L’intention au point zéro

energie-guerison

Le point zéro est une expérience magnétique, dans laquelle nous choisissons d’accueillir simultanément, les aspects négatifs et positifs de nos expériences.

En équilibrant les deux polarités en nous, nous choisissons de vivre dans la compassion et l’amour, qui est le seul moyen de sortir du cercle infernal qui consiste à accueillir les charges négatives et à les utiliser, les intégrer pour qu’elles deviennent comme un des pôles d’un élément qui attirera dans votre vie tout ce dont vous avez besoin.

L’INTÉGRATION DES CHARGES NÉGATIVES EST UN PROCESSUS PUISSANT.Voici un exemple : imaginez l’intensité de la charge de la colère accumulée depuis de nombreuses années face à un parent abusif. Si nous pouvions mesurer l’ampleur énergétique de cette colère, nous serions impressionnés par sa force magnétique.

Une fois cette force intégrée, elle devient un pôle négatif formidable, avec lequel nous pouvons agencer un pôle positif équivalent sans avoir besoin de la colère. C’est ce type d’agencement, qui constituera dorénavant, notre pouvoir de manifestation.

Maintenant que nous utiliserons la charge magnétique d’une émotion autrefois troublante et débilitante, pour créer ce que nous voulons au point zéro, nous ne verrons plus la charge négative comme une… chose à combattre, mais bien comme une force créative.

Voici un exemple de mise en pratique :

Vous pourriez par exemple, formuler votre intention :

« je choisis de m’amuser même si je suis fatigué» (ou « tout en étant fatigué »).

En permettant à nos peurs de coexister avec nos espoirs et nos projets au point zéro, nous canalisons cette puissance. En insérant une émotion aussi forte à nos intentions, nous orienterons le pouvoir de la peur de manière à répondre à nos besoins. Le fait de repousser une énergie qui nous fait peur ou nous dérange, ne la fait pas disparaître pour autant, vous l’avez remarqué.

Maintenant que j’ai eu ma déception dans ces expériences, je ne vis plus de contre-coups négatifs.

Il faut bien comprendre, que se mettre au point zéro, ne veut pas dire laisser aller, il s’agit au contraire, de maintenir deux polarités différentes dans le même espace (ACCUEILLIR la coexistence des deux polarités dans le même espace).

Nous n’avons pas besoin de tenir nos faiblesses à bout de bras comme si nous en avions peur… Il faut leur permettre d’exister, en même temps que nos bons côtés.

Les parties positives et négatives coexistent en un tout circulaire.

La personne est animée d’une intention claire au point zéro et se présente devant son adversaire sans faille consciente, et en faisant coexister sa certitude de gagner et sa crainte d’échouer. En choisissant l’intention au point zéro, nous expérimentons l’équilibre du point zéro sans avoir à modifier ni effacer notre passé.

Être au point zéro sous-entend que nous comprenions nos limites humaines, mais sachons les accueillir avec amour. Si vous préférez, c’est l’union de la lumière et de la noirceur, qui peut produire un résultat extraordinaire et puissant (Réunifier nos ombres et notre lumière).

Lorsque vous choisissez d’être intentionnellement au point zéro, comme par hasard, tout à coup, la tension intérieure se dissout et une énergie inusitée et harmonieuse, jaillit en nous. Nous permettons simplement à nos deux émotions de coexister dans le même espace, comme le font les deux pôles d’un aimant, pour créer tout simplement un champ magnétique.

Alors, comment atteindre le point zéro, ou s’en rapprocher, de façon régulière et constante ?

Eh bien tout simplement en utilisant le pouvoir de l’intention.

Chaque matin au réveil, vous pouvez formuler l’intention suivante : « aujourd’hui, je choisis d’être au point zéro, même si je ne sais pas comment ».

Dans la journée, si vous rencontrez des situations frustrantes, dites-vous intérieurement : « je choisis de vibrer à une autre fréquence, tout en étant frustré par l’attitude de untel» ; « je choisis de mettre cette expérience au point zéro, tout en étant irrité par monsieur machin »…

Selon les principes de la physique quantique, chaque fait observé a d’abord fait partie d’une série de choix possibles.

C’est à la suite du choix de l’observateur qu’une de ces possibilités s’est réalisée. Toutes les autres possibilités, qui n’ont pas été choisies, continuent d’exister dans d’autres univers parallèles. Une fois la décision prise, nous entrons dans une séquence infinie de causes et d’effets. Chacune des possibilités latentes possède une fréquence spécifique.

Les personnes dont les intentions sont percutantes ont d’emblée une vision très claire de ce qu’elles veulent et de ce qu’elles sont, car leur vision est alignée sur la fréquence de leur essence.

L’INTENTION MAGNÉTIQUE EST IMPORTANTE.

Pour créer une intention magnétique efficace, il faut d’abord identifier notre souffrance ou notre faiblesse, c’est-à-dire l’état dans lequel nous avons le plus tendance à activer nos anciens programmes. Ensuite, nous devons inclure cet état dans la formulation de notre intention.

Voici un exemple :

« Je choisis d’obtenir un horaire et un itinéraire approprié, tout en doutant que ce soit possible en raison de telle ou telle circonstance» .

Une fois de plus, le fait d’intégrer ces deux pôles, a pour effet de magnétiser l’intention consciente et de la rendre efficace.

Formuler une intention sur le modèle dualiste sert aussi à l’ancrer dans le quotidien, ici-et-maintenant. (Ici-et-maintenant, être présent à l’inconfort sans vouloir le faire disparaître).

Si j’arrive à rester présent à mon inconfort, sans vouloir le supprimer, mais en cherchant simplement à l’apprivoiser et à le connaître, je peux ensuite l’utiliser comme pôle négatif, dans l’intention que je formulerai. Ce qui veut dire qu’au lieu de me sentir négatif ou impuissant, je pourrais utiliser ma vulnérabilité comme le pôle négatif de mon intention, je l’intégrerais à ma commande sans la juger. En agissant ainsi, je me libère du mode de pensée polarisé et je rentre dans un processus qui n’est plus linéaire mais circulaire ou global, et qui appartient à la dimension quantique.

La vraie beauté, le vrai pouvoir, viennent de l’équilibre entre notre lumière et notre ombre.

Reconnaître la dualité d’une intention grâce à la formule « je choisis… tout en… » hé ! l’intention colle comme un aimant à la porte du réfrigérateur.

La première partie, celle qui suit « je choisis » exprime le nouveau programme que nous voulons installer, tandis que la seconde, celle qui suit « tout en » exprime la faiblesse, le programme inconscient que nous souhaitons remplacer (« je choisis… tout en… ou même si… »).

En formulant vos intentions de cette manière, vous ne pouvez pas manquer de les rendre efficaces et magnétiques, et vous constaterez à coup sûr leurs effets dans votre quotidien.

Voici un exemple :

« Je choisis de m’aimer tout en accueillant la situation déplaisante que je vis actuellement ».
« Je choisis que ce travail soit facile et reposant, tout en doutant de ma compétence en ce domaine ».
« Je choisis d’être heureux, même si je ne sais pas comment ».
« Je choisis de faire confiance à mon corps, tout en acceptant mes souffrances et ma maladie ».
« Je choisis d’être compétent, tout en manquant de confiance en moi ».
« Je choisis que tout le monde gagne dans ce conflit, tout en étant têtu ».

Une fois l’intention formulée, il faut laisser aller l’effet, la forme, dans laquelle la cause, l’état souhaitent se manifester.

Travailler avec la cause/état d’être plutôt qu’avec l’effet/forme, nous emmène vers un nouveau paradigme, situé au-delà des limites créées par nos expériences passées.

Je pourrais décider que lorsque je vis une expérience intime aussi, « je choisis que cette personne vibre sur la même fréquence énergétique que moi, même si je ne sais pas comment ». Ce pouvoir magnétique, attirera vers moi quelqu’un, n’importe qui, mais qui sera parfaitement aligné sur ma fréquence. Il n’aura pas nécessairement l’apparence ou le genre que j’aurais imaginé.

Dans un couple, par exemple, dès qu’un conflit survient, nous pouvons choisir que notre couple soit protégé tout en accueillant la puissance de notre colère. « Je choisis de communiquer facilement dans l’intimité même si je ne sais pas comment ».

En voulant combattre la réalité, le trait rouge, au lieu de changer de voie nous ne faisons que le renforcer, car pour contre-carrer ses effets nous avons besoin d’une craie d’une autre couleur. Plus il y aura de gens qui dirigent leur vie en utilisant le pouvoir de l’intention, plus il y aura de rayons de différentes couleurs sur notre tableau et moins le trait rougit du désespoir mondial sera prédominant.

Grâce à nos décisions individuelles et respectives, nous amplifierons la fréquence du libre arbitre et notre tableau comportera toutes sortes de nuances qui coexisteront, au lieu d’être dominées par une seule fréquence désespérante.

Donc tous les matins, vous pouvez vous dire :

« je choisis qu’il y ait du mouvement dans ma vie tout en accueillant ma résistance »

« aujourd’hui je choisis de vivre pleinement l’expérience humaine, même si je ne sais pas comment ».

Utilisons le poids de nos frustrations dans nos commandes. En effet, les programmes par défaut, ce n’est pas ce qu’il faut.

Nos relations affectives peuvent modifier également notre code génétique, pensez-y.

« Je choisis de faire confiance, tout en éprouvant de l’angoisse ».

En observant notre vie, sans la juger, nous comprendrons mieux les schémas trans-générationnels qui nous ont été transmis en héritage (Observez votre vie et celle des autres sans la juger, ni mettre des « étiquettes » pour rester au « point zéro »).

Il faut bien penser que nous sommes attirés par des personnes qui portent les mêmes types de blessures que nous.

Si le corps émotionnel est surchargé d’émotions stagnantes, le corps va essayer de relancer le mouvement en provoquant une inflammation ou de la douleur. Le blocage se transmettra sans faute au corps physique. Il vaut mieux rester avec nos émotions comme le ferait une sage-femme auprès d’une patiente en couches. Avec patience, elle reste à ses côtés, en sachant que ce travail laborieux sera couronné par une naissance. Nos crises émotionnelles ont le pouvoir de transformer notre vie. Elles peuvent être de merveilleux passages.

Rien ne nous empêche de choisir d’avancer vers notre plus grand bien en nous servant de la force de nos déceptions passées ou de nos regrets.

Nous pouvons choisir de pardonner tout en éprouvant de l’amertume et de la colère :

« Je choisis de pardonner tout en éprouvant de l’amertume et de la colère ».

Nous n’avons pas besoin de changer ou de nous défaire de nos émotions. Nous pouvons utiliser un sentiment qui nous semble dérisoire pour créer avec une intention précise.

A propos du moment présent et de la réaction antérieure, la commande inconsciente de l’enfance, y avez-vous pensé, chaque fois que mon père me rendait visite, j’avais remarqué que je tombais dans un état tout à fait différent de mon état normal… Un jour j’ai choisis de rester adulte pendant nos rencontres, même si je ne savais pas comment, et j’ai fini par pouvoir être en présence de mon père sans retomber dans un état puérile, alors qu’auparavant, nous reproduisions tous deux nos comportements de l’époque de mon enfance.

« Je choisis d’être au présent et en sécurité dans les situations de stress, tout en intégrant la violence mentale et verbale que j’ai connu quand j’étais petit ».

Il s’agit donc de travailler avec des intentions conscientes plutôt que des intentions par défaut(remplacer les intentions « par défaut » par des intentions conscientes).

Nous nous trouvons alors en mode d’accueil. Nous accueillons tout ce que nous sommes et acceptons tous les aspects de notre personnalité (accueil et acceptation). Nous ne cherchons plus à faire disparaître tel trait de caractère, telle blessure, nous acceptons tout ce qui forme l’étoffe de notre être. Nous créons peut-être en incluant notre ombre, de faire des choix négatifs, mais le but n’est pas de se polariser d’un côté ou de l’autre.

COEXISTENCE DES DIFFÉRENTS NIVEAUX D’EXPANSION.

Si on retranche l’aspect négatif d’un événement heureux qui provoque une expansion, celle-ci se trouvera entravée. En effet, lorsque le pôle négatif d’une émotion n’est pas intégré au sentiment d’expansion, il freine cette expansion. C’est comme si l’enfant turbulent que vous avez omis d’inviter à une fête protestait en faisant un boucan d’enfer. Il gâchera votre réception, si vous ne vous en occupez pas.

Voici maintenant quelque chose par rapport à l’amour de soi au point zéro.

Chaque fois que votre regard s’arrête sur un aspect qui vous contrarie, émettez l’intention d’aimer cette partie, tout en ayant envie de la critiquer et ainsi de suite. Ayez de la compassion envers vous-même. Pour apprivoiser nos émotions nous devons rester présents à leur charge négative : « Je choisis d’exprimer ma force tout en restant avec la partie de moi qui souffre en ce moment ».

Dès que nous reconnaissons un aspect de notre expérience humaine « peur, ennui, colère », et que nous décidons de le faire coexister avec le reste de notre vie, plutôt que de nous en débarrasser, non seulement il cesse de poser problème, mais nous ne cherchons plus à nous en délester au plus vite.

« Plus je m’accompagne, plus je peux accompagner mes enfants sans m’ingérer dans leur vie. Et plus j’éprouve de l’empathie et de la tolérance envers les autres, plus j’ai envie de prendre soin de notre planète ».

S’accompagner soi-même, est bien plus important que de changer autrui.

Pour pouvoir créer des intentions efficaces, nous devons d’abord être en mesure de rester présents à notre partie vulnérable. Cela présuppose aussi de l’accueillir et de rester présent dans notre corps plutôt que de la fuir.

Nous avons tendance dans les moments inconfortables, à nous dissocier de notre corps. Ce mécanisme de fuite s’apprend dans l’enfance, car dans cette période de notre vie nous ne sommes pas très solidement ancrés dans notre corps et il nous est facile de perdre le contact avec lui. Cependant, une fois devenus adultes, nous ne pouvons pas être présents à notre vulnérabilité si nous sommes dissociés de notre corps.

On peut choisir de rester dans sa propre fréquence, tout en la faisant coexister avec celle de l’autre.

Utilisons chacune de nos frustrations pour commander au point zéro l’amplification de notre fréquence personnelle et ainsi choisir la fréquence sur laquelle nous souhaitons communiquer.

Des conjoints à qui je demandais comment ils arrivaient à se parler sans se blesser quand ils n’étaient pas du même avis, m’ont répondu qu’ils s’alignaient sur la même fréquence, tout simplement.

Ainsi leurs opinions divergeant mais ne perturbaient pas leurs taux vibratoires. Ils arrivaient à se comprendre à un niveau vibratoire fondamental, ce qui atténuait leurs discordes mentales ou émotives.

En optant pour un mode de communication vibratoire, nous émettons des ondes qui sont en harmonie avec celles de nos interlocuteurs.

Si nous recherchons ce type d’échanges vibratoires, nous saurons comment réagir dans une situation déséquilibrée, soit en interrompant l’échange, soit en le poursuivant.

Parlons un peu de l’amour de soi.

Pour s’aimer, il faut avoir des frontières. Sans frontières, nous sommes portés à nous occuper des autres, plutôt que de nous-même. Or, le processus de l’amour de soi est un processus personnel qui exige que nous émettions la fréquence de notre essence individuelle. Ceci ne veut pas dire que nous ne nous occuperons plus des autres, mais nous le ferons en faisant vibrer notre fréquence personnelle, plutôt que de mêler notre taux vibratoire essentiel à celui des autres (ou de l’autre). Parfois il peut être nécessaire de choisir de clore notre bulle, même si on ne sait pas comment.

