et me disent : « Tu as bien fait ça ! ». Je laisse quelqu’un devant moi dans le trafic dans un moment gracieux et ils disent, « Reconnais-toi. C’était une chose gentille à faire. » Je ramasse un morceau de papier sur le trottoir et le jette à la poubelle et on me dit : « Reconnais-toi. Tu prends soin de cette terre et tu l’aimes ! » Je prends une respiration lorsque quelqu’un a été méchant avec moi et je dis une prière pour qu’il se sente mieux. Les anges disent : « Reconnais-toi. Tu as grandi et appris que l’amour est plus agréable. » Je suis en colère contre quelqu’un et je demande aux anges de garder l’espace pour moi pendant que je me défoule avec une brève diatribe. Les anges me disent : « Reconnais-toi. C’est merveilleux que tu aies demandé de l’amour et de l’aide. »

Dans tous les actes et toutes les pensées, les anges peuvent trouver quelque chose à reconnaître en nous. Nous pouvons reconnaître notre bon cœur, notre sagesse, notre gentillesse, notre compassion, notre attention, notre créativité, notre ingéniosité, etc. Faites-le souvent. Faites-en une pratique ludique pour vous « surprendre » en train de faire quelque chose de bien ou d’aimant et en privé, reconnaissez-vous, « Bon travail ! ».

Cela peut sembler idiot mais cela commence à vous faire sortir des vibrations inférieures de l’autocritique et à vous faire entrer dans une vibration compatible avec Dieu et vos anges.

3. Honorez l’opinion que Dieu a de vous plus que celle des autres.

Lorsque quelqu’un vous dit quelque chose de désagréable, n’acceptez pas l’énergie négative qui est dirigée vers vous. Même si ce que l’autre personne dit est vrai, cela pourrait être dit avec gentillesse. Dieu croit que nous méritons tous de la gentillesse.

Ayez l’intention de ne pas absorber la colère, le jugement, la justice ou la condamnation des autres. Si quelqu’un me bombarde de négativité, j’imagine que de la lumière se déverse en moi et que mon cœur se déverse sur lui. Cela me permet de me concentrer sur l’amour au lieu de me concentrer sur ce qu’il m’offre à ce moment-là. L’amour fait du bien. Souvent, ils se calment.

Gardez la tête haute et calmement, intérieurement, rappelez-vous : « L’opinion des autres ne signifie rien pour moi. Dieu m’aime. Dieu comprend mon cœur. Dieu les aime aussi. Je pense que je vais juste écouter et ne pas répondre. »

Cela demande de l’entraînement car nous sommes programmés pour nous battre ou fuir lorsque quelqu’un n’est pas gentil. Une réponse plus heureuse et plus élevée consiste à simplement écouter, et à reconnaître tranquillement en vous-même la vérité – que c’est leur point de vue et que cela ne signifie rien sur qui vous êtes. Vous êtes, toujours et éternellement, aimé.

En vous concentrant intentionnellement sur l’amour des anges et du Divin et en le recevant, vous changerez votre façon de vous voir et de vous traiter. Vous apprendrez à vous accepter tel que vous êtes. Si vous puisez régulièrement dans cet amour, vous saurez que vous êtes en sécurité, aimé, guidé, célébré et assisté.

L’amour du Ciel est toujours là. Buvez-le. C’est un doux baume qui apaise et élève votre âme.

par Ann Albers Traduit par messagescelestes

SOURCE https://www.visionsofheaven.com

(Visited 930 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.