Entités, mauvais sorts, personnes toxiques…

Entités, mauvais sorts, personnes toxiques

Entités, mauvais sorts, personnes toxiques,… Comment arrêter toute attaque contre soi ?

Suite à de nombreux mails que je reçois me demandant de l’aide sur ces sujets, je me rends compte que c’est un problème assez récurrent et très souffrant pour beaucoup d’entre vous. J’espère donc sincèrement que cet éclaircissement pourra vous aider.

Les expériences qui me sont racontées sont nombreuses et variées. Il peut s’agir d’entités qui prennent votre énergie, d’attaques astrales, de pratiques vaudou, de personnes toxiques, ou simplement d’agressivité… Et tout ça avec un tas de conséquences tout aussi nombreuse et variées allant de la fatigue, à la maladie, disputes, déprime, peur, mauvais sommeil, échecs professionnels, voire mêmes à des drames familiaux.

Je ne vais pas faire de différences entre tous ces divers exemples, car quelques soient les formes et les expériences, tous font partie du même package. Tout ça peut juste se résumer dans cette même idée qui est « d’être attaqué par quelque chose d’extérieur ».

Ce que je vais vous suggérer maintenant, n’a rien à voir avec une quelconque défense. Il ne s’agit pas de mettre en place quelque chose pour se protéger ou détourner les attaques, non. Ce que je vous vous propose c’est de définitivement mettre fin à ce phénomène.

L’invitation, c’est donc de transcender cette idée, de transcender cette croyance qui dit que vous pouvez être attaqué par quelque chose d’extérieur à vous.

Car, en réalité, il n’y a rien à l’extérieur de vous qui a le pouvoir de faire ça. Rien n’a le pouvoir de prendre votre énergie, de vous blesser ou de vous faire du mal. Rien… à part vous !

Pourquoi? Et bien, parce qu’il n’y a rien à l’extérieur de vous. Tout ce qui est, est « vous ». Et même si cette notion ne vous est pas familière ou que, bien qu’elle le soit, ce n’est pas l’expérience que vous en faite concrètement, ne vous forcez pas à le croire, car cela ne serait qu’une croyance de plus dans la bibliothèque mentale. Ne le croyez pas, surtout ne le croyez pas ! Mais regardez et réalisez-le par vous-même. C’est essentiel.

Vous le dire n’a pour fonction que d’amener le questionnement et le doute en vous, car c’est ce doute qui va vous permettre de poser votre attention au bon endroit afin que la clarté puisse percer l’illusion.

Je sais que quand une croyance de ce type est là, ancrée en vous sans doute depuis votre enfance, alors tout semble prouver que cette croyance est bel et bien la réalité, que vous avez raison et que c’est bien ce qu’il se passe. Rien n’a l’air de laisser croire que ces attaques extérieures ne sont pas vraies et c’est pour cette raison que l’on appelle ça « l’illusion ». La définition du mot « illusion » est : qui donne le sentiment du réel et du vrai. Et c’est bien ce qu’il se passe.

Pourtant, si vous êtes toujours en train de me lire, c’est qu’il y a bien quelque chose, un pressentiment, une intuition ou une curiosité. Quelque chose qui sent que, peut-être, ce que je dis est vrai. Il n’y aurait même qu’un petit doute là-dessus, ça reste suffisant pour amorcer le désir de connaître la vérité et de remettre alors la croyance en question. Si ce désir est là, alors je vous suggère de regarder cette croyance de plus près et de vous questionner sincèrement à son sujet.

Prenez un temps de silence, videz votre mental et laissez les réponses arriver en vous. Sans aucune attente, permettez-vous simplement d’être ouvert à ce qui peut survenir comme réponse.

Est-ce que vous êtes vraiment sûr et certain que quelqu’un ou quelque chose peut vous attaquer? Je ne parle pas d’une attaque physique. Bien sûr, nous n’allons pas nier le fait que le corps puisse être blessé. Ce que je vous demande c’est s’il est vraiment possible que quelqu’un ou quelque chose puisse blesser ce que vous êtes au plus profond de vous. Quelqu’un a-t-il vraiment ce pouvoir de prendre ou de détruire ce que vous êtes ?

Prenez votre temps s’il le faut et laissez la réponse venir du plus profond de votre être. Ressentez cette réponse en vous.

