Corps, âme, esprit

Corps, âme, esprit

Une âme peut être susceptible de rester proche de la densité terrestre par un lien émotionnel plus ou moins fort avec des éléments de sa vie passée. Il s’agit de bien dissocier la capacité à se créer des émotions avec la simple notion d’être une énergie, une conscience empreinte d’amour et de morale. Dans le premier cas de figure, il s’agit de l’âme, non dans le second.

Moins la conscience dépendra de l’âme, donc de toutes empreintes que vos péripéties auront laissé émotionnellement en vous en qualité d’individualité, plus votre conscience s’élèvera par une condition embrassant votre essence. Pour répondre à la question de l’esprit, toute cette terminologie provoque beaucoup d’amalgame. Si l’esprit est la conscience, il s’agit simplement de votre individualité à son état originel.

Votre âme est le trait d’union entre le physique et l’esprit. C’est par elle que transitent les influences spirituelles supérieures au même titre que les conséquences du monde physique venant impacter sur votre partie spirituelle. Imaginez deux cercles ne se touchant pas, et un troisième traversant à la fois l’un et l’autre. Les deux premiers sont le corps et l’esprit, le troisième votre âme.

Il y a tiraillement et donc inertie évolutive lorsque votre posture ici bas n’est plus en adéquation avec votre essence, cette dimension de l’esprit. Lorsque nous disons que Dieu est amour, et que l’homme est à l’image de Dieu, il est une vérité bien plus grande qu’il n’y parait ; cela illustre bien l’unique sens de l’évolution de l’âme et des conséquences de vouloir diverger ici bas de cette filiation spirituelle.

Michaël Candelon – Graine d’Eden

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.