Les 10 voleurs d’énergie selon le Dalaï Lama

prendre l energie

Ils sont 10. 10 voleurs d’énergie qui, selon le Dalaï Lama, nous attrapent et nous vident.

Nous ne nous en rendons pas compte, mais nous vivons tellement à l’affût du banal que nous n’écoutons pas ce qui est réellement important.

Prendre de la distance et s’éloigner de ce qui n’est pas nécessaire nous aide à améliorer notre santé à tous les niveaux. La difficulté se trouve dans le fait d’être conscient-e de ce qui est nocif pour marcher vers le lieu qui nous offre une certaine stabilité. Le fameux leader spirituel a alors rassemblé les 10 voleurs qui pompent notre énergie. C’est très intéressant.

Voyons cela :

1. Les personnes abonnées à la plainte

«Laissez parler les personnes qui ne viennent à vous que pour partager leurs plaintes, leurs problèmes, leurs histoires désastreuses, leurs peurs et leurs jugements des autres. Si quelqu’un cherche un endroit pour jeter sa poubelle, mieux vaut que ce ne soit pas votre esprit.»

Les personnes branchées sur le mode de contestation automatique nous épuisent et nous fatiguent. Mettre une once d’énergie dans le fait de soulager les égocentrismes des autres détruit notre essence. Alors, comme on dit, si quelqu’un cherche un endroit pour jeter sa poubelle, mieux vaut que ce ne soit pas votre esprit. Éloignez votre vie de tout ce qui vous éloigne de vous et ne laissez pas les autres vous arracher à vos racines pour aller vers leurs tourments.

2. Les comptes… clairs

«Payez vos dettes à temps. Et profitez-en pour régler vos dettes avec les autres si l’on vous doit quelque chose, ou laissez-le partir, s’il vous est impossible de le récupérer».

Avoir des comptes clairs signifie avoir la certitude que nous ne devons rien à personne et que personne ne nous doit rien.

Les dettes étouffent notre tranquillité. C’est pour cela que nous ne devons pas en avoir pour ne pas avoir à nous cacher ou à avoir honte de ne pas pouvoir respecter un engagement que nous avons pris. Quiconque connaît la sensation d’épuisement comprend qu’avoir des dettes est l’un des plus grands voleurs d’énergie existants.

3. Les promesses en suspens

«Si vous ne l’avez pas fait, demandez-vous pourquoi vous résistez. Vous avez toujours le droit de changer d’opinion, de vous excuser, de compenser, de re-négocier et d’offrir une autre alternative pour une promesse non tenue, même si cela ne doit pas devenir une habitude. La forme la plus facile d’éviter de ne pas se tenir quelque chose est de dire NON dès le début.»

Être une personne de parole est l’une des qualités les plus valorisées et cotées sur le marché des relations interpersonnelles. Cela est sans aucun doute une caractéristique qui va au-delà des simples promesses car elle reflète aussi les bonnes intentions et la considération envers les autres.

4. Ne pas écouter ses intérêts

«Éliminez dans la mesure du possible et déléguez les tâches que vous ne préférez pas faire et consacrez votre temps à faire ce que vous aimez.»

Ne pas déléguer ce qui nous procure de l’aversion et qu’il est possible de déléguer suppose de remplir notre vie d’une négativité non nécessaire.

Parfois, nous ne sommes tout simplement pas en condition de faire quelque chose. Peut-être, même, qu’une autre personne va mieux le faire ou mettra plus d’entrain à le faire. Cela vaut aussi bien dans le foyer que dans le travail. Il y a sûrement des centaines d’options qui garantissent une meilleure condition. Cela garantit un équilibre positif dans nos vies.

5. Ne pas se reposer ni agir

«Donnez-vous la permission de vous reposer si vous êtes à un moment où vous en avez besoin et donnez-vous la permission d’agir si vous êtes dans un moment d’opportunité».

Chacun a son rythme mais il est important de savoir se reposer et reprendre des forces. Ne pas le faire lorsque nous en avons besoin implique de perdre ses forces et de commettre des irresponsabilités qui deviendront des regrets.

6. Le désordre

«Jetez, levez-vous et rangez, rien ne vous prend autant d’énergie qu’un espace mal ordonné et plein de choses du passé dont vous n’avez plus besoin.»

Il y a désordre et désordre. Certains sont plus catastrophiques que d’autres mais au final, nous avons tou-te-s besoin de prendre l’initiative de nous défaire de quelque chose.

7. Ne pas prendre soin de votre santé

«Placez votre santé en priorité, car sans la machinerie de votre corps en train de travailler, vous ne pouvez pas faire grand chose. Octroyez-vous du repos.»

Cela ne sert pas à grand chose d’avoir beaucoup de travail, beaucoup d’argent et beaucoup de patrimoine si nous ne sommes pas capables de prendre soin de ce qui nous soutient : notre corps. Il est essentiel de consacrer du temps à nous détendre, à faire du sport, à bien nous alimenter et à nous connaître.

8. Les situations difficiles

«Confrontez-vous aux situations toxiques que vous supportez, comme sauver un ami ou un proche, tolérer les actions négatives d’un conjoint ou d’un groupe. Prenez les mesures nécessaires.»

Les situations difficiles nous aident à créer des stratégies si nous en prenons les rênes et que nous essayons de les résoudre. Reporter ou ignorer les choses peut provoquer du stress et menacer notre stabilité.

9. Ne pas accepter

«Acceptez. Ce n’est pas de la résignation, mais rien ne vous fait perdre plus d’énergie que le fait de résister et de vous battre contre une situation que vous ne pouvez pas changer».

L’unique moyen de vous défaire des monstres, c’est de les accepter. Accepter qu’il y a des choses que l’on ne peut pas changer est une étape vers le bien-être émotionnel.

10. Ne pas pardonner

«Pardonnez, laissez partir une situation qui vous fait du mal. Vous avez toujours le choix de laisser partir ou non la douleur du souvenir.»

Le pardon sert d’oreiller confortable. Il est probable que la vie nous mette à l’épreuve, et il est donc important de ne pas nous alimenter de rancœurs. Si nous le faisons, nous mourrons à petit feu.

Garder de la rancœur en soi est humain, très humain. Mais pardonner l’est aussi. Et erreur ; on dit que quiconque n’aime pas ne pardonne pas. De fait, c’est précisément l’amour qui est coupable du pardon. L’amour pour l’autre, pour la vie, pour le monde et pour soi-même.

https://nospensees.fr

34 commentaires

  • Ou pas, ces choses là sont de parfaits pansements voire remèdes à certaines de nos problématiques les plus communes, il n’empêche que cela dépend de ce que les personnes ont à vivre. Certains auront tellement de paix en eux qu’ils n’auront pas besoin de vivre dans un environnement rangé et ordonné, ils n’en seront pas perturbés, par exemple

  • Les « grugeurs » d’énergies sont nombreux mais bien identifiés. Sans se priver d’être compatissants nous devons prendre garde aux « émotions -poisons » de ceux qui nous entourent.
    Faire des exercices de méditation renforcie l’esprit et met en veille la domination de nos sens. La mauvaise habitude de réagir à tout ce qu’on entend et voit alors qie tout passe et n’est qu’impermanent (concernant les sentiments, les désirs, les aversions etc. ; ils sont passagers ; pourquoi y réagir ?) L’écoute n’oblige pas de s’en nourrir)
    Comprendre la souffrance de l’autre en voyant ses « poubelles » nous révèle qu’elle a trop accumulé de ces choses qui auraient pu passer si on cherche plus à être qu’avoir. Fuir ce qu’on déteste comme courrir après ce qu’on désire nous font souffrir car nous nous agitons en réagissant sans réfléchir.
    Trop dominé par nos sens : la pluie est bonne (trop ou pas assez est mauvais)autant que le soleil est bon (trop ou pas assez est mauvais). C’est par l’esprit qu’un prisonnier peut « être » heureux et c’est par la domination de ses sens que le riche peut demeurer malheureux.

  • se regarder pensée. .on apprend beaucoup

  • Sujet très intéressant et le recommande à mes contacts
    Votre site est beau

  • C’est beau ! Et c’est profond. Vous parlez vrai et avec le coeur

  • ce sont des principes bouddhique 🙂

  • dalai lama ou pas, ca me fait du bien de lire des choses comme ça.

  • c’est un très bon article, je vous remercie

  • Vraimen exellent merci à vous

  • Ce message arrive au bon moment de ma vie…j en prends note et mets en appication de suite ! Pour ma part, se preserver c est une chose mais sans devenir egocentrique non plus…je souhaite etre toujours presente pour les gens que j aime dans les bons et les mauvais moments ( mais surtout les bons !!! Hihihi). La force c est aussi d aider sans laisser l energie negative nous « penetrer »…

  • C’est la base meme du Bouddisme, Dalai Lama ou pas

  • Et de un le Dalai Lama ne parle pas français mais en anglais.Si le texte est traduit il devrait mentionner au moins l’original et le nom du traducteur.
    Ceci m’a l’air plus d’une interpretation…

