La pédagogique initiatique

Tant que les parents ne sont pas au point, on aura beau leur donner les meilleures explications pédagogiques, cela ne servira à rien ; en voulant appliquer les notions qu’ils n’auront pas comprises, ils feront beaucoup de mal à leurs enfants.

Tous veulent avoir des enfants sans se préoccuper de savoir s’ils remplissent vraiment les conditions pour cela. Est-ce qu’ils ont une bonne santé ? Est-ce qu’ils ont les moyens matériels ? Et surtout, est-ce qu’ils auront les qualités nécessaires afin d’être pour leurs enfants un exemple, une sécurité, un réconfort dans toutes les circonstances de leur vie ?

Ils n’y pensent pas. Ils mettent des enfants au monde, et ces enfants grandiront tout seuls, ils se débrouilleront, ils travailleront, et un jour ils mettront eux-mêmes des enfants au monde dans les mêmes conditions déplorables qu’ont connues leurs parents.

Je suis toujours étonné de voir tant de jeunes garçons et de jeunes filles qui pensent à se marier sans se préparer à leur futur rôle de pères et de mères. Quand on voit certaines jeunes femmes enceintes, vraiment on se demande… une enfant qui porte un autre enfant. On le voit sur son visage : une enfant. Alors, que voulez-vous que cela donne ? Il est préférable de ne pas mettre d’enfant au monde tant qu’on n’y est pas préparé, sinon je vous assure, on le paiera très cher. Si tellement de parents sont malheureux et perturbés à cause de leurs enfants, c’est parce qu’ils n’étaient pas au point quand ils les ont mis au monde. Qu’ils se préparent et ce sont leurs enfants qui leur apporteront tout, la richesse, la joie, la fierté.

Vous direz : « Se préparer… Mais comment se préparer » ? Se préparer, c’est avoir des pensées, des sentiments, une attitude qui attireront dans une famille des génies et des divinités. Ce n’est pas par hasard que tel ou tel enfant naît dans une famille. Consciemment ou inconsciemment – et le plus souvent inconsciemment – ce sont ses parents qui l’ont attiré. C’est pourquoi les parents doivent appeler consciemment des êtres exceptionnels, car on peut choisir ses enfants. Oui, voilà ce que la plupart ne savent pas.

Il faut donc tout revoir depuis le commencement, et le commencement c’est la conception des enfants. Les parents ne pensent pas qu’ils doivent s’y préparer des mois, des années à l’avance, et c’est un soir après un repas copieusement arrosé, qu’ils conçoivent un enfant. Voilà le moment qu’ils choisissent, si on peut encore dire qu’ils l’on « choisi ». Ils pouvaient décider d’attendre un moment de paix, de lucidité, un moment où il y aurait entre eux une grande harmonie. Mais non, ils attendent d’être excités par l’alcool et de ne plus savoir où ils en sont : c’est dans cet état magnifique qu’ils conçoivent un enfant. Mais quels éléments croyez-vous qu’ils introduisent en lui ?

Un enfant qui vient au monde chargé de pareils éléments ne peut être que la première victime de ses propres parents. Alors qui doit-on instruire maintenant ? Moi, je vous dis que ce ne sont pas les enfants, mais les parents.

Une fois que les parents auront compris l’essentiel de ce qu’ils doivent comprendre pour être à la hauteur de leur tâche, je vous assure qu’ils sauront comment se conduire avec leurs enfants. Et l’essentiel de ce qu’ils doivent comprendre, c’est ce dont je vous parle tous les jours dans mes conférences. Il faut d’abord éduquer les parents, ensuite ce sera très facile avec les enfants, car les enfants sont très souples, très malléables, tout ce que font leurs parents se reflète sur eux. C’est pourquoi, le premier conseil que je donne aux parents, c’est de se montrer attentifs à leurs pensées, à leurs sentiments, à leurs actes.

Dans cette page je vous dis que les parents doivent avant tout penser à éveiller l’esprit chez leurs enfants et laisser le confort, le bien-être à la deuxième place. Eveiller l’esprit chez les enfants, c’est leur donner l’exemple d’une véritable vie spirituelle. Il ne suffit pas d’envoyer un enfant à l’école, la meilleure soit-elle. Si à la maison, les parents ne cessent de donner à cet enfant le spectacle de leurs disputes, de leurs mensonges, de leurs malhonnêtetés, comment peuvent-ils s’imaginer qu’ils vont l’éduquer ? On a remarqué qu’un bébé peut tomber malade et manifester des troubles nerveux à la suite de disputes entre ses parents : même s’il n’y pas assisté, ces disputes créent autour de lui une atmosphère de désharmonie qu’il ressent, parce qu’il est encore très lié à ses parents. Le bébé n’est pas conscient, mais c’est son corps éthérique qui reçoit les chocs.

Les parents doivent donc prendre conscience des responsabilités énormes qu’ils ont à l’égard de leurs enfants et être vigilants. Puisqu’ils ont invité des âmes et des esprits à s’incarner auprès d’eux, ils ont le devoir d’être des modèles. Ils ne sont pas encore assez conscients de cette responsabilité qu’ils ont d’offrir, de présenter et de maintenir une image idéale aux yeux de leurs enfants. Car ceux-ci instinctivement, inconsciemment observent et enregistrent tout, et un jour ils seront le reflet du comportement de leurs parents. Les adultes n’ont pas le droit d’inviter des esprits à s’incarner s’ils ne sont pas à la hauteur de leur tâche.

Que de parents ignorants se préparent des dettes énormes, parce qu’ils ont cru qu’il suffisait de mettre des enfants au monde sans se préoccuper des conditions dans lesquelles ils grandiraient. Mais tous trouvent ça normal ; il faut faire venir des enfants, on les nourrira, on les logera, on les battra et voilà tout. Ces parents n’ont rien appris, rien compris, ils transgressent énormément de lois et se préparent un avenir déplorable.

Je vois certains parents se conduire d’une façon tellement invraisemblable que je ne peux pas m’empêcher de leur demander ; « Mais enfant, est-ce que vous aimez vos enfants » ? Ils sont indigné : « Comment ? Si nous aimons nos enfants ! Mais évidemment, nous les aimons ! – Eh bien, je ne le crois pas, parce que si vous les aimiez, vous changeriez d’attitude, vous commenceriez à corriger en vous certaines faiblesses qui se reflètent très négativement sur eux. Vous ne faites aucun effort, c’est ça votre amour » ?

Je veux faire comprendre aux parents qu’ils ne doivent pas mettre des enfants au monde pour donner seulement issue à cet instinct atavique de procréation. Cet instinct existe, bien sûr, mais il doit être compris de manière plus spirituelle ; il faut que la pensée, l’âme, l’esprit participent à cet acte, pour que l’enfant soit lié à un monde supérieur. Dans la majorité des cas, les humains se contentent de la bestialité ; ils mangent, ils boivent, ils procréent comme les animaux, il n’y a rien de spirituel dans leurs actes. L’amour, ça n’a aucune importance, c’est le plaisir qui compte, et donc le côté mécanique peut très bien le remplacer.

Ce sont deux appareils, deux machines qui s’embrassent, il n’y a plus aucun sentiment. L’âme s’en va, l’amour s’en va, et c’est très grave.

Vous voulez que je m’occupe des enfants ? Eh non, c’est de vous que je m’occupe d’abord, et en m’occupant de vous, indirectement je m’occupe des enfants que vous avez déjà et de ceux que vous aurez un jour.

Ecrit à Le Bonfin, le 6 septembre 1978.

Les livres de Omraam retranscrits par Francesca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *