La femme et toute sa puissance – réveiller son féminin sacré

La femme et toute sa puissance – réveiller son féminin sacré

La femme libre, sereine et sacrée, est en chacune de nous. Les femmes redécouvrent et renouent avec leur force profonde malgré le quotidien tumultueux.

Qu’est-ce que le féminin sacré ?

On pourrait décrire cela comme la (re)découverte de l’essence féminine dans sa plus belle et plus pure expression. C’est un désir profond et puissant qui naît au cœur d’un nombre chaque jour plus important de femmes de reconnexion à l’énergie du divin féminin. Loin des dogmes, cultes et conditionnements, je pourrais dire que c’est l’appel de la femme sauvage et c’est l’appel de la Déesse.

Lorsque une femme décide d’explorer les voies du féminin sacré, elle se prépare à aller à sa propre rencontre en laissant tomber les masques, les armes, les conditionnements et les chaînes qu’on lui a fait porter ou qu’elle a décidé de porter consciemment ou pas. C’est une remise en question totale de sa façon d’être au monde et d’exprimer son féminin. Selon l’histoire de chacune, ce voyage intérieur peut être parfois douloureux. Souvent on ressentira le besoin d’être épaulée, de rencontrer d’autres femmes sur ce même chemin et de participer à des cercles de femmes où l’on se sentira libre de dire et de vivre ce que nous ressentons.

Pour s’éveiller à sa nature profonde, la femme doit partir à la découverte de son corps et de ses trésors, en écoutant son rythme, être active mais aussi apprendre à faire des pauses. Les femmes cherchent le chemin le plus vrai pour équilibrer leur vie et montrer leurs valeurs en étant elle-même et à leur place.

Le féminin sacré, c’est l’énergie que nous portons à l’intérieur de nous mais qui peut être ignoré, amoindri, blessé avec l’orage de notre société et de la vie actuelle. Suivre ce chemin c’est aller vers la libération, la guérison et l’amour. Suivre la voie du féminin sacré c’est prendre un rendez-vous amoureux avec soi-même. C’est décider d’être totalement, librement, sauvagement soi ! C’est rayonner divinement son essence féminine. Ceci est valable aussi pour les hommes, nous avons tous une part de masculin et de féminin. C’est ce qui nous permet de créer un équilibre.

Le yin et le yang

Nous avons tous en nous une partie masculine et féminine : la partie masculine représentée par le yang et la partie féminine par le yin. Ces deux polarités sont indissociables. Elles sont présentes à chaque instant à l’intérieur de nous. La force masculine nous aide à être dans l’action, elle nous propulse et nous rationalise. C’est une énergie plus cartésienne et stratégique. Elle nous ramène dans l’ancrage, nous aide au dépassement, à l’évolution et à la matérialisation à tous les niveaux. L’énergie féminine, elle, en est une d’introspection, de créativité, de fertilité, de sensibilité, de douceur, d’écoute, de compassion, d’intégration et de réceptivité.

Les situations de la vie nous amènent souvent d’un pôle à l’autre. Les phases plus féminines, la plupart du temps, sont refoulées. La sensibilité, le recueillement, la douceur doivent autant être privilégiés et encouragés, autant chez l’homme que chez la femme. De cette façon, nous ne brûlons pas d’étapes. La plupart du temps, nous pensons que ralentir nous fera perdre notre temps, mais c’est tout le contraire. Lorsque nous voulons propulser notre vitesse de croisière, nous devons faire le plein, nous accorder les soins nécessaires pour avoir force et énergie pour continuer.

Pour développer notre part de féminin, il faut être à l’écoute de qui nous sommes, dans un calme parfait, lors des méditations par exemple. Aller à sa rencontre, c’est commencer un chemin intérieur pour accepter ses ombres et prendre contact avec nos deux parties où les plus belles finalités se retrouvent. Les femmes doivent apprendre à écouter leurs limites, dire non, protéger leur intuition, développer leur créativité avec confiance.

La lune, la femme, la nature

A l’origine des temps, le féminin était sacré. Nos ancêtres vivaient en harmonie avec la nature. Nous vivions au rythme des saisons, avec la lune, et l’abondance de la terre. Les hommes voyaient en leur femme l’origine du mystère du vivant. Il n‘y avait pas de dominant ou dominé. Le féminin unissait et rassemblait les hommes.

Les femmes vivent au rythme de la lune et des saisons. Les phases de notre corps dansent en même temps que les phases de la lune. La phase montante correspond au printemps et à notre moment de pré-ovulation, la pleine lune à l’été et à l’ovulation, la nouvelle lune à l’hiver et à nos menstruations. En connaissant notre cycle, nous nous comprenons et nous respectons. Cela permet de mesurer le chemin parcouru pendant le mois. Le travail de Miranda Gray explique la richesse des cycles entre les femmes et la lune.

S’accepter

Apprendre à renouer avec la femme que nous sommes, c’est commencer à accepter son corps de femme. Faire la paix avec soi-même, la relation qu’on a avec son enveloppe corporelle. Nous nous autorisons à respecter ses besoins, à ralentir, à cultiver la bienveillance avec soi-même.

Les femmes valorisent leur corps. Être fière d’être une femme, changer ses perceptions négatives sur le moment des règles est une clé pour se valoriser en tant que femme. Essayer de connaître et comprendre comment nos générations ont vécu leur menstruation permet de se connaître mieux, et ce qui nous a été légué. Détruire certaines croyances sur le corps permet de se libérer et d’éviter les blessures qui se répètent. A mon tour de faire de mon mieux, je défais les anciens messages, je crée ma vie en acceptant l’histoire de mes ancêtres.

Se reconnecter à son ventre

Nous tirons notre ancrage à partir du bassin. Pour les femmes, cela vient du périnée. Plus cette partie de nous est vivante et plus la femme retrouve une sécurité, une puissance déployée. Se poser des questions sur le lien que nous avons avec notre sexe est un chemin obligé pour rétablir le fil conducteur avec la beauté de notre corps.

Réveiller sa yoni

Le mot « yoni », l’avez-vous déjà entendu ? C’est un mot sanskrit qui veut dire source pour désigner la vulve et le vagin. Utiliser ce mot est un premier pas pour reconsidérer notre appareil génital. C’est un élément précieux de nous-mêmes. Nous retrouvons un lien d’intimité avec notre intériorité.

Pour se reconnecter à sa yoni, allongez-vous et installez-vous au calme. Imaginez que vous placez toute votre écoute sur votre bas-ventre. Imaginez sa couleur ? Sa texture ? Que ressentez-vous ? Mettez une main à plat sur votre yoni. Il n’y a rien d’autre que rentrer en contact avec elle, soit se connecter, poser une main dessus, penser qu’elle est là pour vous, pour vous guider, prendre conscience. Formulez si vous le voulez un mot de gratitude pour ce moment sacré.

Aller dans un cercle de femmes

C’est un espace de bienveillance où chacune peut voir et être vue, où chacune peut entendre et être entendue. Dans cet espace sacré chacune est libre de laisser tomber les masques pour exprimer en toute sécurité sa plus profonde authenticité. Ce qui est dit dans un cercle reste à l’intérieur. Ces cercles permettent aux personnes de s’écouter sans jugement, d’évoluer et de trouver une épaule, de la compréhension. C’est une belle façon de grandir. Un cercle ne se forme jamais par hasard, chaque participante étant un miroir de l’âme de l’autre.

Unis par un fil

Nous sommes tous reliés. Une main dans une autre, un monde où tous les êtres vivants sont unis. Chaque chose affecte l’autre, affecte son prochain, comme le féminin sacré qui vient éclairer les hommes et les femmes de maintenant. La nature, les animaux, les humains, nous sommes tous liés par ce fil qui nous permet de garder notre unité.

Magie créatrice

Réussir à se connecter à son être profond permet d’accéder à son pouvoir créateur en tout temps. Cette source de création permet d’élaborer une vie avec une belle estime de soi, d’entreprendre ce qui a un sens pour nous. Le fait de vivre en cohérence avec nos valeurs permet d’augmenter l’estime de soi. Créer des rituels pour agrémenter sa vie, comme ouvrir un carnet et y écrire chaque soir au calme, ou en fin de semaine, des mots exprimant la gratitude, tels que « Je remercie pour cette belle journée ensoleillée » permet à la magie d’opérer.

Notre féminité, Déesse mère, revient pour ôter le voile de l’oubli, pour nous faire nous souvenir du véritable pouvoir de l’amour, du pardon et d’un mode uni.

Cet article a été écrit par Nancy Rajaonarivelo :

Guérisseuse REIKI
Utilisatrice des Fleurs de Bach
Page facebook : Reiki-by Aurelia

Trouvé sur : https://www.mademoiselle-bien-etre.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.