  • un autre probleme de notre temps et que chacun veut ns informer de ses reflexions et surtout comment on doit vivre pour vivre heureux ou au moins sans grands soucis. les docteurs nous donnent leurs conseils pour conserver notre sante le plus long possible et comme on le remarque de plus en plus et de jour en jour, les maladies et les malades se multiplient et de plus en plus on doit prendre des pillules pour fonctionner ds notre vie de chaque jour. Les economistes conseillent le monde comment il doit organiser les choses pour bien vivre et tous les 5 a 10 ans ns avons une nouvelle crise econimique mondiale. Comment combattre l’obesite et on devient est de plus en plus obese, comment combattre la depression de nos jours et ns avons de plus en plus des malades psychiques, etc. Si ces conseils du reverent Dalay-Lama etaient vrais, je pense que les gens de son pays devaient etre les plus heureux de tout le monde! est-il ainsi? apres plus de 2milles ans d’avoir ecrit le Decalogue des chretiens, on commis tout le temps les memes fautes! Il parait que la nature humaine est sourde sur le plan moral! pour tjs ma bible scientifique, et morale est le livre d’ Alexis Carell, L’homme cet inconnu.

    • C’est ainsi qu’en 1935, le médecin français dévoile sa part d’ombre avec son best seller, L’homme, cet inconnu (Man The Unknown). Dans cet essai politique, Alexis Carrel a une obsession : la sélection humaine, la perfection de la génétique. Il imagine un régime autoritaire, guidé par une élite intellectuelle, où l’on supprimerait par exemple les handicapés et les meurtriers… obstacles, selon lui, à la « reconstruction de l’homme » ! Cf Par Sarah Lefevre

  • 11. El Dalaï lama y la CIA

  • Je ne peux pas croire que Sa Sainteté le XIV ème DalaïLama ait parlé en ces termes !!!

    • SINQUIN FLORENCE

      Moi non plus, je ne peux pas croire que le Dalaï Lama ait approuvé des commentaires du genre : « Mettre une once d’énergie dans le fait de soulager les égocentrismes des autres détruit notre essence. Alors, comme on dit, si quelqu’un cherche un endroit pour jeter sa poubelle, mieux vaut que ce ne soit pas votre esprit. Éloignez votre vie de tout ce qui vous éloigne de vous et ne laissez pas les autres vous arracher à vos racines pour aller vers leurs tourments. »

      Au contraire dans son livre L’art de la compassion, le Dalaï Lama nous exhorte à l’écoute d’autrui, à l’amour et à la compassion. « Il n’existe pas de méthode secrète pour faire naître compassion et amour bienveillant. Nous devons façonner notre esprit avec adresse, patience et persévérance, jusqu’à ce que notre intérêt pour le bien-être d’autrui s’éveille. » À l’heure de l’interdépendance planétaire, le Dalaï Lama nous invite à développer notre compassion !

      • Ces propos ne sont peut-être pas du Dalaï Lama, mais par expérience ( je suis infirmière libérale), je peux vous dire qu’effectivement, les plaintes, l’égocentrisme vous vident de toute énergie. Quand je termine ma semaine de travail, j’ai besoin d’une journée à ne rien faire pour m’en remettre car la plupart de mes patients sont égocentriques ( certes ils font face à la vieillesse, la maladie, la mort et la solitude). Néanmoins, je constate que mes paroles de réconfort sont inutiles car ils n’écoutent même pas, me coupent la parole. Ils existent à travers leur mal être, leurs bobos, ils ne souhaitent à aucun moment aller mieux, et si un problème se résout, le lendemain, ils en trouvent un autre. Certains en deviennent méchant tellement l’amertume empoisonne leur coeur, et malgré un sourire, l’aide qu’on leur apporte, vous vous prenez des réflexions dans la tête. Alors, oui je suis compatissante sinon je n’aurais pas fait ce métier, mais il y a des limites, et leur situation ne leur donne pas le droit d’être irrespectueux. Alors, oui, je prends de la distance sinon ils m’empoisonnent l’esprit!

      • Je suis tout à fait d’accord avec votre opinion, compassion est ❤️

    • on lui fait dire beaucoup de choses….

    • il faut peut être éviter de confondre sensiblerie et compassion…
      comme disent le chrétiens,charité bien ordonnée commence par soi-même.
      l’énergie que nous ne perdons pas sert aussi aux autres…

  • Domaine Sauvage bio

    Bravo pour ce joli texte , juste et clair

  • Bien aimé cette article , tout est vrai !

  • Grand merci…Je partage sur ma page…

  • Bravo pour cet article que j’ai partage sur ma page facebook

  • Pingback: 10 voleurs d'énergie selon Dalaï Dama - Marie-Christine Savard

  • Danielle Lacroix

    Parfois je ne suis pas certaine de mes actions, de mes réactions, de la direction que je prends et de le lire m’aide à tenir bon dans ce que je crois être le meilleur pour moi. Merci pour ce merveilleux texte.

  • Ce sont vraiment les 10 meilleures choses que j’ai lu depuis un bon moment.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *