La notion du sacré

La notion du sacré

« Il y a fort longtemps, dans des écoles de Sagesse (et bien au-delà des écoles de Sagesse), était enseigné le mot “sacré”. Ce mot comprend le « sacré en vous”, ce qui veut dire vous respecter complètement, avoir la notion de votre vie et ne pas mésestimer ce que vous êtes, quoi que vous soyez, quelle que soit la forme de votre corps, quelle que soit la souffrance qu’il peut vous occasionner.

Si vous vous considérez que votre véhicule de manifestation, cet outil parfait qui vous a été donné lors de votre naissance sur la planète Terre, est sacré, vous comprendrez beaucoup plus et vous grandirez dans cette notion.

Le sacré a été un peu enseigné par les églises, mais de la mauvaise façon.

Imaginez une école où la notion de sacré soit enseignée aux élèves, qu’ils soient enfants ou adultes. Comment un professeur peut-t-il expliquer à des élèves ce qu’est le sacré ?

Il peut leur demander : “Vous aimez-vous ?” Certains élèves répondront : ” je m’aime” ! Alors le professeur leur demandera : “De quelle façon vous aimez-vous” ? Ils répondront : “Je m’aime quand je suis beau quand je peux réaliser tous mes souhaits, quand je suis heureux d’avoir une belle voiture, une belle maison… Je m’aime parce que je suis heureux” !

Le professeur dira : “Cet amour n’est pas l’Amour Sacré ! Vous n’êtes pas dans le sacré, vous êtes dans le vouloir, dans le pouvoir, dans le plaisir ; vous êtes dans l’opposé du sacré” !

Alors l’élève demandera : “Mais qu’est-ce que le sacré ? Le professeur répondra : “Le sacré est la notion de respect total pour vous-même. Aimez ce que vous êtes, aimez le bonheur que vous donne la relation à l’autre, mais la relation juste, pas la relation erronée, pas la relation que l’on veut vous inculquer, cette relation de compétition, de fausse beauté.

Quel est le plus important : la beauté extérieure ou la beauté intérieure ? Lorsque vous avez la notion de ce qui est sacré, vous aimez votre beauté intérieure et vous vous dites : après tout, quelle importance ? Je suis comme ci, je suis comme ça, je suis très mince, je suis moins mince, mais quelle importance ? Je suis gros, je suis brun, je suis blond… Ce n’est pas ça l’important !

L’important est le ressenti que l’être a sur lui-même. S’il arrive à percevoir en lui la notion du sacré (nous parlerons ensuite de l’Amour sacré), il vibre, il est heureux, il rayonne, il s’aime !

S’il a appris ce qu’est réellement la notion du sacré, il est automatiquement dans une vibration beaucoup plus élevée et hors de la souffrance physique.

La souffrance physique est due au fait que les humains ne s’aiment pas, qu’ils sont parfois trop bousculés émotionnellement et qu’ils sont en dualité avec eux-mêmes et avec les autres. S’ils sont dans le contre amour, ils ne peuvent pas avoir la notion du sacré… Le sacré n’est pas le sacré des églises, quelles qu’elles soient.

Encore une fois, le sacré c’est l’Amour, l’Amour pour vous-même, la découverte de ce que vous êtes réellement, même en tant qu’humain.

Les humains sont-ils nombreux à se regarder le matin, à se sourire dans le miroir, à se dire simplement : “Je t’aime, et l’Amour que j’ai pour toi est un Amour Inconditionnel, un Amour sacré ! Quel que soit ton aspect, je t’aime” ! À ce moment-là, ils pourraient commencer à comprendre ce qu’est la notion du sacré.

Cette notion a été un peu rayée de tous les enseignements depuis des milliers d’années pour éviter que l’homme soit libre.

Quand vous êtes dans la notion du sacré, vous êtes libre, libre à l’intérieur de vous, libre de penser ce que vous voulez ; vous n’êtes pas influencé en permanence par les pensées des autres ou par ce qu’on veut absolument vous inculquer ; vous êtes libre !

Dans cette liberté, vous retrouvez la notion du sacré ! Le sacré est partout : dans la relation avec l’autre, dans le respect et la possibilité de percevoir le sacré en l’autre, c’est-à-dire dans ce qu’il a de plus beau.

Le sacré peut être comparé à la beauté universelle, pas à la beauté qui relève des critères humains, mais à la beauté universelle impossible à décrire par des mots : la beauté qui est, tout simplement !

La beauté universelle touche de très près aux parties supérieures de l’être, aux parties supérieures de la vie, quelles qu’elles soient. La beauté s’épanouit dans l’univers, elle s’approche de la Source de toute Vie.

Nous le répétons, la notion du sacré touche à la liberté, à la beauté, au respect.

Nous abordons rapidement l’Amour sacré, la relation dans l’Amour sacré.

À votre époque, la relation sexuelle est considérée comme un plaisir. Certes, cela peut être un plaisir, mais si vous allez au-delà du plaisir vous atteignez le sacré. Vous pouvez atteindre le sacré sans relation sexuelle, simplement dans le toucher, avec respect. Vous avez perdu cette notion et c’est bien dommage ! Elle a été pervertie par les bas plaisirs de la matière. Sans parler de sexualité, nous disons que vous pouvez caresser votre corps. L’Amour que vous lui donnez fait aussi partie de l’Amour sacré.

Plus vous évoluerez, plus vous ressentirez la notion du sacré.

En Égypte, il y a plus de dix mille ans, l’Amour sacré était enseigné dans des établissements spéciaux. Les maîtres en Amour sacré apprenaient le rapport sexuel, apprenaient à faire monter l’énergie du centre de force racine jusqu’au centre de force coronal et bien au-delà, afin qu’elle inonde totalement tout le corps jusqu’au centre de forcecoronal pour illuminer la conscience.

Cet enseignement a été perdu. Cette notion s’apprend mais n’est pas accessible à tout le monde.

L’homme de demain retrouvera cette notion dans les gestes, dans les paroles, dans les émotions et dans les sentiments, parce qu’il ne sera plus le même et parce qu’il aura une autre vue. Il aura toujours la vue humaine, mais il commencera à intégrer la vue de la conscience spirituelle, de la conscience supérieure.

Le devenir de l’homme peut vous paraitre assez obscur pour l’instant car un voile obscurcit encore votre conscience. Subitement, comme par un immense coup de vent, ce voile sera enlevé. Ce ne sera pas toujours facile à vivre ! Certains êtres humains se sentiront tout nus, ils ne comprendront pas ce qui leur arrive et ils auront peur parce qu’ils découvriront trop de choses auxquelles ils n’étaient pas préparés.

Vous-même êtes préparé à ce que ce voile vous soit enlevé, sinon vous ne seriez pas sur ce chemin. Vous attendez cela avec impatience, mais le voile vous sera enlevé, individuellement ou collectivement, quand le moment sera venu. L’enlever trop tôt serait nuisible aux êtres humains ; il ne sera pas enlevé trop tard, il le sera le moment venu, lorsque les humains seront prêts. »
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

qu’il ne soit pas coupé
qu’il n’y ait aucune modification de contenu
que vous fassiez référence à notre site https://ducielalaterre.org
que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.