Bien entendu, la réponse est : non. J’espère que vous avez pu l’entendre.

Regardez maintenant comment vous vous sentez sans cette idée, sans cette croyance. Dans l’évidence que toute cette histoire d’attaque est fausse, alors sans ça, faites l’exercice de savoir comment vous vous sentez.

Certainement plus léger, plus libre.

Que se passerait-il si vous pouviez vous sentir comme ça à chaque instant. Comment seriez-vous ? Sans doute seriez-vous moins sur la défensive sans arrêt. Vous seriez détendu et tranquille plutôt que d’être méfiant et d’avoir peur. Quelle attitude auraient les gens avec vous, si vous étiez dans cet état ? Restez quelques minutes avec ça. Observez, ressentez comment vous vous sentiriez.

C’est cette croyance elle-même qui vous fait ressentir l’attaque. C’est elle-même qui s’alimente et se manifeste en vous et autour de vous et du coup se renforce. Lorsque vous croyez que vous pouvez être attaqué et que quelqu’un peut vous blesser, vous vous fermez et vous adoptez une attitude de défense. Et vous savez ce qu’on dit : « la meilleure défense, c’est l’attaque ! ». La vérité c’est que quand vous êtes pris dans cette croyance, c’est vous qui êtes en train d’attaquer par peur de l’être. Regardez en toute sincérité. Laissez venir à vous les images de toutes les fois où vous étiez en train d’attaquer les autres. Et tout ça simplement parce que vous croyiez être vous-même attaqué ou que vous redoutiez de l’être.

Votre croyance a pris tellement de place, que chacune de vos attitudes est devenue une attaque… pour vous défendre. Mais de quoi ? Rien n’est vrai. Personne ne vous attaque. C’est juste un mauvais rêve, une histoire. Vous pouvez soufflez maintenant. Toute cette lutte peut s’arrêter. Vous pouvez poser les armes en toute sécurité.

Ce que vous avez cru être des attaques n’étaient en fait que ces mêmes attitudes de défense que vous aviez vous-même mis en place. Chaque personne en face de vous n’était que votre propre miroir, elle entretenait simplement cette même croyance et reproduisait simplement ce même schémas de défense engendré par cette croyance d’être attaqué.

J’ai cette image qui me vient… Le chien qui a peur est toujours celui qui va mordre.

Je vous invite vraiment à laisser votre cœur s’ouvrir à toute cette souffrance, à toute cette peur découlant de cette croyance. Et pour ça, vous pouvez prendre un temps et laisser revenir à vous tous les moments où, sous l’influence de cette peur d’être attaqué, vous avez réagi en attaquant. Il ne s’agit pas de juger ou de condamner cela, juste de le reconnaître.

Puis, je vous suggère de laisser revenir à vous toutes les images des personnes dont vous croyiez avoir été attaqués. Et toujours dans cette ouverture de cœur, dans cet espace silencieux, laissez la vérité se dévoiler, car au-delà de la croyance, vous pourrez voir ce qu’il s’est réellement passé. Laisser votre cœur s’ouvrir à ça. Laisser la compassion émerger pour toutes ces personnes et pour vous-même. Elle seule guérit de ces croyances.

Je vous souhaite toute la clarté utile à cet exercice.

Caroline

P.S. : Les croyances que nous entretenons sont la seule chose qui est réellement toxique pour nous, mais nous avons le pouvoir de nous en libérer et d’ainsi vivre dans la paix et la joie. Si vous souhaitez entamer un travail dans ce sens ou que vous préférez être accompagnés dans ce type d’exercice, sachez que je propose des entretiens individuels, des stages, des retraites et des groupes de rencontres. Des textes et des vidéos sont aussi régulièrement postés et accessibles gratuitement sur mon site et sur Facebook. Si vous voulez restez informés des nouveautés, n’hésitez pas à vous abonnez à ma chaîne Youtube et/ou à ma newsletter sur www.carolineblanco.com

Un commentaire

  • Bonjour,

    Je souhaiterais effectuer un ou plusieurs stage sur les tachions.

    J’ai déjà effectué pas mal de choses reiki, énergie avec Me Dang, Franz Bardon, Bouddhisme, Inde etc en tout 30 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *