Comment les réseaux sociaux influencent-ils l’image corporelle ?

Comment les réseaux sociaux influencent-ils l’image corporelle ?

Suivre des célébrités, voir constamment leur vie, leur corps ? Vous pensez que cela ne vous affecte pas ? Voici comment les médias sociaux affectent l’image corporelle.

En Espagne, 25,5 millions de personnes se rendent quotidiennement sur les réseaux sociaux, et les plus fréquentés sont Facebook et Instagram. En moyenne, chaque utilisateur passe environ deux heures par jour sur les réseaux sociaux, où le bombardement d’images est énorme. C’est pourquoi la manière dont les réseaux sociaux influencent l’image corporelle est un sujet d’intérêt.

Les réseaux sociaux, comme Instagram, en plus d’être un espace de divertissement, sont un espace d’expression des émotions et de présentation de soi. Les présentations de soi sont définies comme tout comportement visant à créer, modifier ou maintenir une impression de soi pour les autres.

Ainsi, dans une application comme Instagram, notre présentation de soi est générée par l’affichage de nos propres photos, donnant une grande importance à l’apparence physique. Voyons cela plus en détail.

L’image corporelle

L’image corporelle est définie comme la représentation que chaque personne se fait de son propre corps. Cette perception se construit également sur la base des sentiments et des attitudes que nous avons envers cette représentation. Par conséquent, le résultat de l’image corporelle est la comparaison entre l’image réelle et la représentation idéale souhaitée.

Une image corporelle positive est donnée lorsque la perception est claire et réelle, et aussi lorsque l’on est à l’aise avec cette représentation. En outre, lorsque la personne ne concentre pas sa valeur personnelle sur l’image physique.

En revanche, une image corporelle négative se produit lorsque nous apprécions et percevons les parties de notre corps de manière biaisée. Cela provoque de l’anxiété et de la honte par rapport à son propre corps, ainsi que l’idée que seuls les autres sont attirants et donc plus performants.

La création de l’image corporelle et sa projection est un processus qui peut varier tout au long de la vie, bien qu’elle se forme principalement autour de l’adolescence. Le “moi idéal” est influencé par deux aspects fondamentaux : l’histoire et le moment présent.

Du côté historique, il y a le concept de beauté entretenu par sa propre culture. Quant au moment présent, il définit le canon de la beauté valorisée dans le temps présent. Par exemple, dans notre culture et au moment présent, ce qui est considéré comme beau est différent de ce qui était considéré comme tel à une autre époque.

Les réseaux sociaux

La majorité du public d’Instagram a entre 18 et 34 ans, et pour les moins de 18 ans, c’est l’application la plus appréciée. Instagram se caractérise par la possibilité de télécharger des contenus visuels (photos ou stories) et de recevoir des likes et des followers pour ceux-ci. Ces caractéristiques sont précisément étroitement associées à l’image corporelle.

C’est un espace où vous pouvez vous promouvoir et où le succès se mesure en likes pour les photos et en followers pour l’utilisateur. On estime qu’un million de selfies sont téléchargés chaque jour sur l’application, dont 14 % comportent une forme de retouche numérique.

Plus précisément, ce sont ces likes qui renforcent la projection de l’image que nous donnons. Tout comme l’absence de likes peut nous inviter à la modifier.

Ces retouches sont effectuées en fonction des stéréotypes marqués dans la société. Selon une étude, les selfies trouvés sur Instagram sont encore plus stéréotypés que les publicités des magazines. Cela signifie que nous sommes souvent exposés à des comparaisons biaisées avec d’autres personnes, et jugés par celles-ci.

L’influence sur l’image corporelle

Il existe plusieurs théories qui peuvent expliquer comment l’utilisation des médias sociaux, comme Instagram, affecte notre image corporelle. Nous en présentons deux ci-dessous.

La théorie de la comparaison sociale

Cette théorie de Festinger propose que les gens se comparent à leurs pairs pour établir leur position et/ou leur auto-évaluation. Si le résultat nous place dans une position plus élevée (comparaison descendante), il en résultera une augmentation de l’estime de soi.

En revanche, si nous nous plaçons dans une position inférieure (comparaison ascendante), le résultat sera une diminution de l’estime de soi. Il a été constaté que les comparaisons que nous faisons de nous-mêmes sur les réseaux sociaux sont liées à l’insatisfaction corporelle, que ce soit avec des célébrités ou des inconnus.

Théorie de l’objectivation

Fredrickson et Roberts, auteurs de cette théorie, comprennent que l’image corporelle féminine idéale est socialement construite pour être vue et évaluée. Cela conduit les femmes à construire leur image corporelle en fonction d’un spectateur. C’est-à-dire que leur image corporelle est construite à partir de l’anticipation des pensées des autres.

Cette perspective, en plus d’être biaisée, conduit à une vigilance constante vis-à-vis de leur corps, générant honte et anxiété si ce dernier ne correspond pas aux canons de beauté. En outre, cela est lié à un plus grand nombre de problèmes de santé mentale.

D’autres aspects à prendre en compte

Bien que nous soyons fortement exposés à ces mécanismes, certains facteurs peuvent atténuer l’influence des médias sociaux sur l’image corporelle. Par exemple, il a été constaté que les effets d’Instagram en termes de schéma corporel propre et de comparaison avec les autres dépendent de l’estime de soi.

Ainsi, les personnes qui ont une bonne estime d’elles-mêmes seront moins vulnérables aux effets de cette comparaison. En revanche, concernant l’objectivation du corps, il semble que l’idéologie féministe agisse comme un facteur de protection. Dans ce cas, les femmes aux idées féministes font moins attention à la répercussion de l’image qu’elles projettent.

https://nospensees.fr/comment-les-reseaux-sociaux-influencent-ils-l-image-corporelle/

(Visited 653 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.