Travailler sur vous-même pour aider vos enfants.

Un bon nombre de parents ont choisi de travailler sur eux-mêmes plutôt que ces derniers. Ils ont renoncé à les critiquer, pour effectuer plutôt un travail personnel. En faisant cela, ils ont obtenu des résultats spectaculaires avec leurs enfants.

Nous pouvons choisir de nous aimer nous-même, au sein d’une relation intime, tout en acceptant que notre blessure soit réveillée par notre conjoint.

La meilleure prière est la suivante :

« je bénéficie d’un accompagnement infini de façon infinie ».

Pour nos besoins il faut émettre l’intention de nous occuper de nos besoins, même si nous ne savons pas comment : « Je choisis de vivre en harmonie avec mes besoins, même si je ne sais pas comment, à partir d’aujourd’hui ».

Donc la prochaine fois que vous serez en colère ou démoralisé, respirez, ressentez votre émotion puis commandez, au point zéro, que sa puissance amplifie la fréquence de votre essence. Ensuite, attendez et regardez ce qui se passe autour de vous au cours de l’heure qui suivra.

Parmi toutes les possibilités quantiques qui existent, il y a des réalités qui vibrent à la même fréquence que notre essence. C’est en choisissant ces réalités-là que nous pourrons être vraiment heureux. Étant donné que nos choix influencent, influent sur la réalité, commandez des situations qui vibrent en harmonie avec votre essence, même si vous ne savez pas comment.

Il est essentiel d’émettre l’intention d’être en sécurité vibratoire, même si nous ne savons pas comment. Nous pouvons nous libérer de la dualité qui existe entre nos différentes incarnations et la placer au point zéro (« Je me libère de la dualité de mes différentes incarnations et je les ramène toutes au point zéro »). Toutes les vies sont simultanées et sont en fluctuation quantique. Tous les choix que nous n’avons pas faits, continuent d’exister dans des univers parallèles.

Nous pouvons donc contacter la signature vibratoire de notre essence par le biais de l’intention et envoyer cette onde vers notre âme centrale

L’HYPOTHALAMUS.

Je vais vous parler de l’hypothalamus et de l’ascension consciente.

L’hypothalamus produit continuellement des neuropeptides, qui sont les molécules des émotions, ce sont des petites chaînes d’acide aminé qui varient au fil de la journée en fonction du type d’émotions ressenties.

L’hypothalamus s’adapte à notre style de pensée et régule la quantité et le type de peptides qui sont libérés en fonction de la vibration particulière de chaque émotion. Si nous sommes en colère, par exemple, il va libérer un grand nombre de peptides qui sont liés à cette émotion et diminuera en proportion la production des autres sortes de peptides.

Grâce au pouvoir de l’intention au point zéro, nous pouvons ré-éduquer notre hypothalamus pour qu’il puisse sécréter des peptides qui correspondent à la vibration de notre essence.

L’hypothalamus régit la thyroïde, l’hypophyse et l’épiphyse.

Il remplit une fonction de relais entre le corps physique et l’âme centrale.

Cette mini-formation est issue du livre « Essence » de Kishori Aird.

Enfin, je voudrais également vous dire que si vous souhaitez pratiquer l’intention au point zéro, vous pouvez tout simplement, chaque soir, avant de vous endormir, demander à ce que toutes les situations de votre vie soient remises au point zéro pendant la nuit, simplement en émettant cette intention :

« je demande que pendant mon sommeil, les situations de ma vie soient ramenées au point zéro».

Manuel Sperling

Pour mieux comprendre ce qu’est le point zéro en vidéo, vidéo intégrale et gratuite sur www.bouger-la-vie.com le site de la conscience en harmonie tout en vidéos

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source: http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *