Les pleurs, positifs ou toxiques ?

pleurer

Nous pleurons pour différentes raisons, pour quelque chose qui nous a causé beaucoup de joie et que nous aimerions célébrer, pour quelque chose qui nous a déçu ou encore quand nous ressentons du désespoir ou de la frustration.

Pleurer est un acte universel, qui est bon pour nous libérer à certains moments. Ce n’est pas quelque chose que nous avons l’habitude de faire continuellement, cependant nous avons tendance à retenir nos larmes jusqu’à ce que l’on soit seul ou avec quelqu’un en qui nous avons confiance.

Toutefois, les larmes ont aussi leur côté négatif. Par exemple, lorsque les pleurs deviennent la réponse immédiate face à une situation frustrante ou un événement négatif, ou lorsque nous les utilisons pour manipuler et obtenir ce que nous voulons.

Dans ces cas là, nous les utilisons pour autre chose qu’une libération émotionnelle.

Avec tout cela, nous pouvons différencier les pleurs positifs et les pleurs négatifs.Quels sont chacun d’entre eux ?

Les pleurs positifs

«Les larmes versées sont amères, mais plus amères encore sont celles qui ne sont pas versées» (proverbe irlandais)

Ce sont les pleurs que nous essayons souvent de réprimer, que ce soit à cause de la honte ou parce que nous ne voulons pas que quelqu’un nous voit vulnérables.

1. Pleurer pour une douleur

C’est le premier type de pleurs positifs: pleurer quand nous nous sentons blessés par quelque chose.

Cela arrive quand nous perdons quelqu’un, quand nous sommes déçus par quelqu’un, quand on nous utilise, etc.

C’est avec ce type de pleurs, que nous avons tendance à nous éloigner afin d’être seul avec notre douleur.

Nous sommes conscients que nous avons perdu quelque chose et que nous n’allons pas pouvoir le récupérer. Nous avons besoin d’un lieu désert et calme qui nous permette de pleurer pour nous défouler complètement.

2. Pleurer pour des changements

Ce deuxième type de pleurs positifs, se réfère à des changements importants qui se produisent dans notre vie et qui la modifient.

Par exemple, quand nous déménageons, lorsque nous terminons nos études, quand nous changeons d’emploi, quand nous nous marions, quand nous avons un enfant, ou encore lorsque nous trouvons un partenaire, etc.

Il y a beaucoup de bouleversements dans nos vies qui nous provoquent des larmes, et c’est souvent le résultat d’une émotion positive. Ces larmes nous aident à faire face au changement avec succès.

3. Pleurer pour une découverte

Ce troisième type de pleurs positifs est causé par la découverte d’une vérité, que nous ne connaissions pas.

Cela se produit lorsque nous ouvrons les yeux face à quelque chose que nous n’avions pas vu ou que nous ne voulions pas voir.

Parfois, ce moment est accompagné par des larmes, parce que nous avons été aveugle et cette «nouvelle prise de conscience» nous touche de telle sorte que notre réaction est de pleurer.

Les pleurs toxiques

«Les crocodiles versent des larmes quand ils dévorent leurs victimes. De là vient leur sagesse « (Sir Francis Bacon)

Comment les pleurs peuvent être toxiques ? Qu’est-ce que cela signifie ?

Nous allons le découvrir !

1. «Les larmes de crocodile»

Les «larmes de crocodile» (ou les pleurs «manipulateurs») sont celles qui sont utilisées pour changer quelque chose au gré de nos caprices.

Par exemple, quand un enfant veut obtenir quelque chose de sa mère, il utilise les pleurs «manipulateurs». Ils sont également utilisés par des orateurs qui veulent émouvoir leur auditoire.

Soyez prudent avec ce type de pleurs. Nous ne devrions pas en abuser, car nous commencerons à perdre de la crédibilité, chaque fois que nous pleurerons vraiment.

Généralement, il est assez facile d’identifier ce type de pleurs. Les personnes qui l’utilisent n’ont pas de larmes aux yeux, les pleurs cessent immédiatement, leurs visages montrent des expressions feintes, etc.

2. Les pleurs religieux

Ce type de larmes vient des croyances religieuses. Au Moyen-Age, on pensait déjà que les larmes étaient une sorte de cadeau. C’est pour cette raison que la plupart des prières ont été prononcées en pleurant.

Par exemple, durant la Semaine Sainte, les pleureuses sont un bel exemple de ce type de pleurs. Ce sont habituellement des femmes qui pleurent dans la procession pour refléter le regret de la mort du Christ.

Ces femmes étaient souvent embauchées pour pleurer aux enterrements. Il s’agit de fausses larmes, elles ne sont pas vraies et sont utilisées à des fins religieuses.

3. La recherche des pleurs

Parfois, lorsque nous sommes tristes, nous devons chercher quelque chose qui nous oblige à pleurer afin de nous sentir à l’aise et libre de toute cette tristesse.

Par exemple, nous regardons un film ou nous écoutons une chanson qui nous fait pleurer. La négativité apparaît lorsque sans aucune raison, nous cherchons ce qui nous provoque des larmes.

Le fait de pleurer nous submerge dans un état de mélancolie et de tristesse, que nous évitons généralement.

Nous ne devons pas oublier la fausse croyance selon laquelle les pleurs sont positifs chez les femmes et négatifs chez les hommes.

Cette vision qui nous a été culturellement imposée, prévaut encore dans notre société, associée à l’idée que pleurer est un signe de faiblesse.

Cependant, pleurer est une émotion comme toutes les autres et tout le monde a le droit de l’exprimer.

http://nospensees.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *