La puissance du sourire

Transmis par Joeliah le 9 – août – 2015

Hans Bergen était grotesquement laid.
Ses voisins du village hollandais de Ide ne voulaient pas avoir affaire à lui. Sa laideur les effrayait et les repoussait, et Hans, jusqu’à sa mort, mena une vie solitaire et de privations.

Les villageois découvrirent alors à leur surprise que Hans avait laissé une fortune de 40.000 euros. Il l’avait léguée à une petite fille, Anne Martin.

Nul ne pouvait comprendre pourquoi. Elle ne lui avait même pas parlé de sa vie entière ; mais quand ils lurent le testament de Hans, ils comprirent.

Anne lui avait souri, une fois !

« Vous Tous », disait le testament, « avez froncé les sourcils ou regardé de l’autre côté quand je passais dans la rue. Mais Anne, quand je l’ai rencontrée un jour, me gratifia d’un
sourire aimable, le seul de toute ma vie ».

****

Pensez qu’un sourire peut faire beaucoup de bien aux personnes qui n’en reçoivent jamais.
C’est une habitude qui fait aussi du bien au corps.

Comme dit Raoul Follereau :

Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup.
Il enrichit ceux qui le reçoivent, sans appauvrir ceux qui le donnent.
Il ne dure qu’un instant, mais son souvenir est parfois éternel.
Personne n’est assez riche pour pouvoir s’en passer,
Et personne n’est trop pauvre pour ne pas le mériter.
Il crée le bonheur au foyer, est un soutien dans les affaires et le signe sensible de l’amitié.
Un sourire donne du repos à l’être fatigué, rend du courage au plus découragé, console dans la tristesse et est un antidote de la nature pour toutes les peines.
Cependant il ne peut s’acheter, ni se prêter, ni se voler.
Car c’est une chose qui n’a de valeur qu’à partir du moment où il se donne.
Et si quelquefois vous rencontrez une personne qui ne vous donne pas le sourire que vous méritez, soyez généreux, donnez-lui le vôtre.
Car nul n’a autant besoin d’un sourire que celui qui ne peut en donner aux autres.

******
A qui avez-vous souri aujourd’hui ?
Vous regardez-vous dans le miroir avec un sourire de plaisir ?
Osez-vous sourire à la vie ?
Et avez-vous déjà pensé à sourire à votre corps, à vos organes ?

Voici un exercice taoiste, offert par Michel Bontemps :

– Installez-vous confortablement, de préférence en position assise, les yeux fermés, et détendez-vous. Sentez vos yeux émettre un magnifique, un radieux sourire.
Par cette simple détente, vous pouvez déjà calmer tout votre système nerveux. – Ce sourire doit bien sûr s’effectuer sans effort. Il s’agit de l’inviter intérieurement, et de le laisser venir et rayonner. Lorsque vous sentez qu’il est là, laissez-le se déverser en pluie depuis vos yeux, et faites-le descendre dans vos organes vitaux.
– Répandez ce sourire dans le visage, et laissez-le entrer dans vos mâchoires. Beaucoup de tensions s’accumulent dans les mâchoires, et une fois que le sourire s’y sera répandu, vous sentirez ces tensions se relâcher.
– Déversez-le aussi dans le palais, partout à l’intérieur de la bouche, sans oublier la langue, puis sur la nuque et dans la gorge.
La nuque, qui est traversée de nombreux nerfs et de vaisseaux sanguins vitaux, assure la liaison entre le cerveau et le corps. Elle est aussi un grand réservoir de tensions. Détendez donc ses muscles, et laissez le sourire circuler…
– Dirigez maintenant votre sourire vers le cœur.
En répandant ce sourire dans votre cœur, et en le remplissant d’amour, vous favorisez une bonne circulation sanguine. Sentez cette belle énergie se déverser dans tout votre système circulatoire.
– Du cœur, laissez maintenant ce sourire gagner vos poumons : sentez-les se décontracter et respirer avec la plus grande aisance.
– Dirigez-le ensuite vers l’abdomen, d’abord dans le côté droit du corps, puis jusqu’aux reins, de part et d’autre de la colonne vertébrale. Laissez-le se répandre dans tout l’abdomen, en passant par la rate et le pancréas, et amenez-le finalement au nombril. Goûtez la sensation de détente et peut-être même de bonheur que vous avez déjà obtenue.
– Revenez à vos yeux et, comme au début, sentez-les rayonner un superbe sourire.

Vous allez maintenant » envoyer » ce sourire dans le milieu du corps. Comment faire ? C’est tout simple :

– Accumulez de la salive dans la bouche, et avalez-la, en sentant que votre sourire l’accompagne : œsophage, estomac, intestin grêle, gros intestin, rectum.
Avec un peu de pratique, vous constaterez que votre digestion en sera facilitée.
– Revenez une fois encore à vos yeux, ressentez votre sourire intérieur, et guidez-le cette fois à l’arrière du corps : colonne vertébrale (veillez à ce que votre dos soit droit et vos épaules légèrement penchées vers l’avant), chaque vertèbre l’une après l’autre (les cervicales, les dorsales puis les lombaires), le sacrum et le coccyx.
Il est fort possible que vous ressentiez alors chaleur et bien-être.

– Pour terminer, ramenez ce sourire au nombril, dans le centre du corps.

Excellent pour maintenir et renforcer l’état de santé de chacun, le sourire intérieur est particulièrement indiqué pour améliorer la circulation sanguine, la fonction digestive, calmer l’anxiété, les peurs, la nervosité, la colère, éviter ou du moins dissoudre les tensions et le stress sous toutes ses formes.
Tout indiqué aussi, vous vous en doutez, pour toutes les situations de mal-être, de manque d’estime de soi, de manque d’amour pour soi.

Sourire à ses organes, se sourire à soi-même, c’est la meilleure façon d’être capable aussi de sourire aux autres, donc de sourire… à la vie !
Plus qu’une technique, une véritable philosophie !

http://michelbontemps.com

Que le bonheur soit !
Joéliah

© 2015, Le Jardin de Joeliah.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *