Lâcher-prise

Source-Duguay2

Par Hugues Lecharpentier : Il y a un proverbe africain qui dit que l’on juge de la valeur de quelqu’un au nombre de ses ennemis.

Dès que l’on devient créateur, on rencontre des oppositions.

Le mental a horreur du changement. Il veut tout contrôler, tout maîtriser.

Le mental de ceux qui nous entourent ne peut accepter que nous changions.

C’est la raison pour laquelle personne n’est prophète en son pays.

Inconsciemment, ce sont ceux qui nous sont les plus proches qui nous mettent les plus fortes oppositions dans l’invisible.

Nous faisons la même chose avec eux. c’est comme cela. C’est la nature humaine. On ne peut rien faire.

Ce n’est pas un problème. Il suffit d’en être conscient.

Et ce qui était un handicap devient un avantage.

En électricité, on sait que plus les résistances sont grandes, mieux le courant passe.

Mais c’est aussi valable dans tous les domaines de la physique.

C’est aussi valable dans la vie.

Plus il y a d’oppositions, de résistances, plus il y a de possibilités.

Si on veut les éliminer en comptant sur sa bonne volonté et son petit ciboulot limité pour trouver des solutions, on s’épuise très rapidement et on se décourage finalement.

Si on les accepte, on devient tout puissant. On obtient tout ce que l’on désire.

Si on reste calme, serein, face aux plus grandes difficultés, l’Univers entier s’incline et se met au service.

Notre job, c’est d’exprimer clairement ce que nous voulons à l’Univers et non de chercher comment l’obtenir.

Le comment, ce n’est pas notre job. C’est le sien.

Si vous appelez un artisan et que vous intervenez sans arrêt pour lui demander si ce ne serait pas mieux qu’il fasse ainsi ou comme cela, il va vite s’agacer et n’aura pas les meilleures conditions pour faire son boulot. L’Univers nous laisse nous dépatouiller tout seul si sans cesse, on lui fait des suggestions.

Ne plus chercher comment, c’est cela le lâcher prise.

Quand tout est bloqué, quand on n’ envisage plus de solutions, on est bien obligé de lâcher prise et l’Univers peut enfin faire son travail en toute tranquillité.

Ce sont nos stress, nos inquiétudes, nos projections mentales désordonnées et surtout l’incohérence de nos actions, le gaspillage d’énergie qui perturbent son travail.

Pour résumer, réjouissons nous de n’avoir aucune prise sur ce qui se passe dans notre vie. Ne nous battons plus contre des moulins à vent, acceptons et remercions que d’autres se chargent de la réalisation de nos rêves.

***

Image Mario Duguay

© 2014, Le Jardin de Joeliah. Merci de citer la source : lejardindejoeliah.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *