Animal Totem le cobra : symbolisme

Animal Totem le cobra : symbolisme

Pour Nicki Scully, auteure de Méditations de l’animal pouvoir, Voyages chamaniques avec les alliés esprits (1991 et 2001 pour l’édition originale ; Guy Trédaniel Éditeur, 2002),

« Le Cobra est la personnification d’une force, d’une intelligence. En Égypte, il était appelé Buto ou Uatchet (aussi Udjat). Uatchet signifie « l’éveilleur ». Le Cobra représente la plus haute forme d’énergie et de sagesse ophisienne en Égypte. On voit le Cobra sur la couronne du Pharaon, représentant la Basse-Égypte, et le Soi Bas, ou Caché, qui est le subconscient, ou l’inconscient.

L’uraeus, une couronne d’or avec un Cobra au troisième œil, est un symbole mystique indiquant que celui qui le porte a passé par l’initiation du serpent, et est un être éveillé. Certaines couronnes comportent deux serpents. cela signifie une autre initiation équilibrant les deux moitiés polarisées de l’énergie du serpent. quand il était sur la tête du Pharaon, l’uraeus était censé cracher du feu sur les yeux des ennemis du souverain.

En Égypte, Uatchet, en tant que serpent de l’uraeus, était un hiéroglyphe signifiant « déesse », et « Uraeus » devint par la suite l’un des noms secrets du dieu les plus souvent mentionnés sur les anciens papyrus et dans les textes médiévaux. La déesse de la naissance et la déesse de la mort, Isis et Nephtys, avaient pour signe le double serpent, mère de la vie et de l’après-vie. Elles pouvaient aider l’âme seulement dans les parties de l’infra-monde habitées par les déités ophisiennes.

En tant qu’allié guérisseur, le Cobra est puissant et indispensable. Il a la capacité de dévorer les maladies en mangeant les tumeurs et autres virulents agents pathogènes parce que les serpents ne sont pas vulnérables aux mêmes maladies que nous. A mesure que vous développez votre relation avec ce nouvel allié, demandez-lui quand il est approprié d’utiliser son pouvoir de cette façon; Il convient aussi de noter que le venin du Cobra est utilisé pour la confection de nombreux remèdes.

Quand le moment est venu d’offrir un présent au Cobra, vous avez l’occasion de lui donner quelque chose qui ne vous est plus d’utilité, quelque chose que vous ne voulez pas, comme une maladie, ou une habitude négative. Veillez à choisir quelque choses que le Cobra est désireux de dévorer immédiatement.

La première fois que vous entreprenez ce voyage, la kundalini, représentée par un serpent lové à la base de la colonne vertébrale, est éveillée e se dresse. En conséquence, le robinet du courant d’énergie spinale est ouvert, vous permettant d’accéder à l’énergie de la force vitale universelle, pour la guérison. Votre cœur est connecté à votre Soi Supérieur, tandis que la Cobra creuse un canal direct entre votre cœur et la conscience cosmique.

Il y a souvent une atmosphère de peur qui entoure l’éveil de l’énergie de shrî kundakinî. Certains craignent de perdre le contrôle, quand cette grande énergie s’éveille et s’élève, s’il n’y a pas une préparation suffisante du mental et/ou du corps. Le Cobra catalyse l’accroissement d’ouverture et d’expansion qui dépend de la préparation de chaque personne passant par cette initiation.

Il faut avoir à l’esprit que certaines initiations ne conviennent pas à tout le monde, à tout moment ; aussi, si une intuition vous dit d’attendre, écoutez-la. Vous saurez quand c’est le bon moment – quand vous serez prêt, psychologiquement et physiquement.

Le serpent est le centre de votre force vitale, comme le Nil est le courant spinal et l’Égypte (et symboliquement, de la planète, comme tous les grands fleuves sacrés). Cet éveil n’est pas quelque chose de nouveau que l’on puisse obtenir, mais une partie intrinsèque dont vous commencez à prendre conscience, et que vous pouvez commencer à utiliser. Le canal qui est ouvert dans votre colonne vertébrale s’élargit avec l’usage. Il cause le renforcement et l’agrandissement de tous les chakras et du système aurique. Tous deviennent plus hauts et plus larges. Par votre intention, vous pouvez faire venir l’énergie éveillée dans vos mains, pour guérir. Plus vous la dirigez de cette façon, plus elle devient forte.

Il est bon de jeûner vingt-quatre heures avant de faire l’expérience du Cobra pour la première fois. Si vous n’avez pas d’occasion de jeûner, buvez beaucoup d’eau au cours des vingt-quatre heures qui précèdent, et évitez de voyager juste après le repas.

Cette initiation du Cobra demande de la force et de l’endurance. Une fois que vous avez fait ce voyage, vous pouvez le pratiquer comme méditation chaque fois que cela vous semble approprié.

Le Cobra sera toujours avec vous !

Le Voyage du Cobra fait partie des « Voyages d’éveil. Ces voyages éveillent votre potentiel pour une conscience étendue, ouvrent les portes pour laisser entrer une nouvelle compréhension dans votre conscience. savourez ces moments, et continuez à pratiquer ces voyages comme des méditations, pour catalyser encre de l’action et de la croissance dans votre vie.

Voyage du Cobra

[Asseyez-vous jambes croisées, croisant vos bras contre votre poitrine aux poignets, votre main droite sur le chakra du cœur. gardez votre colonne vertébrale aussi droite que possible. Je parlerai du serpent au féminin, parce que dans ce travail, il s’agit d’un être féminin.

Utilisez l’alchimie pour aller à Thoth….

Thoth vous aidera à rentrer dans votre corps, encore dans un état altéré, léger, pour que vus puissiez expérimenter l’initiation de l’intérieur de votre forme physique et avec toutes vos sensibilités corporelles… ]

Le Cobra vient par derrière. On entend d’abord son sifflement. votre corps fourmille tandis qu’il prend conscience de la présence de ce serpent…

Saluez la Cobra… Vous pouvez sentir la résonance dans votre colonne vertébrale tandis qu’elle se glisse sur le sol. Cette Cobra est très grande, peut-être 10 cm de diamètre et 6 m de long. Elle tourne au côté droit de votre corps, grimpe le long de votre jambe droite, et passe, par votre bas-ventre, à la jambe gauche. Regardez-la dans les yeux quand elle passe devant vous. Soyez attentif à a sensation quand la Cobra rampe sur votre peau – elle est extrêmement sensuelle. Notez la marque sur sa tête quand le capuchon est déployé – il le sera tout au long du voyage.

En serpentant, la Cobra redescend sur le sol, derrière vous. Quand vous la sentez s’approche de votre premier chakra à la base de votre colonne vertébrale, resserrez vos sphincters une seconde. Quand vus relâchez, la Cobra mord votre premier chakra, ses dents traversant votre « racine », jusqu’en terre. Vous avez la sensation que le fond de votre être s’ouvre et se désintègre presque dans la terre, vous connectant à tout son pouvoir. La Terre vous accueille. Vous lui êtes ouvert, et vous vous sentez uni(e) avec elle. Tandis que que vous vous désintégrez, la connaissance profonde de l’élément terre est absorbée en vous au moyen de ce processus de fusion… [Longue pause...]

Cette connexion semble infinie, et le serpent se met à grimper sinueusement sur le côté droit de votre corps, se lovant…

Quand elle atteint encore votre colonne vertébrale, elle est derrière vous dans la région du deuxième chakra, le chakra « génital ». Ici, la Cobra semble se diviser en deux corps, avec deux têtes. Vous avez la soudaine sensation d’être sous l’eau quand la Cobra entre dans votre deuxième chakra et traverse tout droit votre corps, sa tête s’arrêtant à votre bas-ventre. Pendant votre immersion, vous êtes dissous, et vous pouvez faire l’expérience de la connaissance et de l’intelligence la plus profonde, de l’eau qui coule, infusée dans chaque aspect de votre être… Il y a une profonde compréhension de la fluidité, des émotions, de la compassion et de la sensibilité psychique… [Longue pause…]

La Cobra continue à serpenter autour de votre corps. Quand elle s’approche encore et traverse votre dos, elle passe par votre chakra du cœur et continue à faire ses plis. Comme elle approche de la partie antérieure de votre corps, elle ouvre sa bouche et avale vos mains, vos poignets, et votre cœur. Et elle continue de passer autour de votre corps, montant en spirale. Vous pouvez pendant ce temps avoir un sentiment de solitude, un sentiment d’envie et de recherche. Reconnaissez juste vos sentiments tandis que la Cobra continue.

Quand elle arrive derrière vous une fois encore, elle est à votre chakra du cou. A nouveau, la Cobra mord. Là, vous sentez les vapeurs, le feu et l’eau combinés pour créer de la vapeur et de la brume. L’air tourbillonne autour de vous, et vous avez peut-être le vertige, un étourdissement, une impression de vacuité dans votre crâne. Votre mental s’élargit tandis que les vents soufflent librement dans tout votre être, vous réduisant en morceaux, qu’ils éparpillent aux lieux les plus éloignés des quatre directions cardinales. Chaque particule est maintenant combinée avec un sentiment d’unité et de communion, et vous apprenez la signification la plus profonde de l’élément air… [Longue pause]

La Cobra entre par votre nuque, où elle vous mord, et monte dans votre tête. Quand elle atteint la région centrale de votre cerveau, elle crache un cristal qui a la forme de la marque qui est sur son front. Elle la plante là, la surimposant à la glande pinéale.

La Cobra est dans sa position finale, elle siffle. Vous pouvez entendre le sifflement, le sentant comme une vibration d’un son profond derrière vos oreilles, comme si vous entendiez des cymbales ou un son aigu à l’intérieur de vos oreilles. Tandis que le son continue, le sommet de votre crâne a une sensation mouvante, chatouillante, vibrante, dans laquelle vous sentez s’ouvrir votre chakra du sommet du crâne…

Le cristal que la Cobra a planté commence à briller et à étinceler à l’intérieur de votre tête, créant une abondance de lumière. Tournez vos yeux vers le haut et vers l’intérieur, vous centrant sur le sommet de l’arrière de votre tête. Il y a là neuf cobras, épanouis, et créant l’image d’un éventail derrière vous et au-dessus de vous.

Votre chakra du cœur est grand ouvert. Un fort lien est apparent entre votre chakra du cœur et celui du crâne, générant des sentiments d’amour intense et une connexion avec toute la vie et le cosmos. Là se trouve la compréhension entre le cœur et le Soi supérieur. La Cobra continue de siffler pendant tout cet état bienheureux. La sensation qui prévaut dans votre corps, est un grand amour, une grande chaleur, et l’unification avec l’univers entier. Vous êtes empli d’un sentiment de plénitude, tandis que le serpent continue à siffler. Tenez-vous à vos idées les plus élevées de sagesse et d’amour durant cet état élargi. Prenez note de toutes les visions, formes et couleurs qui apparaissent…

[Longue pause]

Quand cette harmonisation est achevée, la Cobra arrête de siffler. Elle commence à se dérouler et elle se glisse dans votre tête et sort par votre nuque, se dépliant en quittant votre corps, glissant le long de votre peau. Remarquez la sensualité de la sensation.

Quand elle s’est complètement dépliée, elle vient devant vous et vous fait face, les yeux dans les yeux. Vous pouvez faire une offrande, choisir quelque chose que vous ne voulez plus, comme une habitude que vous avez voulu abandonner, une attitude qui ne vous sert plus, ou quelque chose de négatif qu’elle est prête à dévorer. Demandez-lui d’abord su votre choix est approprié…

La Cobra a un autre message pour vous, et il se peut que vous ayez des questions à lui poser. Prenez le temps dont vous avez besoin pour les poser à ce puisant allié.

Discutez de votre expérience avec Thoth…

Thoth vous tapotera le crâne pour vous ramener dans votre conscience ordinaire. Veillez à bien vous enraciner et vous centrer… Vous pouvez réorienter tout énergie en excès, en la faisant sortir par les paumes de votre main.

https://www.luminessens.org

(Visited 1 073 times, 2 visits today)

One thought on “Animal Totem le cobra : symbolisme

  1. Le bon serpent, et le mauvais :
    (commentaire un peu long… Mille excuses d’avance)
    « Kâna el-insânu hayyatan fil-qidam. » (« L’homme fut serpent autrefois. »), nous rappelle une expression arabe.
    Certains, encore aujourd’hui, parlent de « reptiliens » dirigeant la terre en gardant les humains dans l’ignorance. Un terme, évidemment, à prendre au sens figuré et non au sens propre.
    L’antiquité a donné un grand rôle au serpent.
    Tout le monde connaît la légende biblique du serpent et de la pomme, mais personne ne sait comment cette histoire a été inventée. Dans l’original du livre fameux, cette histoire n’existe pas. Elle a été introduite dans la version grecque faite deux siècles avant notre ère, on ne sait par qui, quoique l’on nous dise qu’elle fut faite par 70 docteurs, d’où son nom de Version des Septante. Il s’agissait de cacher sous un langage équivoque un épisode se rapportant à la vie sexuelle. L’original disait brutalement que l’ardeur sexuelle, qui régnait dans toute la nature, tourmentait les hommes.
    Le serpent, animal rampant (ancien emblème de l’homme pervers), symbolise ce qui est bas, lâche, vil.
    Satan est souvent appelé en grec διάβολος, le détracteur ou l’accusateur, d’où on fait le « Diable ». Dans l’Apocalypse, il s’appelle aussi le « Dragon », le « Serpent » ; on sait que, dans le symbolisme, le dragon c’est l’antiféminisme.
    N’est-ce pas l’Archange Saint Michel (à figure de Femme) qui, à la fin des temps, doit remporter la victoire finale du Bien sur le mal, en terrassant Satan représenté par un dragon ?
    « Satan » c’est le détracteur de la femme, son éternel calomniateur, parce que perpétuellement il lui attribue sa nature, ses vices, ses fautes. La marque du « démon » est de prendre toutes choses à rebours. Et, lorsque toutes les valeurs sont inversées, un « monde » devient un « démon ».
    On représenta par les deux serpents du caducée les deux aspects du pouvoir de l’homme : le Roi, le Prêtre. Ensemble, mêlant la force à la ruse, ils vont torturer l’humanité… serpents qui, entourant la terre, enserrent le monde matériel et humain dans une venimeuse limite.
    Le caducée est un des attributs du dieu Hermès. Précisons que « Hermès », est le nom générique des prêtres égyptiens qui sont venus, dans le cours des siècles, jeter le voile du mystère sur toutes les antiques vérités. Dans chaque pays on trouve un terme générique pour désigner la fonction nouvelle (sacerdotale) que l’homme va prendre : chez les juifs il y aura le « Lévite » et le « Kohen » ; on trouve également certains personnages légendaires, qui n’ont aucune réalité historique, mais qui servent à donner un fondateur à un dogme nouveau : en Perse il y aura Zoroastre (Zarathoustra), aux Indes Vyâsa et les Grecs inventeront la légende d’Orphée.
    « Hermès » est l’emblème de la parole qui crée et interprète tout, dit Eusèbe. Il va interpréter en effet, mais si sa parole crée, ce ne sera que l’erreur. C’est ainsi que le mot « révélation » qui est le mot consacré par les religions, a une signification contraire à celle qu’on suppose : il veut dire « re-voiler » et n’a été employé que par les « Hermès » qui ont caché la science, qui l’ont voilée, puis re-voilée sous de nouveaux symboles, et c’est alors qu’ils l’ont imposée au peuple. Le mot propre, que nous devrions employer, est « dévoiler ».
    Pour imiter la Déesse Hygie, « Hermès » prétendra guérir, et le caducée sera le symbole de sa médecine, celle qui tue, à l’instar de celle du « lobby pharmaceutique » actuel : votre mauvaise santé est la garantie de ses profits et de sa toute-puissance.
    « Hermès » représente aussi l’argent, les transactions commerciales ; il fait de la science un commerce, du temple un marché. Il est le Dieu des voleurs en attendant Mercure qui l’imitera ; aussi, fait de la religion une affaire et, en même temps, un privilège qu’il veut garder pour lui et ceux qui le soutiennent.
    « Hermès » a changé plusieurs fois de nom, de religion, passant de la doctrine aux dogmes, de l’idéologie au système, de religieux à laïc, ou d’un lieu géographique à l’autre, mais, opportuniste et rusé, « Il » est toujours là aujourd’hui, et ses « réseaux » sont puissants.
    Comme les femmes ont comparé l’homme vil, qui les attaque lâchement, au serpent, Hermès appelle le serpent le plus spirituel de tous les êtres ; il symbolisait pour lui la Sagesse et la Perfection Divine et représentait la Régénération et l’immortalité de l’âme.
    Aussi, le « diable » est assurément fort habile, mais pourtant il ne peut jamais s’empêcher d’être ridicule par quelque côté !
    Les dégénérés ont fait du serpent une divinité qu’on adore.
    Le serpent, l’homme vil, a mille noms. Chez les chinois, c’est Kong-Kong (ou Gong-Gong), à la face d’homme et au corps de serpent, qui détruit l’humanité par ce grand cataclysme moral dont la symbolique a fait un déluge universel, quand on a tout caché sous des allégories.
    Ce soulèvement, provoqué par l’invasion de la barbarie des hommes forts, des brutes, dans le monde régi par des femmes, est devenu une grande inondation parce que, dans le symbolisme antique, on représentait l’Esprit de Vérité par le feu qui brille, par la torche qui éclaire, et l’erreur qui est son contraire par l’eau qui éteint le feu ; l’eau, symbole de l’ignorance qui éteint les lumières, devient le domaine du dieu mâle, Poséidon ou Neptune, et on créé le baptême par l’eau, par opposition à la purification spirituelle par le Feu : en Grèce, on a le déluge d’Ogygès, celui de Deucalion et de Pyrrha ; en Scythie, celui d’un autre Deucalion ; chez les Hindous, celui de Satyavrata ; chez les Mexicains, celui de Coxcox ; chez les habitants de la Floride et les Apaches, celui de Massou ; les Frisons appartiennent à la race « de la chute de l’homme » ou « Déluge de Lao », que quelques symbolistes font remonter à 12.000 ans environ avant le submergement de l’Atlantide ; le déluge des Brahmanes fut appelé Dinapralaya. La légende du déluge universel a inspiré Raphaël qui nous a montré les hommes dans l’eau cherchant à y entraîner les femmes. Donc, à son époque, on savait encore ce que signifie le symbolisme.
    En Egypte, le serpent, symbole du mal et des ténèbres, c’est Apophis, l’adversaire de la grande Déesse Séti (Apophis, en grec, ou Apofis, en égyptien, est une inversion du mot « Sophia », la Sagesse en grec, « Sofet » en égyptien) ; une fois son culte supprimé et ses images détruites, quand on parlera encore de Séti, ce sera pour la ridiculiser sous le nom de Soutekh, personnalité féminine honnie, avilie, ou sous celui de Sekhet à tête de lionne que surmonte le disque du soleil, son ancien emblème qu’on n’a pas encore supprimé, mais on y ajoute le serpent, et alors on l’appellera Set, d’où Satan, et sous ce nom elle va représenter l’homme perverti. Et la grande Isis, après avoir représenté le soleil, représentera la lune qu’on lui mettra entre des cornes de vache et, comme Séti, portera sur son front le serpent d’or, l’Uræus, qui avait servi à représenter l’homme pervers.
    Nous trouvons aussi Typhon chez les égyptiens (anagramme de Python), qui personnifie les fléaux de la Nature et les maux du corps et de l’âme.
    La Déesse solaire Pasht (Bastet, Bast), à figure de chat, veille en écrasant sous sa patte le serpent des ténèbres, l’homme méchant, son éternel ennemi ; cette représentation anticipait la Vierge écrasant la tête du serpent sous son talon.
    En Syrie, c’est Nahash. C’est celui-là qui est le héros de la légende d’Adam et Eve.
    Chez les Perses, le méchant est représenté par le serpent Ophinéus.
    Dans les tablettes chaldéennes, on mentionne le vaisseau d’Ea, Déesse de la mer, qui serre le cou du serpent à sept têtes. Dans les Védas, Indra lui tient la tête basse sous les flots écumants.
    Les Druides représentaient le serpent (l’homme méchant) par Hu.
    Thoth était représentée par la tête d’Ibis, et cet oiseau lui était consacré.
    L’Ibis était un oiseau sacré parce que sa spécialité était de faire la chasse au serpent qui personnifie l’esprit du mal, le mensonge, la fausseté et la ruse.
    D’autres oiseaux sont symboliquement représentés comme ennemis et destructeurs des reptiles : le combat de l’aigle et du serpent se retrouve au Mexique mais aussi dans la tradition indienne, où l’oiseau mythique Garuda, « roi des oiseaux » et « véhicule » de Vishnou, combat contre le Nâga ; Krishna, incarnation de Vishnou, danse sur les sept têtes du Nâga. Les Dravidiens de l’Inde avaient une tradition semblable.
    L’oiseau et son ennemi symbolisent l’opposition entre le Ciel et la Terre, entre l’ange représentant les états supérieurs et le démon assimilé aux états inférieurs, entre le monde céleste et le monde infernal.
    Remarquons néanmoins qu’il existe des exceptions où, sous un aspect bénéfique, le serpent s’unit à l’oiseau, tel que le Quetzalcóatl (serpent « ailé ») des anciennes traditions américaines ou, plus simplement, le serpent « Nâginî », non pas celui des aventures d’Harry Potter, mais celui de la mythologie védique et hindoue, ou encore « Uachet » appelé la « dame de la flamme » en Egypte.
    Un 25ème degré des Mystères fut créé par des chevaliers qui, étant en Palestine lors des Croisades, avaient trouvé des Israélites captifs des Musulmans et les avaient délivrés. Ceux-ci, en reconnaissance leur firent connaître la tradition du « Serpent d’airain », qui s’était perpétuée en Judée. La révélation de cette tradition qui leur fut faite est l’origine de la fondation de l’Ordre des Templiers.
    Au Louvre, on peut voir Minerve assise et menacée dans sa sagesse et dans sa dignité par des serpents qui s’élèvent autour d’elle.
    Enfin, il y a peu, une expression était également explicite quant à son application concrète qui allait s’avérer extrêmement néfaste, telle « le serpent monétaire », dispositif économique et pseudo « vaccin » monétaire, en réalité du venin innoculé sournoisement dans l’organisme planétaire qui, dans une lente altération et paralysie de ses forces vives, puis désagrégation de tout son tissu social, aboutira à l’abomination de la désolation, économique et morale, actuelle… avec l’aide du Dollar évidemment.
    « Vous avez de l’argent, mais vous n’avez pas d’âme ! »
    (Alejandro Jodorowsky, El Topo)
    Faisons remarquer que le sigle du Dollar n’est pas un « D » mais un « S » comme… « Serpent » ou « Snake », dans sa version US ; ce « S » est barré de deux traits verticaux : n’y aurait-il pas là une allusion à peine voilée aux colonnes du fameux Temple de « S », celui du veau d’or, et à ses non moins fameux « marchands » ?
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.