De l’attachement à la liberté d’Être

De l’attachement à la liberté d’Être

Votre illusion de la séparation vous fait croire qu’il vous manque quelque chose pour être heureux, épanoui. Que ce quelque chose est une personne, un travail, une maison, de l’argent … En vérité, il ne vous manque rien. En vérité, vous avez tout ce qu’il vous faut ici et maintenant. Vous ne pouvez juste pas le voir ou le vivre car vous êtes obnubilés par « il me manque ça et ci pour être heureux ! ». Vous avez créé une soif d’avoir, un besoin d’accumuler pour exister.

C’est une course aux chimères qui vous éloigne de plus en plus de l’être. Par moment, l’âme agit et provoque la perte de vos attachements pour vous faire découvrir la futilité de votre démarche à chercher à l’extérieur ce qui est en vous. Plus vous accumulez et plus vous êtes vides. N’avez-vous jamais fait ce constat ? Alors au lieu d’accumuler vous vous libéré de tous vos biens et besoins et vous vous sentez vivants.

La vie a besoin de place pour circuler, comment faire rentrer le nouveau si l’espace est occupé ? C’est comme vos pensées, si vous êtes toujours entrain de tourner en rond avec les mêmes idées comment laissez place à l’inspiration ? Comprenez que vos besoins d’acquérir et de garder tout ce qui est, comme une sécurité est illusoire. Vous vous enfermez vous-même dans votre propre boite hermétique ! Les attachements que vous formez avec vos acquisitions vous clouent au sol vous empêchant de voler librement.

La nature de la vie est par essence libre de circuler et d’évoluer par cycle de mort et de renaissance. L’homme en plaçant sa sécurité à l’extérieur de lui-même, cherche à garder figé ses acquis comme repères. Il ne respecte plus ses propres cycles naturels en souhaitant toujours être productif, heureux, en pleine forme, actif… Il est naturel d’être dans l’ombre tout comme dans la lumière, d’être en forme et fatigué, d’acquérir et de perdre, d’être heureux et triste…

L’attachement à un état ou un fait provoque de la souffrance, tout comme être attaché à une personne ou un bien, car rien n’est permanent et la disparition de celui-ci est inévitable. Regarder comment vous dépensez de l’énergie pour maintenir votre illusion de sécurité en voulant garder ce que vous « pensez » être « bon » pour vous. Si vous lâchez prise sur ce que forme votre vie aujourd’hui, vous vous détachez de vos attachements à votre travail, votre conjoint, vos enfants, vos biens, vous découvrirez une liberté d’être et d’agir exponentielle.

Vos croyances à ce que comment votre vie doit être, telle personne doit être, votre travail, votre compte en banque forment des prisons pour vous et pour la cible de vos projections. Vous empêchez la libre circulation de la vie et le libre arbitre de votre âme. Vous allez à contre-courant avec ce qui Est. Votre volonté sert votre ego à maintenir une vie que vous pensez être la meilleure, je dirais même la moins pire de vos scénarios catastrophes.

J’aimerais attirer votre attention, votre vie a besoin de votre accueil, de votre amour pour se former avec vos aspirations élevées de l’âme. Elle ne peut être cadenassée ou figée dans ce que vous pensez être le mieux pour vous et les autres… Voyez-vous la différence ? Vous avez besoin d ‘être dans l’acceptation de ce qui est et seulement après vous pouvez transformer. Cette acceptation ne forme aucun refus de votre réalité, elle accueille et ensuite elle agit.

Si vous vivez une période difficile, vous avez besoin d’accepter ce fait, pour pouvoir ensuite avoir toutes les ressources pour transformer. Votre volonté à maintenir l’ancien ou à forcer le nouveau équivaut à nager à contre-courant, vous allez vous épuisé, jusqu’à être dans l’obligation de lâcher prise et vous laisser porter par le courant de la vie. Mais vous aurez perdu beaucoup de forces et vécu bien des désagréments…

Il est temps de vous accueillir et d’accueillir ce qui est, vous n’avez pour cela besoin de rien, de personne… Juste vous avec vous. Dans ce moment, regardez votre vie, regardez qui vous êtes et accueillez-le. Vraiment, profondément. J’accueille ce que je vis maintenant, je n’ai besoin de rien de plus. Je suis en accord avec ce qui est. Si vous souffrez d’un problème de santé ou de quoi que ce soit dans votre vie, adressez-vous avec ce problème, et dites j’ai « ………. » et j’accueille cela.

Cet accueil se transforme en acceptation avec ce qui est présent, en lui accordant la place dont la vie a besoin pour être et nous remettre ses messages, ses bénéfices, ses prises de conscience … Cette acceptation va permettre à la vie de circuler et nous replacer dans « l’être » et plus le faire ou l’avoir. Et de ce positionnement dans l’être nous allons pouvoir Créer en symbiose avec la Vie et non plus avec l’ego qui court après une illusion à combler ce que seule la Vie peut nourrir en nous.

Transmis par Jed

Source : http://clespirituelles.blogspot.ca/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *