Le visible et l’invisible

monde magique

S’il est si difficile de faire admettre aux humains la réalité d’un monde qu’ils ne voient pas, c’est qu’ils ne possèdent pas encore, pour l’observer ou le saisir, des organes aussi développés que ceux qui leur permettent d’entrer en contact avec le monde physique : le toucher, la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût.

L’idée qu’il existe un autre monde peuplé d’innombrables êtres, invisibles mais aussi réels que ceux que l’on côtoie tous les jours, et dont certains sont plus évolués que l’homme, est quelque chose d’invraisemblable ou même d’insensé pour la plupart des gens. Tout ce qu’ils ne voient pas et que les instruments les plus perfectionnés utilisés par la science (microscopes, télescopes, etc), ne peuvent pas détecter, cela n’existe pas. Eh bien, c’est un très mauvais raisonnement. Ce qu’il y a d’essentiel pour eux, leur propre vie, est-ce qu’ils la voient ?… Un homme est là étendu sur le sol ! il est visible, il est palpable, mais voilà, il est mort : quelque chose d’invisible l’a quitté, ce quelque chose qui le faisait marcher, aimer, parler, penser. Et vous pouvez déposer à côté de lui toute la nourriture et tous les trésors du monde en lui disant : « C’est pour toi tout ça, mon vieux, réjouis-toi » Rien à faire, il ne bouge pas. Alors, comment peut-on ensuite mettre en doute l’existence d’un monde invisible ?

Le monde visible ne serait rien s’il n’était pas animé, soutenu parle monde invisible. A l’origine du visible, il faut toujours chercher l’invisible ; si le monde existe pour vous, si vous pouvez voir le ciel, le soleil, la terre c’est grâce à ce principe invisible en vous qui vous permet de les découvrir à travers des instruments visibles, qui sont vos yeux. Si ce principe invisible n’était pas là, vos yeux qui sont là ne vous serviraient à rien, vous n’y verriez pas. Le monde visible n’est que l’enveloppe du monde invisible sans lequel on ne pourrait rien connaître de tout ce qui existe autour de nous.

Ceux qui refusent aussi catégoriquement l’existence du monde invisible prouvent tout simplement qu’ils ne réfléchissent pas. Car avec quoi sont-ils occupés jour et nuit ? Est-ce qu’ils voient leurs pensés, leurs sentiments ? Non, Alors, comment se fait-il que ces pensées et ces sentiments représentent pour eux une certitude absolue ? Celui qui est amoureux, doute-t-il de son amour ? Il ne voit pas son amour, il ne le touche pas, mais à cause de lui il est prêt à remuer ciel et terre ; Et l’âme, et la conscience, qui les a vues ? Quand on dit : « En mon âme et conscience, je condamne cet homme », on décide du sort d’une personne au nom de quelque chose qu’on n’a jamais vu et dont on met même la réalité en doute ; alors est-ce tellement raisonnable ?

Sans vouloir le reconnaître, les humains ne croient qu’à des choses invisibles, impalpables. Ils pensent, sentent, aiment, souffrent, pleurent, toujours pour des raisons invisibles, mais en même temps ils s‘obstinent à prétendre qu’ils ne croient pas au monde invisible. Quelle contradiction ! Et combien de crimes sont commis simplement parce que des gens prennent tout ce qui leur passe par la tête pour la réalité. Un mari jaloux soupçonne sa femme de le tromper et, sans même avoir vérifié, il la tue. Un autre soupçonne un concurrent de méditer sa ruine, et voilà encore un mort.

Les gens ne mettent jamais en doute ce qu’ils pensent ou sentent, ils sont absolument convaincus que c’est la vérité. Quand vous leur exposez votre pont de vue, ils disent : « Je vais voir… je vais étudier la question… je vais faire une enquête », mais pour ce qu’ils pensent et sentent, eux, il n’y a rien à étudier, c’est la seule réalité. D’un certain côté, ils ont raison : du moment qu’ils poussent des cris de joie ou de douleur, comment peuvent-ils douter de la réalité de ce qu’ils éprouvent ? Les réalités intérieures sont des réalités indiscutables. Ce sont même des entités vivantes et c’est pourquoi les Initiés enseignent l’existence d’un monde invisible, impalpable, qui est la seule réalité. D’ailleurs, ce monde dit « invisible » n’est pas tellement invisible pour eux ; il est visible, tangible, palpable, parcourus de créatures, de courants, de lumières, de couleurs, de formes, de parfums beaucoup plus réels que ceux du plan physique, et ils le connaissent, ils l’étudient.

Oui, c’est une erreur de croire que les émotions, les sentiments, les pensées, tout ce qui appartient au monde psychique, spirituel, ne peut pas être étudié avec précision. Tous les scientifiques qui ont laissé de côté ce monde-là en pensant qu’il n’y a pas d’appareils pour l’étudier se trompent ; ces appareils existent et ils sont encore plus justes et véridiques que ceux qui mesurent les phénomènes du plan physique. En chimie, en physique, on admet toujours dans les mesures et les calculs une marge d’erreur possible et presque inévitable ; on ne peut pas peser une substance à un électron près. Tandis que dans la science du monde invisible, même un électron est compté, pesé, calculé ; il règle là une précision absolue.

Oui, la vie, la vie intérieure, spirituelle, peut être étudiée et avec plus d’exactitude encore que le plan physique, mais à condition d ‘avoir développé ces instruments de précision absolue que sont les organes spirituels. Tant qu’on ne les a pas développés, on n’a pas le droit de nier la réalité du monde invisible. D’ailleurs, même ses cinq sens, l’homme ne les a pas tellement développés. Certains animaux voient, entendent, flairent, captent des manifestations que nous sommes incapables de percevoir ; des odeurs, des ultra-sons, certaines radiations lumineuses ou encore certains signes annonciateurs d’orage, de tremblement de terre, d’épidémie, etc.

La seule attitude raisonnable que peuvent donc prendre les scientifiques, c’est de dire : « L’état de nos connaissances ne nous permet pas de nos prononcer, nous devons encore étudier la question ». Mais au lieu de cela, ils se prononcent et ils induisent l’humanité en erreur. Ils sont donc responsables et un jour ils vont le payer très cher, car leur responsabilité est enregistrée et le Ciel est implacable pour ceux qui trompent les humains. Tous ces scientifiques qui se prennent pour la mesure et le critère universels ne se rendent pas compte qu’avec leurs propres limites, non seulement ils se barrent la route, mais ils la barrent aussi à toute l’humanité.

Les voyageurs, lorsqu’ils nous racontent leurs exploits on les croit, mais lorsqu’il s’agit des explorateurs du monde invisible, alors là, on met systématiquement leurs parole sen doute.

Tous les Livres sacrés de toutes les religions mentionnent l’existence de créatures invisibles dont la présence n’est pas sans conséquences pour la vie et la destinée des humains. La religion chrétienne les a divisées en deux grandes catégories ; les esprits de la lumière et les esprits des ténèbres, les anges et les démons. D’autres traditions ont davantage insisté sur les esprits de la nature qui habitent les quatre éléments.

Mois je crois au monde invisible, je ne crois même qu’à cela ; toute notre existence est régie, imprégnée par le monde invisible. Même nos sensations de bien-être et de joie, comme nos sensations de souffrance et de chagrin, sont liées à la présence de créatures invisibles que nous attirons par notre façon de vivre. Vous direz : » Nous ne les voyons pas, donc elles n’existent pas ». Écoutez, est-ce qu’on peut demander à un aveugle de se prononcer sur ce qu’il ne voit pas ? Si vous étiez clairvoyant, quand vous ressentez une grande joie, vous verriez une multitude d’êtres ailés accourir auprès de vous, chargés de présents de lumière, et ils chantent, ils dansent en laissant sur leur passage des traînées de couleurs chatoyantes et les parfums les plus délicieux. Et quand vous souffrez d’inquiétude ou d’angoisse, si vous étiez aussi clairvoyant, vous verriez des entités grimaçantes qui viennent vous tirer les cheveux, vous griffer, vous piquer. Ces entités, la tradition ésotérique les a appelées les indésirables ; elles s’approchent des humains en disant : « Ah, cette bonne femme, ce bonhomme-là, ils nous intéressent. Allons un peu leur faire des misères, ce sera amusant de voir comment ils crient et gesticulent » Eh oui, voilà ce qui se passe quand vous êtes malheureux, tourment.

Évidemment, au vingtième siècle, les sommités intellectuelles et médicales ne peuvent pas admettre l’idée que les entités bienfaisantes ou malfaisantes visitent les humains pour les aider, les consoler ou au contraire les tourmenter et les détruire. A leur avis, il s’agit d’éléments chimiques qui perturbent ou rétablissent le bon fonctionnement du psychisme. Eh bien, c’est vrai que ce sont des éléments chimiques, mais d ‘où viennent-ils ?

Ces éléments chimiques sont la concrétisation de la présence d’esprits bienfaisants ou malfaisants attirés par l’homme lui-même. Si les humains, par leurs faiblesses, leurs transgressions, ouvrent la porte aux entités ténébreuses, elles entrent en eux et produisent des troubles que les psychologues, les psychanalystes appellent de toutes sortes de noms, mais qui en réalité ont une seule et unique origine ; la présence d’indésirables attirés par notre façon défectueuse de vivre.

Tant que les humains n’auront pas développé ces facultés spirituelles qui permettent de connaître le monde invisible, tant qu’ils mettront en doute les connaissances de la Science initiatique, ils se formeront une philosophie basée uniquement sur es observations des cinq sens et les conclusions de cette philosophie seront obligatoirement erronées.

Les livres de Omraam retranscrits par Francesca
http://herosdelaterre.blogspot.fr/2015/08/le-visible-et-linvisible.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *